Appel du 5 mai : faire sa fête à Mélenchon !

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !



Ni Dieu, ni Maître, ni César, ni Tribun, ni Macron, ni Mélenchon.

Faire la fête à Macron le 5 mai sans se débarrasser de la crainte de voir la révolte récupérée par Mélenchon ne sera qu’un coup d’épée dans l’eau, ne servira à rien, sera démobilisateur.

Depuis le début de l’hiver, grâce à l’effacement de Mélenchon, ses cuisantes défaites aux législatives partielles, le monde du travail, des chômeurs, des précaires, de la gauche ont pensé que la « peur de Mélenchon » était écartée d’où un regain et une descente massive dans la rue et dans les facultés.

Hélas, Mélenchon recommence comme à l’automne avec ses manifs concurrentes, ses casseroles, ses « appels au peuple », etc. avec l’aide de la presse, ce qu’il appelle « Le Parti Médiatique » qui est à son service.

Macron l’a dit : « Tant que Mélenchon s’auto-proclamera opposant officiel, la gauche sera divisée et il étouffera les syndicats ». La presse aux ordres de Macron aide Mélenchon à demeurer « opposant officiel ».


Nous, signataires de cet appel, demandons :

1 – que tous les syndicats, associations, partis, anarchistes, étudiants, chômeurs, etc. aient en tête de dégager Macron et Mélenchon sans barguigner. 

2 – que se montent localement, dans les villes, dans les facs, des « comités 5 mai » ni Macron, ni Mélenchon.

3 - que la jonction, la discussion soient recherchées à tout moment et en tout endroit : 14 avril, 1er mai, etc. Et notamment que le jeudi 19 avril, au soir, devant leur gare, les citoyens organisent des AG communes aux cheminots, étudiants, hôpitaux, etc.

4 - que chacune, chacun, témoigne en une vidéo d’une minute du pourquoi il viendra le samedi 5 mai pour dégager « Macron et Mélenchon » et le partage sur les réseaux, que cette manif ait mille visages, mille raisons ;

5 - que les artistes, chanteurs, musiciens, peintres, acteurs, metteurs en scène, sachent que la crainte de Mélenchon est écartée nous rejoignent et rendent cette manif encore plus vivante, inédite, surprenante.
6 - que tous les insoumis déçus de la tournure gazeuse qu’a pris le mouvement de Mélenchon et son entourage nous rejoignent.

On nous dira que s’en prendre aussi à Mélenchon c’est se tromper de cible, nous le savons.
Mais qu’avons nous gagné en ne l’écartant pas jusqu’ici ? Qu’avons nous gagné depuis deux ans que Mélenchon s’auto-proclame leader de la contestation ?

N’est-ce pas Mélenchon qui se trompe de cible en attaquant et insultant successivement Pierre Laurent, Benoît Hamon, les anarchistes, les socialistes de gauche comme Gérard Filoche, en savonnant la planche de François Ruffin, en dénigrant « la gauche » tout en s’attribuant tous les acquis et conquêtes du passé ?

Le résultat de cette politique destructrice c’est Macron au pouvoir pour cinq ans avec la majorité absolue et la gauche divisée comme jamais elle ne l’a été par le passé au profit d’un populisme « de gauche » qui ne prend pas.
Ça suffit !



Samedi 5 mai : faire sa fête à Macron et Mélenchon !

Faut-il dresser la liste des insultes et du mépris des deux complices ?

Elle est longue.

Trop longue.
Division concertée par Macron et Mélenchon de la gauche au profit du « ni droite, ni gauche ». Populisme, mouvements non-démocratiques, anti-socialisme, anti-communisme, anti-rebelles, anti-révoltés, anti-syndicats, anti-tout ce qui dérange le pouvoir est le seul credo, l’un parce qu’il a déjà le pouvoir, l’autre parce qu’il veut le remplacer pour l’exercer de la même façon, voire pire. Listes concurrentes à la gauche lors des législatives de juin, puis des partielles. Refus d'alliances à gauche. Soutien des nationalistes Corses contre la République. Organisation de manifestations concurrentes aux syndicats les samedis et dimanches pour ne pas pénaliser les patrons. Insultes et mépris permanent de la part des deux acolytes contre ceux qui à gauche s’opposent à eux : « ne sont rien », « sont des alcooliques », « sont des crevards à moins de 3000 euros », « représentent le vieux monde », « sont la gauche selfie », longue très longue serait la liste du mépris de Macron et Mélenchon envers la gauche en lutte.

Nous appelons toute la gauche du NPA à génération.s en passant par la gauche d’EELV, le PCF, ENSEMBLE, les anarchistes, les autonomes à dégager Mélenchon, à appliquer à lui-même ce qu’il veut appliquer aux autres : "le dégagisme".
« Qu’ils s’en aillent tous ! », « et qu’il n’en reste pas un seul » continuait le slogan en Amérique Latine.
Que Mélenchon, à 66 ans donne l’exemple et dégage, au lieu de penser déjà à 2022 et gagner du temps en étouffant tous les mouvements sociaux et révoltes jusqu’à cette date en faisant mine de les soutenir.

« Ni Dieu, ni Maître, ni César, ni Tribun, ni Macron, ni Mélenchon »

La conscience grandit que cette affaire des cheminots nous concerne tous.
Et par conséquent que la dispersion des luttes nous fera tous perdre. Nous pensons qu’il n’y a pas d’autre moyen de le dire qu’une grande manifestation nationale à Paris en nous débarrassant des deux diviseurs de la gauche : Macron et Mélenchon.
Que ce samedi 5 mai signale aux puissances d’argent qu’elles n’ont pas gagné,
et que le plus grand nombre ne veut pas de leur monde.
Et que le 5 mai, ce grand nombre… ne se met pas en marche pour l’un ou l’autre, mais dise clairement : ni l’un, ni l’autre !

« Ni Dieu, ni Maître, ni César, ni Tribun, ni Macron, ni Mélenchon »

Le 8 avril 2018



Pascal compte sur vous aujourd'hui

Pascal VILLALBA a besoin de votre aide pour sa pétition “La fete a Melenchon !”. Rejoignez Pascal et 361 signataires.