Cruauté dans un laboratoire de recherche de Montréal. Que justice soit faite pour Grace.

0 have signed. Let’s get to 15,000!


En mars 2017, Last Chance for Animals (LCA) a dévoilé des images tournées à l’intérieur d’une entreprise de recherche contractuelle de la région de Montréal.

Un enquêteur de LCA a travaillé chez International Toxicology Reseach Canada (ITR) à Baie-d’Urfé, dans la région de Montréal pendant plus de quatre mois en 2016. Il a filmé de nombreuses infractions aux lois provinciales de protection des animaux.

 L’investigation de LCA montre le cas d’une jeune macaque, Grace, tournant sans cesse dans sa cage et ayant une grande plaque sans poil, deux signes de stress sévère causés par le confinement et l’absence de socialisation avec les autres animaux. Lorsque l’enquêteur de LCA a montré ces symptômes à un employé d’ITR responsable des soins quotidiens aux animaux, l’entreprise a avisé ses techniciens de ne pas noter la perte de poils ou d’autres comportements répétitifs dans les carnets de santé. Les lignes directrices d’évaluation quotidienne des animaux de laboratoire demandent pourtant à ce que les indicateurs de comportement et de bien-être soient mesurés.

Grace était traitée comme n’importe quel instrument de laboratoire. Mais ce n’est pas le cas! C’est un jeune animal qui sera gardé en vie pendant des années, voir des décennies. Son corps sera utilisé étude après étude, et elle va souffrir des effets des produits toxiques qu’on la force à ingérer, de l’isolation, de la peur et du stress constant d’une vie dans un laboratoire. Aucun animal ne mérite ce traitement.

Nos enquêteurs ont vu des animaux être jetés et violemment et frappés pendant les procédures et la manipulation de routine. Ils ont aussi pu observer des animaux présentant des plaies ouvertes et des infections pas traitées ou traitées inadéquatement. Les gestes ont souvent été posés devant les superviseurs qui n’ont pris aucune mesure pour empêcher d’autres abus ou pour corriger la situation de négligence systématique des animaux.

 LCA a transmis les éléments de preuves et déposé des plaintes officielles auprès du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) et du Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). LCA demande que les lois soient appliquées dans les cas suivants:

Des animaux jetés, frappés, suspendus par les oreilles ou les membres. Les coups étaient si forts qu’ils peuvent être entendus sur l’enregistrement ;

Des plaies et les infections non traitées ou mal traitées ;

Des animaux soumis à des procédures douloureuses et angoissantes à la vue d’autres animaux ;

Des beagles et des macaques à qui on refuse toute possibilité de socialisation avec les humains ou d’autres animaux, et qui n’ont accès à aucune forme exercice, dans certains cas pendant une étude de neuf mois (à la fin de laquelle les animaux sont tués) ;

Des macaques qui n’ont pas accès à de l’eau potable en quantité suffisante ;

Des techniciens qui ont reçu l’ordre de ne pas prendre note de la perte de poils chez les macaques, même si cette perte de poils était la conséquence de comportements répétitifs développés par le stress d’être confiné dans un logement inapproprié, et même si les lignes directrices pour l’évaluation quotidienne des animaux dans les laboratoires exigent que les indicateurs de bien-être soient mesurés ;

Un logement inadéquat où les animaux étaient confinés sans literie appropriée ou une zone sèche et plate pour se reposer. Les animaux étaient exposés à de forts bruits et à des niveaux nocifs de gaz causés l’accumulation d’urine et de matières fécales derrière les cages. Les animaux risquent également d’être pris dans le grillage de leurs cages ;

Des beagles incapables de se retourner complètement parce qu’ils sont constamment attachés avec un cathéter inséré entre leurs omoplates ;

Un cas anecdotique d’un singe macaque laissé sans surveillance pendant qu’il est restreint dans un dispositif d’inhalation pour ensuite suffoquer jusqu’à la mort.

Exigez que la justice soit faite pour Grace et pour tous les autres animaux observés pendant l’enquête de LCA.



Today: Last Chance for Animals is counting on you

Last Chance for Animals needs your help with “Justice Pour Grace”. Join Last Chance for Animals and 13,944 supporters today.