Harcèlement contre l’hétérosexualité masculine, stop ! Ensemble réagissons.

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !



 Depuis la fin novembre 2016, la mairie de Paris prétend mener une campagne « contre le harcèlement de rue, avec, pour objectif avancé, de montrer son caractère inacceptable, faire diminuer le sentiment d’impunité des harceleurs, déculpabiliser les victimes, sortir du silence mais aussi susciter l’entraide. »
 
Tout d’abord, avec Elisabeth Badinter, nous estimons que cette obsession est une dérive hystérique à l’américaine. (Fausse Route, p. 32). « Pour recevoir une attention sexuelle désirée, il faut en donner et en recevoir pas mal de non désirées. En vérité, si on ne permettait à personne de prendre le risque d’offrir une attention sexuelle non sollicitée, nous serions tous des créatures solitaires. » Elisabeth Badinter, (Fausse Route p. 49). Un compliment sur le physique ou une robe n’ont rien à voir avec du harcèlement sexuel
 
Il est heureux que le film « Quai des brumes » réalisé par Marcel Carné dans lequel Jean Gabin dit à Michèle Morgan : « Tu as de beaux yeux, tu sais » ait été tourné en 1938. Car aujourd’hui, il serait passible des tribunaux car « tout commentaire sur le physique ou sur la tenue constitue une atteinte à l’égalité femmes/hommes, une atteinte à la liberté de circuler et au droit à la sécurité partout dans la ville de jour comme de nuit » (Source : Mairie de Paris).
 
De plus, nous notons que l’ensemble des tracts, affiches, sites Internet, numéros verts et autres ne visent qu’un seul des deux genres. C’est ainsi que toutes les cartes postales que nous avons trouvées dénoncent le harcèlement sexuel de femmes par des hommes. Aucune ne dénonce le harcèlement sexuel d’hommes par des femmes. « Ma jupe n’est pas une invitation » mais pas « Mon jean moulant n’est pas une invitation ». « Tu es bonne, donne moi ton 06 » mais pas « Tu es bon, donne moi ton 06 ».

 Il est possible que le harcèlement sexuel soit majoritairement le fait des hommes. Mais est il exclusivement masculin ?  
 
S’il est exclusivement masculin, il faudrait en finir avec l’hypocrisie et cesser de dire : « Harcèlement, stop ! Ensemble réagissons. » pour dire enfin : « Harcèlement des femmes par les hommes, stop ! Ensemble réagissons. » 
 
Si, au contraire, le harcèlement sexuel n’est pas exclusivement masculin, il faudrait que les appels à la lutte contre le harcèlement sexuel prévoient les deux cas de figure. Au nom de la diversité des genres, aucune entreprise (Orange, La Poste, Nestlé, etc.) ne s’autoriserait à ne représenter dans une publicité des hommes ou uniquement des femmes. Toutes prennent toujours soin de présenter des publicités qui montrent une fois un homme, une fois une femme afin de se mettre à l’abri de l’accusation de véhiculer des stéréotypes de genre du type : « Papa lit, Maman coud ». Par conséquent, le fait que les campagnes municipales et nationales contre le harcèlement sexuel ne respectent jamais la diversité des genres a une signification très précise : seuls les hommes harcèlent, seules les femmes sont harcelées. 
 
La loi ne précise pas que seul le harcèlement masculin est réprimé. L’article 222-33 du code pénal ne dit pas que le harcèlement sexuel est le fait pour un HOMME d'imposer à une FEMME, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante. 
 
En revanche, les campagnes contre le harcèlement ne sont pas sexuellement neutres. Devons-nous comprendre qu’il y a un texte et un sous texte ? Un texte de loi hypocritement neutre et une explication de texte destinée à faire comprendre aux gens que les coupables de harcèlement sexuel sont exclusivement des hommes ?
 
Il s’agit là d’une discrimination fondée sur le sexe. Nous demandons en conséquence à la Mairie de Paris de mettre fin à cette discrimination.  Prôner l’égalité femmes/hommes est assurément très louable, mais il ne faudrait pas que cela empêche l’État et la Mairie de Paris de prôner également l’égalité hommes/femmes.
Harcèlement des hommes hétérosexuels par la mairie de Paris, stop ! Ensemble, réagissons.



Collectif vérité et justice compte sur vous aujourd'hui

Collectif vérité et justice a besoin de votre aide pour sa pétition “Harcelement stop”. Rejoignez Collectif vérité et justice et 161 signataires.