Save Canadian Hospitality Workers

0 have signed. Let’s get to 25,000!


To the Members of the House of Commons, Provincial leaders, and municipal officials,

We implore you to act now to save restaurant workers. Facing the second wave of the COVID-19 virus, hundreds of thousands of Canadians will lose their jobs and face ongoing precarity - and you have the power to help them. The workers of this sector have been some of the hardest hit during this crisis and will be the last to recover. Don’t fail these Canadian workers, they are counting on you.

Our restaurants have received compensation from the government in the form of rental assistance for small businesses, wage subsidies, and a pause of commercial evictions in order to keep the industry viable. All the while, the particular issues, realities, and priorities of the workers in our industry have been overlooked.

The service industry is Canada’s 4th largest employment sector, a number that stands on par with the manufacturing sector. It generates $89 billion per year in revenue and contributes $35 billion to the Canadian GDP. In fact, 1 in 12 Canadians are employed in the hospitality sector, totaling more than 1.2 million workers across Canada. During the C-19 pandemic, it has also been one of the hardest-hit sectors of our economy and it will be one of the last to recover.

The quick response of the federal government through the CERB program has helped hundreds of thousands of restaurant workers stay afloat during the pandemic. Rent relief and wage subsidy programs target the industry at large but have failed to address workers directly and have left them more vulnerable. Restaurant workers need support tailored to them and their specific needs, which requires immediate action by all levels of government to ensure basic labour standards in the hospitality industry are met throughout the country.  

We need action NOW.

We propose the following THREE (3) actions be taken immediately to save restaurant workers from certain poverty:

1.  Permanently adapt the rules of EI to include precarious workers. The recent changes to EI do little to address the particular issues in our industry. EI has never taken into account income from tips in calculating benefits and even in regular calendar years, few hospitality workers meet the standard number of hours to qualify for EI. We restaurant workers need permanent assured changes to the EI system to ensure stability in the face of further employment crisis. Further, we call on the government to ensure the CERB minimum of $500 per week is maintained within these new adaptations to protect workers from poverty.

2.  Define and enforce fair work hours and wages. In the hospitality industry there exists no standard practice for overtime, day wages, and paid leave.  We call on the government of Canada to define and enact measures for restaurant workers that would include protections beyond the recently proposed bill for paid sick leave. We equally implore federal legislators to ensure restaurant workers have mechanisms by which they can access paid overtime, reasonable hours, and ensure they are compensated for every hour of work.  Federal fiscal support for the provinces/territories should be made contingent upon legislative protection for the rights and benefits of restaurant workers.

3.   Adequate health protections for restaurant workers. Restaurant work is a client-facing job contingent on social interaction. Restaurant workers are on the front line of the COVID-19 crisis often with below average PPE and unclear contact tracing regulations. We call on the federal government to create universal standards for both PPE and contract tracing. Additionally, we implore the government to introduce inspectors for oversight to ensure these measures are enforced and restaurant workers are protected. Further, we ask the federal government to enact federally mandated paid sick leave for restaurant workers of 10 days without any restrictions, ensuring that these sick days are available to all restaurant workers.  The COVID-19 crisis has demonstrated the vulnerabilities of restaurant workers in health crises. Restaurant workers deserve dignified and decent health leave.

The average hospitality worker is under-paid, under-employed, overworked, and left struggling to afford housing, transit, utilities, and other basic expenses. Across the country, restaurant workers face unjust and inequitable conditions; unpaid overtime, toothless and tedious worker rights protections, dangerous and unhealthy workplaces, discrimination both within the workplace and from clients, and wage theft. These are just some of the condition’s workers face on an everyday basis. These employees are at risk of falling deeper into poverty and oppressive circumstances without government support.

When it comes to income insecurity in this sector, tips are a big part of the problem. The practice of tipping plays on the biases of the public, amounting to a lesser financial benefit for Black, Indigenous, people of colour, women, the chronically ill, the disabled, and trans and gender non-conforming workers. These workers make on average the lowest tips and overall wages, all while making up a significant majority of hospitality employees. The hospitality industry has been powered by the labour of the Black, Indigenous, and people of colour who have made up and continue to make up a dominant portion of the restaurant workforce; these communities received and still receive discriminatory treatment in hiring, advancement, compensation, and general service. The restaurant industry has been supported by the work of marginalized communities since its inception. The current Employment Insurance structure does not account for tips or other forms of wage subsidy that currently exist, to the further disadvantage of the worker. We call on you to stand in solidarity with global anti-oppression movements and create a plan that is worker-centred. Heed our above requests for immediate action items to remedy the impact of the employment crisis for this sector.

The pandemic has exposed the flaws and frailty of the restaurant industry and the failure of governments to adequately create a legislative solution. We ask you to recognize the plight of the millions of restaurant workers in our country and meet our demands to save restaurant workers from certain poverty.

 

Aux députés de la Chambre des communes, dirigeants provinciaux et responsables municipaux, 

Nous vous implorons d’agir maintenant pour protéger les travailleurs de l’industrie de la restauration. Face à la deuxième vague de la COVID-19, des centaines de milliers de canadiens perdront leurs emploi et feront face à une précarité continue- et vous avez les moyens de les aider. Les travailleurs de ce secteur ont été parmi les plus durement touchés par cette crise et seront les derniers à s’en remettre. Ces travailleurs comptent sur vous, ne les laissez pas au naufrage.

Les restaurants ont reçu compensation et assistance du gouvernement sous forme d’assistance au loyer pour les petites entreprises, de subventions salariales et la suspension des expulsions commerciales, programme qui ont tous servi à maintenir cette industrie en vie. Toutefois, les questions, réalités et priorités propres aux travailleurs de ce secteurs furent négligées.

Le secteur hôtelier est le quatrième employeur du Canada, à pied d’égalité avec le secteur manufacturier. Il génère 89 milliards de dollars par année en revenus et contribue 35 milliards de dollars au PIB canadien. Un canadien sur douze est employé dans l’hôtellerie, totalisant 1.2 million de travailleurs. Pendant la crise du COVID-19, ce secteur important a été un des plus durement touché et il sera un des derniers à bénéficier de la reprise.

La réponse rapide du gouvernement fédéral par l’entremise de la PCU a permis à des milliers de travailleurs de passer à travers la pandémie et ses retombés économiques. L’allégement des loyers et les programmes de subventions salariales s'adressent à l’industrie dans son ensemble mais ces programmes, qui ne s’adressent pas aux travailleurs directement, ont davantage vulnérabiliser ceux-ci. Les travailleurs de la restauration ont besoin d’un soutien adapté à leurs réalités et leurs besoins un projet qui exige des actions immédiates par tous les paliers gouvernementaux afin d’assurer un respect des normes de travail de base dans l’industrie hôtelière partout au pays.

Il faut agir MAINTENANT.

Nous proposons que les TROIS (3) mesures suivantes doivent être prises immédiatement pour éviter qu’un grand nombre de travailleurs de la restaurations ne se retrouvent en situation de pauvreté:

1. Adapter de façon permanente la réglementation sur l’assurance emploi pour inclure les travailleurs précaire. Les récents changements apportés à l’AE font peu pour régler les problèmes particuliers à notre industrie. L’AE n’a jamais tenu compte de la part du revenu provenant des pourboires dans le calcul des prestations et, même au courant d’une année civile normale, peu de travailleurs de la restauration atteignent le nombre d’heures standard nécessaire pour accéder aux prestations d’assurance emploi. Nous, les travailleurs de la restauration, avons besoin the changement permanent au sytème de l’assurance emploi pour assurer une stabilité face à d’éventuel crises futurs de l’emploi.  De plus, nous demandons au gouvernement d’assurer que le minimum de 500$ établi par la PCU soit maintenu dans le cadre de toutes nouvelles adaptations afin de protéger les travailleurs de la pauvreté.

2. Définir et appliquer des horaires de travail et salaires équitables. Dans l’industrie hôtelière, il n’existe aucune pratique standard pour les heures supplémentaires, les salaire journaliers et les congés payés. Nous demandons au gouvernement du Canada de définir et et d’adopter des mesures pour les travailleurs qui comprendraient des protections au-délà du projet de loi  récemment proposé pour  les congés de maladies.  Nous implorons également le fédéral d’assurer au travailleurs de la restauration des horaires de travail raisonnables et qu’ils soient rémunérés pour chaque heure de travail. Le soutien fiscal du fédéral aux provinces et territoires devrait dépendre de la promulgation par ceux-ci de mesure législatives pour la protection des droits et avantages des travailleurs de la restauration.

3. Exiger des protections adéquate pour la santé des travailleurs. Le travail en restauration est un travail qui se fait en contact direct avec la clientèle, ou les interactions sociales sont obligatoire.  Les travailleurs de la restauration sont aux fronts de la crise COVID-19, souvent avec des équipement de protection inadéquat et un suivi des contacts inégal. Nous faisons appel au gouvernement fédéral afin que soient imposés des normes universelles pour les équipements de protection individuelle et le suivi des contacts. De plus, nous implorons au gouvernement d’assurer la mise en vigueur de ces  normes en imposant  un suivi et des inspections pour  protéger les travailleurs. De plus, nous demandons au gouvernement federal de rendre obligatoire la provision d’un congé de maladie de 10 jours pour les travailleurs de la restauration et d’assurer que ceux-ci soient accessible à tous. La crise de la COVID-19 a rendu clair la précarité auquel  sont sujet les travailleurs  de le restauration:  ces travailleurs  méritent un accès décent aux  congés pour la santé.

Le travailleur hotelier moyen est sous-payé, sous-employé, surmené et a du mal à payer logement, transport, services publics et autres dépenses de base. Partout au pays, les travailleurs de la restauration font face à des conditions de travail injuste et malsain: heures supplémentaires non renumerées, protections des droits des travailleurs édentées, lieux de travail dangereux et insalubres, discrimination à la fois sur le lieu de travail et de la part des clients et vol de salaire. Ce n’est qu’un survol des conditions auquel font face les travailleurs au quotidien. Ces employés risquent de sombrer plus profondément dans la misère et l’oppression sans l’intervention du gouvernement.

En matière d’insécurité des revenus dans ce secteur, les pourboires contribuent de façon  importante au problème. La pratique du pourboire joue sur les préjugés et biais du public et fait en sorte que les Noir.e.s, les Autochtones, les personnes de couleur, les femmes, ceux soufrant de maladies chroniques, les personnes handicappées, et les travailleurs trans. et non conformistes de genre  font en moyenne les pourboires et salaires  globaux les plus bas, tout en constituant un majorité significative des employés dans le secteur. Le secteur hotelier est alimenté par le travail des Noirs, Autochtones et personnes de couleur qui ont constitué et continuent à constituer une partie dominante de la main d’oeuvre. Ces communautés ont reçu et reçoivent toujours un traitement discriminatoire en matière d’embauche, d’avancement, de rémunération et de services généraux. L’industrie de la restauration a profité de la main d'œuvre des communautés marginalisées depuis ses débuts. Le système d’assurance emploi actuel ne prend pas compte des pourboires ou d’autres formes de subvention salariale qui existent actuellement, au détriment du travailleur. Nous faisons appel à vous pour être solidaire avec les mouvements mondiaux anti-oppression en créant un plan centré sur le travailleur. Tenez compte de nos demandes ci-dessus pour des mesures immédiates afin de remédier à l'impact de la crise à l’emploi dans ce secteur.

La pandémie a mis au clair les défauts et la fragilité de l’industrie de la restauration et l’incapacité historique des gouvernements à créer des solutions législatives adéquates. Nous vous demandons de reconnaître la situation critique auquel font face des millions de travailleurs dans notre pays et de répondre à nos demandes afin de protéger les travailleurs de la restauration d’une pauvreté qui peut être évitée.