STOP AU JOUR DE CARENCE INIQUE ET INEFFICACE !

0 a signé. Prochain objectif : 35 000 !


Monsieur le Ministre de l’Education Nationale,

Les professions de l’éducation subissent depuis des dizaines d’années une stagnation des salaires et l’effondrement continu de leur pouvoir d’achat ; elles ont été exclues de toutes les mesures prises en faveur de la réduction du temps de travail ; elles sont plus que toute autre menacées par une baisse drastique des pensions en cas d’adoption de la réforme des retraites par points ; elles sont enfin privées d’une médecine du travail digne de ce nom.

Comme si cette maltraitance institutionnelle ne suffisait pas, elles doivent en outre subir l’application aveugle d’un délai de carence lors des congés maladie alors que les effets d’une telle mesure discutable sont neutralisés partout ailleurs, que ce soit par la prise en charge des jours de carence par l’employeur ou d’autres organismes, ou plus fréquemment par le contournement des jours de carence grâce précisément au dépôt de jours de RTT pour couvrir des arrêts de travail « pour raison de santé » en évitant d’être mis en « arrêt maladie ».

Par crainte de se voir prélever injustement une journée de salaire sur un montant déjà scandaleusement dérisoire, nombreux sont les agents qui renoncent à se soigner et qui viennent travailler en aggravant leur état de santé, quand ils ne sont pas alors contagieux pour leurs collègues ou leurs élèves. Cette situation absurde ne peut durer. Il n’est guère étonnant que les carrières de l’éducation nationale n’attirent plus. Il n’est guère étonnant que lassitude et résignation gagnent la plupart. Il n’est guère étonnant de voir se multiplier les cas de dépressions, burn-out ou suicides.

Parmi les moyens simples d’enrayer cette spirale infernale, nous réclamons que l’application du délai de carence aux personnels de l’Education Nationale tienne enfin compte des risques spécifiques encourus par ces derniers et ne se transforme pas en double peine. Non seulement parce que nous sommes constamment exposés aux virus qui prolifèrent dans les bâtiments scolaires, mais aussi parce que nous sommes dorénavant de plus en plus soumis à des affections et à des stress nouveaux causés par des réformes se succédant à un rythme effréné ou par le comportement incivil et le manque de discipline d'un nombre croissant d'élèves.

C’est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Ministre, de supprimer le délai de carence dans l’Education Nationale ou bien, à défaut, d’en corriger l’application sans discernement, inefficace et contre-productive :

-          En prenant à votre charge, en tant qu’employeur, le paiement des jours de carence pour tous les congés maladie d’une durée inférieure à six jours ;

-          En limitant à trois par année scolaire le nombre de jours de carence non pris en charge par l’employeur pour des congés maladie excédant six jours ;

-          En n’appliquant aucun jour de carence en cas de maladie contractée par l’agent sur son lieu de travail ;

-          En prenant en charge la vaccination des agents et en mettant enfin en œuvre les mesures de prévention prévues par la loi.

La réponse que vous saurez apporter à ces demandes raisonnables sera à la mesure de votre considération pour les personnels de l'Education Nationale. Elle sera également, pour nous, l'occasion de prendre acte du respect que la République sait encore témoigner envers son école et ceux qui la servent et la soutiennent à bout de bras.