Arrêter les naufrages en Méditerranée et mer Egée. Renforcer les capacités de sauvetage, lutter contre les passeurs. Développer une politique d'asile européenne solidaire de la Grèce, de l'Italie et de tous les pays plus exposés

Pétition fermée

Arrêter les naufrages en Méditerranée et mer Egée. Renforcer les capacités de sauvetage, lutter contre les passeurs. Développer une politique d'asile européenne solidaire de la Grèce, de l'Italie et de tous les pays plus exposés

Cette pétition avait 4 104 signataires


Qui sommes nous ?

JRS - GRECE (Service Jésuite des réfugiés) – Maurice Joyeux sj

Au nom de l’équipe JRS – GRECE *

* En partenariat avec CARITAS GRECE et ATHENES  de nombreux réfugiés, nous connaissons et aidons demandeurs d’asile et migrants de toutes origines. Nous les visitons en en camps de rétention, aidons des familles à leur intégration (Centre Arrupe, soutien scolaire et familial)

 

 “L’Union Européenne est coupable de non-assistance à personne en danger”

Bernard Kouchner, le 20 avril 2015

La communauté internationale doit "agir avec décision et rapidité" face à la multiplication des tragédies en Méditerranée. “Les migrants sont des hommes et des femmes comme nous”

Pape François, dimanche 19 Avril

Il y a déjà trop de morts innocents en mer, depuis trop d’années !

Il y a trop de vies mises en danger par le trafic d’êtres humains tentant de fuir leur pays d’origine pour des raisons politiques et/ou économiques.

En 2011, 58 000 migrants sont parvenus en Europe à travers la Méditerranée (1500 ont perdu la vie en mer). En 2014, on en a dénombré 350 000 (3419 y ont perdu la vie).

On connaît le bilan tragique des premiers mois de 2015 : 1600 morts en mer au moins dont 700 la semaine dernière. Il faut que cesse l’hécatombe! 

Citoyens européens, nous avons honte de constater la faiblesse des moyens mis en œuvre en Europe, réduits aujourd'hui à la mission organisée  par l’agence Frontex, dans le cadre de l’opération Triton, qui limite les interventions à 12 milles nautiques des côtes et vise uniquement à endiguer les arrivées sans objectif humanitaire. La mission « Mare Nostrum » financée par la seule Italie, et arrêtée depuis la mise en œuvre de Triton, avait permis l'accompagnement et le sauvetage de 150 000 migrants en un an! Le sauvetage est aujourd'hui dans les mains des navires marchands ; encore faut-il qu’ils soient avertis à temps et choisissent de détourner leur route.

L’Italie a relancé des missions d’intervention malgré la fin de son programme “Mare Nostrum”, censé être relayé par l’UE.

Citoyens européens, nous avons les moyens de décider et d’empêcher cette tragédie de se poursuivre.

C’est un devoir urgent pour l’Europe d’intervenir en amont avec ses voisins pour arrêter le trafic, contrôler les pays de départ et assurer une politique d’asile responsable.

Ce que nous demandons

Nous demandons à l’Union Européenne de tout faire pour empêcher de nouvelles tragédies humaines en Méditerranée ou en Mer Egée. Elle doit agir sans délai, en adoptant un plan d’urgence doté des moyens nécessaires, pour arrêter les naufrages et assurer l’acheminement sécurisé des migrants en mer.  En priorité, qu’elle donne à Frontex les moyens d'élargir sa mission d'organisation au sauvetage en pleine mer, ou bien qu’une agence européenne distincte de Frontex en soit chargée très rapidement.

Nous demandons à l’Union Européenne de se concerter d’une part avec les pays de départ et ceux du Sud de la Méditerranée, d’autre part avec les dirigeants des Etats membres de l’Union, pour élaborer et mettre en oeuvre rapidement une politique d’asile cohérente, coordonnée, respectant totalement les droits de l’homme. Depuis 2011 et le Printemps arabe, l'Europe fait face à une poussée majeure des demandeurs d'asile. Or 80% des demandeurs sont accueillis par 6 pays de l'Union sur 28. Les politiques nationales sont inégales et déséquilibrées. 

La responsabilité de l’accueil ne doit pas reposer sur les seuls pays où débarquent les migrants : Italie, Malte, Grèce.

Ces pays devraient recevoir une assistance bien plus grande de la part de l’Europe et de ses états membres.

La Convention de Dublin qui confère au pays d'entrée la responsabilité de l'accueil et de la prise en charge des réfugiés doit être révisée pour assurer une répartition équitable et cohérente des demandeurs d'asile dans l'Union Européenne. 

Trop de migrants se trouvent piégés et coincés, en particulier en Grèce, sans aide ni protection.

Nous demandons aux Etats membres d’élaborer rapidement des programmes nationaux qui permettent d’engager les fonds européens dédiés à la Sécurité Intérieure et aux politiques migratoires et d’asile, pour que les décisions soient suivies d'actions rapides financées dans ce cadre. Il n’est pas acceptable que, à ce jour, seulement 5 pays de l’UE sur 28 aient élaboré les programmes couvrant la période 2014-2020 qui permettent d’engager les fonds!

Dans l’immédiat, nous demandons que la réunion d’urgence des chefs d’Etat et de Gouvernement prévue ce jeudi 23 avril 2015 décide d’un plan d’actions à entrée en vigueur immédiate concernant le sauvetage en mer et la lutte contre le trafic d'être humains dans les  pays de départ, et qu'elle dessine les lignes d'une vraie politique d'asile commune.

Plus précisément nous demandons :

-       l’élargissement immédiat de l’opération Triton jusqu’en haute mer, avec une flotte renforcée, et l'extension de sa mission au sauvetage humanitaire.

-       Un engagement rapide des moyens disponibles des États Membres, accrus par l'engagement de programmes dans le cadre du  Fonds Sécurité  Intérieure (FSI).

-       Une aide effective à la réunification des familles lorsque une partie d’entre elles vit déjà en Europe ( regroupement familial)

-       L’équipement de lieux d’accueil des demandeurs d'asile, selon une stratégie d’accueil cohérente, qui responsabilise les pays d’arrivée (enregistrement, identification…) dans le respect de la convention de Dublin

-       La Révision la convention de Dublin pour instaurer une répartition équitable et cohérente dans sa nature des demandeurs d'asile

-       L’Obligation aux États Membres d’enregistrer et de prendre en charge les arrivants, grâce aux moyens affectés dans le cadre du Fonds Asile Migration Intégration.

-       La délivrance de « visas humanitaires » pour faciliter l’accès aux procédures d’asile  ( pour plus de détails : https://jrseurope.org/assets/Publications/File/Christian_Group_Recomm_for_safe_legal_paths_to_protection_final.pdf).

 -       Le déploiement d’une politique d’asile dans les Etats Membres sur la base de critères de répartition publics et reconnus. Que des moyens associés en particulier selon un bon usage du Fonds Asile Migration Intégration (FAMI) soit donnés.

-       Une collaboration internationale, dans les lieux de départ, pour contrôler plus efficacement les manœuvres des passeurs. La lutte pour démanteler les réseaux de passeurs doit être menée avec des moyens de police plus importants. C'est possible, notamment dans le cadre de la politique de voisinage et de développement de l'UE. 

VIDEO

www.lepoint.fr/monde/naufrages-en-mediterranee-le-coup-de-colere-des-jesuites-21-04-2015-1923030_24.php



Maurice compte sur vous aujourd'hui

Maurice JOYEUX a besoin de votre aide pour sa pétition “Jean-Claude Juncker: Arrêter les naufrages en Méditerranée et mer Egée. Renforcer les capacités de sauvetage, lutter contre les passeurs. Développer une politique d'asile européenne solidaire de la Grèce, de l'Italie et de tous les pays plus exposés”. Rejoignez Maurice et 4 103 signataires.