Empêchez la fermeture des programmes 410 et 412 au cégep!

0 a signé. Prochain objectif : 7 500 !


Le 15 octobre 2019

Monsieur le ministre Jean-François Roberge,

Nous vous écrivons aujourd’hui parce que le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) a entrepris une vaste opération pour donner suite à un rapport du vérificateur général qui déplorait la lenteur des révisions de programmes (DEP et DEC). Dans cette foulée, le Comité national des programmes d’études professionnelles et techniques (CNPEPT) tente d’effectuer les opérations dans un délai de 18 mois. Cette précipitation ne donne pas toujours des résultats heureux!

Nous avons appris avec stupéfaction que cela est particulièrement le cas pour les programmes 410-001 Gestion de commerces, 410-003 Comptabilité de gestion, et 412 Bureautique et que le CNPEPT a l’intention de les fermer purement et simplement pour laisser la place à un tout nouveau programme Techniques de l’administration (titre provisoire).

Le CNPEPT a élaboré sa vision des choses sur la base d’une analyse biaisée et incomplète, et il se propose de l’imposer même si elle n’obtient pas l’adhésion du milieu, qui n’a d’ailleurs pas été consulté et qu’on a tenu dans l’ignorance jusqu’à tout récemment.

Nous nous demandons par ailleurs si le CNPEPT a été en mesure d’obtenir une analyse qui reflète d’autres régions que celle de la région de la capitale nationale.

Le CNPEPT justifie ses décisions en s’appuyant sur des documents (État de la situation) qui ont été dressés avec des échantillons laissant une large place au secteur public alors que les diplômées et les diplômés des programmes concernés œuvrent en grand nombre dans le secteur privé. De plus, le CNPEPT tire des conclusions de statistiques contestables, en plus de ne pas avoir tenté de comprendre ce qui motive le comportement des jeunes. Finalement, le CNPEPT, pour faire ses analyses, a pris en considération des énoncés de compétences datant parfois de 1999, alors que les enseignants, dans le secteur technique, n’ont de cesse d’actualiser leurs cours pour s’adapter aux nouvelles réalités du marché et aux compétences en littératie numérique.

Pour tous ces motifs, et bien d’autres encore, nous, les soussignés, demandons et réclamons :

  1.  Un arrêt des opérations du CNPEPT;
  2. Des études complémentaires;
  3. De la transparence du MEES;
  4. Que le milieu collégial soit consulté!

Notre demande est souhaitée avant le 25 octobre prochain, date à laquelle le CNPEPT devrait adopter ses orientations.

Nous vous remercions à l’avance de l’attention que vous porterez à ce dossier et nous vous prions d’accepter, Monsieur le Ministre, l’expression de nos sentiments les plus respectueux.