L'alerte virale sans fondement scientifique du Dr Anne-Lise Ducanda

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !


Selon l’article L.4124-2 du Code de la Santé Publique : seuls le Ministre de la Santé, le Préfet, le Directeur Général de l’ARS, le Procureur de la République, les conseils national et départementaux de l’Ordre peuvent traduire devant la chambre disciplinaire un médecin chargé d’une mission de service public à l’occasion des actes de sa fonction publique.

Nous demandons donc à l'Ordre National et Départemental (91) des Médecins, à madame Agnès Buzyn (ministre de la santé), madame Josiane Chevalier (préfète de l'Essonne), Caroline Nisand (Procureur de la république de l'Essonne) et monsieur Christophe Devys (directeur de l'agence régionale de la santé d'Ile de France) de bien vouloir entamer les procédures qui s'imposent à l'encontre du docteur Anne-Lise DUCANDA concernant les faits suivants : 

Rien de virtuel dans l'autisme !

Le terme « autisme virtuel » a fait l'effet d'une véritable bombe le jour où le Dr Anne-Lise Ducanda a utilisé ce terme pour désigner les enfants qui présentent un retard de développement suite à une surexposition aux écrans.

Tout à commencé par la publication d'une vidéo il y a un an sur Youtube où le Dr Ducanda ne cesse d'utiliser les termes « autisme », « autiste », « troubles du spectre autistique », « autisme virtuel »... pour désigner ces enfants : https://www.youtube.com/watch?v=9-eIdSE57Jw. Relayée par de nombreux médias depuis plusieurs mois, pas une seule vidéo, pas un seul article ou post Facebook n'échappent à présent à la vigilance des familles concernées qui somment le Dr Ducanda de cesser d'utiliser ces termes.

Le Docteur Anne-Lise Ducanda enfreint en toute impunité le code de déontologie médicale. Rappel de l'Article R4127-13 : « Lorsque le médecin participe à une action d'information du public de caractère éducatif et sanitaire, quel qu'en soit le moyen de diffusion, il doit ne faire état que de données confirmées, faire preuve de prudence et avoir le souci des répercussions de ses propos auprès du public. Il doit se garder à cette occasion de toute attitude publicitaire, soit personnelle, soit en faveur des organismes où il exerce ou auxquels il prête son concours, soit en faveur d'une cause qui ne soit pas d'intérêt général ».

- « (...) il doit ne faire état que de données confirmées ». Nous posons donc la question :

- Où sont les preuves scientifiques lorsque Mme Ducanda affirme ? : « A 3/4 ans, l'exposition massive aux écrans entraîne chez de plus en plus d'enfants des troubles qui sont exactement identiques aux troubles autistiques ». Nous disposons à ce jour d'une cinquantaine d'études sur la nocivité de l'usage excessif des écrans et AUCUNE à ce jour ne fait état d'un quelconque lien entre les écrans et les TSA (HAS, Académie des Sciences). Les dernières recommandations de la HAS (Haute Autorité de la Santé) sont parues le 19 février 2018 et rappellent en page 96 qu'aucune étude à ce jour ne fait mention du moindre lien entre surexposition aux écrans et troubles du spectre de l'autisme.

- Où sont les preuves scientifiques lorsque Mme Ducanda affirme ? :
« l'augmentation exponentielle des troubles du spectre autistique touche tous les pays riches et uniquement les pays riches ». L'OMS communique pourtant sur la situation de l'autisme dans les pays pauvres et il ne faut pas chercher longtemps pour trouver de nombreux articles évoquant les ravages de la mauvaise prise en charge de l'autisme dans ces pays. Doit-on également rappeller que l'OMS estime que des dizaines de millions de personnes sont autistes en Afrique ?

Deux récentes études suédoises et danoises datant de 2015 démontrent tout à fait autre chose. La majeure partie, sinon la totalité de cette augmentation serait attribuable à l’élargissement des critères diagnostiques et à leur application plus systématique à l’ensemble de la population : https://theconversation.com/peut-on-parler-dune-epidemie-dautisme-73261

- Où sont les preuves scientifiques lorsque Mme Ducanda affirme ? :
« Quand les parents parviennent à limiter les écrans à 1h par jour, seul ou avec une aide, les troubles et les signes autistiques disparaissent miraculeusement ou diminuent très fortement ».

- Où sont les preuves scientifiques lorsque Mme Ducanda affirme ? :
« impossible de faire la différence entre un vrai et un faux autiste ». Quelle formation a le Dr Ducanda concernant l'autisme ? Quel diplôme a t-elle justifiant d'une spécialisation en autisme ? Durant combien d'heures a t-elle étudié la question de l'autisme durant ses années de médecines ? Quel autre cursus diplômant a t-elle suivi sur ce sujet ?

« (...) faire preuve de prudence et avoir le souci des répercussions de ses propos auprès du public ». En faisant ainsi le lien entre autisme et surexposition aux écrans sans aucune preuve scientifique, est-ce que Mme Ducanda pense avoir fait preuve de prudence ? A t-elle mesuré les répercussions (nous dirions même les dommages collatéraux) que déclencheraient ses propos ? Voici ce que ça va entrainer et ce que nous constatons d'ores et déjà sur le terrain : 

- Aggravation du phénomène de l'errance médicale déjà omniprésent dans le milieu de l'autisme.

- Aggravation de la méconnaissance de l'autisme en France : doit-on rappeler au Dr Ducanda, que la France accuse déjà un retard de 40 ans par rapport aux autres pays développés en matière de diagnostic, de prise en charge et de scolarisation ? 40 ans que les familles sont ballottées de professionnels en professionnels, culpabilisées (les « mères-frigidaires », « les mères trop fusionnelles »...). Et maintenant, les "mères-écrans" ? 

- Culpabilisation, harcèlement des parents par les proches déjà souvent dans le déni.

- Culpabilisation, harcèlement des parents par les professionnels de santé, du corps enseignant etc...

- Retard de diagnostic (les délais actuels sont déjà inadmissibles)

Le docteur Ducanda mélange tout et fait de la désinformation ! Elle indique dans ses vidéos que les progrès de l'enfant sont d'autant plus flagrants après l'arrêt des écrans lorsque l'enfant est stimulé (joue avec ses parents ou des proches) : « En un mois déjà, les parents me disent qu’ils voient la différence. C’est comme si le développement s’était arrêté et il peut reprendre. Surtout avec des jeux et en parlant avec l’enfant. ». Doit-on préciser que la majorité des enfants autistes, à partir du moment où ils sont stimulés, font des progrès ? Est-ce pour autant qu'ils ne sont pas autistes ? Est-ce une raison pour ne pas rapidement poser un diagnostic ?

Le Docteur Ducanda donne clairement de faux espoirs aux familles concernées lorsqu'elle déclare : « Je vois des enfants qui sont diagnostiqués autistes par l'hôpital dont les troubles disparaissent miraculeusement un mois après l'arrêt des écrans ». Croyez-nous, les progrès d'un enfant autiste n'ont rien de "miraculeux"...

Nous recevons des témoignages de parents nous indiquant que des bilans à destination des MDPH pour l'obtention d'un(e) AVS mentionnent déjà des termes tels que "temps d'écrans important" ou "écrans-nounous"

Est-ce que le Dr Ducanda imagine les conséquences ? Sait-elle à quel point l'ordinateur portable est un outil précieux dans la scolarisation des enfants autistes, Dys, THA/H... ? Olivia Cattan, présidente de l'association SOS Autisme France, rapporte publiquement avoir croisé une Directrice d'Etablissement qui lui a demandé s'il ne vaudrait pas mieux retirer les ordinateurs aux enfants autistes de l'école qui l'utilisent pour une prise de notes parce que cela accentuerait leur autisme : https://www.facebook.com/olivia.cattanofficiel/posts/2038410569776896?pnref=story

La rumeur s'est propagée jusqu'en Belgique où une maman nous rapporte qu'un enseignant lui aurait dit que son fils n'était pas vraiment autiste et que c'était "la faute de la tablette".

- Diffusion d'informations graves et dangereuses : Sabine Duflo, Psychologue clinicienne et thérapeute familiale CMP infanto juvénile, membre du Collectif COSE –  Surexposition écran, relaie sur son site internet la théorie scandaleuse de l'association Andaloussia (une orthophoniste qui exerce au Canada et à répandu sa théorie jusqu'au Maghreb) qui affirme catégoriquement que ce sont les écrans qui causent l'autisme,le Dr Ducanda n'est pas en reste puisqu'elle devise directement avec elle sous ses pages Youtube :

https://www.facebook.com/162443014542719/photos/a.162806957839658.1073741828.162443014542719/165203270933360/?type=3&theater

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=889749751190759&id=588973241268413

Le Dr Ducanda, en faisant délibérément le lien entre l'autisme et la surexposition aux écrans, crée la peur et la panique, sème la confusion dans l'esprit des gens qui pour la plupart ne connaissent quasiment rien à l'autisme. Elle fait des raccourcis, crée l'amalgame.

Voici un exemple de ce que l'on voit circuler dans les école : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10211672016296004&set=pcb.10211672024456208&type=3&theater

Dans sa vidéo youtube qui dure 21 minutes et qui comptabilise aujourd'hui 264 152 vues, elle utilise à 13 reprises (soit en moyenne 1 fois toutes les 2 minutes) les termes « autiste », « troubles du spectre autistique », « troubles autistiques », « triade de l'autisme », « retrait autistique », « trouble envahissant du développement ». Cette pratique, appelée « fearmongering » est une forme de publicité déguisée connue en marketing : la propagation de rumeurs effrayantes et exagérées d'un danger imminent ou l'habitude ou la tactique de susciter exprès et inutilement la peur du public sur un problème. Cela peut prendre la forme d'une manipulation psychologique qui utilise des tactiques basées sur la peur, y compris l'exagération et généralement la répétition pour influencer le public afin d'atteindre le résultat escompté.

Le Dr Ducanda et son collectif COSE insiste également à plusieurs reprises, dans plusieurs articles et vidéos, sur l'argument fallacieux du coût financier que représentent aujourd'hui ces « faux autistes » en terme de services dédiés, allocations handicap, AVS... Je cite : « Un défi en termes de santé publique, car les coûts associés au développement de ces troubles du comportement, qui peuvent ressembler à l'autisme, sont considérables (AVS à l'école, allocation enfant handicapé, services dédiés...) : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/07/25/31003-20170725ARTFIG00184-l-immense-nocivite-des-ecrans-sur-le-developpement-des-jeunes-enfants.php

Notre question est donc la suivante : combien d'élus vont alors être tentés de soutenir cette théorie ? Imaginez un peu l'aubaine ! : « faux autistes » = moins de diagnostics = moins de prise en charge à payer = moins d'AVS à rémunérer etc... Elle a d'ailleurs déjà le soutien de la députée Marie-France Lorho :

https://www.facebook.com/HashtagAutismeFrance/posts/198873007540805

Nous insistons sur le fait que Mme Ducanda n'est absolument pas une spécialiste de l'autisme. Donc, en cas de suspicion d'autisme, il est de son devoir, en tant que médecin généraliste, d'adresser immédiatement ces enfants à des professionnels spécialisés dans ce domaine.

Le Dr Ducanda a délibérément enfreint le code de déontologie médical. Elle avait parfaitement conscience de ce qu'elle faisait lorsqu'elle a publié sa vidéo sur Youtube et tout ce qui s'en est suivi. Elle appelle ça « secouer les lignes »... Pour preuve : https://www.facebook.com/HashtagAutismeFrance/photos/a.187628408665265.1073741828.187588112002628/196167137811392/?type=3&theater

- « (...) il doit se garder à cette occasion de toute attitude publicitaire »
Voici quelques exemples de vidéos, reportages, interviews du Docteur Ducanda dans lesquels elle fait le lien entre «  autisme » et « surexposition aux écrans » sans aucune preuve scientifique à l'appui :
- ENVOYÉ SPÉCIAL le 18/01/2018 : « L'addiction aux écrans :"héroïne numérique"
- Dr Ducanda invitée sur le plateau de CNEWS le 163/01/2018 : « Dossier : à 3 ans ils sont accros aux écrans »
- Dr Ducanda invitée sur RMC à l'émission de J. Jacques Bourdin le 10/01/2018 : « il faut absolument éloigner vos enfants des écrans ».
- Le COSE présent à l’émission 66 minutes de M6 le 14/01/2018
- Au JT de 20h sur TF1 le 06/09/2017 : « L'autisme virtuel ».
- Dans l'émission TELE-MATIN sur France 2 le 22/08/2017 : « Écrans chez les enfants : attention danger ! »
- A l'émission LA MAISON DES MATERNELLES sur Direct 5 le 23/05/2017 : « Trop d’écrans favoriserait-il l’autisme? »

Voici des articles médias web / papier qui relaient les propos du Docteur Ducanda dans lesquels elle fait le lien entre «  autisme » et « surexposition aux écrans » sans aucune preuve scientifique à l'appui :

BFMTV le 10/01/2018 : « "Les enfants qui s'en sortiront le mieux dans la vie sont ceux qui ont le moins accès aux écrans".
FRANCE INFO le 19/01/2018 : « Avec les écrans interactifs, des enfants sont sacrifiés tous les jours".
20 MINUTES le 22/05/2017 : « Ecrans et troubles autistiques chez les enfants: Quels sont les vrais risques?
LE MONDE le 27/06/2017 : « Les conséquences des abus d’écrans dans une consultation de la PMI »
LE PARISIEN le 07/06/2017 : « Addiction aux écrans : de graves conséquences chez les enfants de 0 à 4 ans ».
LEFIGARO.FR le 13/10/2017 : « Comment des parents ont désintoxiqué leurs enfants, malades des écrans »
LCI.FR le 12/07/2017 : « Addiction aux écrans : des risques de retard de développement chez les plus jeunes ».
LADEPECHE.FR le 24/05/207 : « Surexposés aux écrans, les enfants deviennent-ils autistes ? »

Liste non exhaustive... → il suffit de taper sur Google « Anne-Lise Ducanda écrans » pour trouver 14 PAGES regroupant de multiples sites, médias, forums etc... relayant les propos du Dr Ducanda sur un supposé lien entre autisme et surexposition aux écrans.

- «  (...) il doit se garder à cette occasion de toute attitude publicitaire, soit personnelle, soit en faveur des organismes où il exerce ou auxquels il prête son concours ». Hors, Mme Ducanda appartient et représente le Collectif COSE – Surexposition Ecrans sur lequel on voit apparaître sur la page d'accueil le terme « autisme virtuel ». 

Lorsqu'on clique sur ce terme d' « autisme virtuel », on arrive sur une nouvelle page sur laquelle nous découvrons les nouveaux termes de « faux autismes », « faux autismes secondaires aux écrans », « autistes secondaires », « vrais autistes », « autistes primaires ». Du grand n'importe quoi... Des termes totalement inventés, qui ne sont présents dans aucune publication scientifique aujourd'hui.

Le Dr Anne-Lise Ducanda n'est pas une lanceuse d'alerte !

Tout à commencé le 1er Décembre 2013 où Marius Teodor Zamfir, coordinateur de la Fondation Centrul Sfântul Mihail pour enfants avec autisme en Roumanie publie un blog sur le site orthodoxe SACCSIV : https://sergetisseron.com/blog/autisme-virtuel-chronologie-d-une-epidemie-mediatique

SOYONS SERIEUX !

Vous trouverez ci-dessous, l'ensemble des articles parus à ce jour, démontrant tous les aspects fantaisistes, scandaleux voir dangereux des propos du Docteur Ducanda et de son collectif :

https://www.gynger.fr/autisme-virtuel-et-inconsequence-reelle/ 

https://www.gynger.fr/ecrans-et-autisme-des-chercheurs-reagissent/

https://drive.google.com/file/d/1iTzkRWZQ8Aqw_3cXkHm7RHZN9IBxzWMN/view

https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20170621.OBS1034/ecrans-et-autisme-la-these-farfelue-et-virale-d-un-medecin.html

https://www.huffingtonpost.fr/olivia-cattan/en-diffusant-un-documentaire-associant-autisme-et-ecrans-les-medias-vehiculent-une-fake-news_a_23351132/

https://lebonusagedesecrans.fr/2018/03/06/ecrans-et-autisme-une-contre-verite/

https://mycore.core-cloud.net/index.php/s/9ToImlMf8T9dOIE#pdfviewer (page 57)

http://www.atlantico.fr/decryptage/large-etude-montre-que-consommation-environnements-virtuels-plus-4-h-jour-chez-enfants-0-3-ans-peut-causer-trouble-spectre-3335905.html

A l'heure où la HAS à émis des recommandations insistant sur l'importance d'un diagnostic précoce et d'une prise en charge adaptée, les ravages occasionnés par cette rumeur relayée par des enseignants et des professionnels de la petite enfance sonnent le glas de l'inclusion des enfants autistes pourtant promise et mise en avant par notre gouvernement. Ce type de désinformation ne fera qu'accentuer le retard déjà accumulé dans le repérage des troubles des enfants avec TSA, Dys et TDAH.

ALORS MERCI DE BIEN VOULOIR SIGNER ET PARTAGER EN MASSE CETTE PETITION !

Nous suivre : https://www.facebook.com/HashtagAutismeFrance/

 

 



Hashtag Autisme France compte sur vous aujourd'hui

Hashtag Autisme France a besoin de votre aide pour sa pétition “L'alerte virale sans fondement scientifique du Dr Anne-Lise Ducanda”. Rejoignez Hashtag Autisme France et 5 482 signataires.