#Don'tForgetStudents | #N'OubliezPaslesÉtudiants

0 have signed. Let’s get to 50,000!


The federal government has responded to the COVID-19 crisis with an unprecedented series of measures to protect Canadians who have lost their income due to the economic impact of the virus. We welcome the measures the government has already taken to ensure that Prime Minister Trudeau’s ambition that “no-one gets left behind” becomes a reality. Despite the substantial relief programs that the government has quickly assembled to make sure that no Canadian falls through the cracks, many vulnerable groups are at risk of being left behind because they do not qualify for the Canada Emergency Response Benefit (CERB).

Students and recent graduates who have not lost a job as a result of the COVID-19 outbreak do not currently qualify for the CERB. This includes students and recent graduates who cannot find work, have had start dates delayed, and/or internships and summer jobs cancelled entirely.

Most don't qualify for Employment Insurance, as EI requires one to have worked a minimum of 420 hours in the last year. Furthermore, the 6-month moratorium on Canada Student Loans repayment doesn’t help current students and the class of 2020, who will already receive a 6 month interest-free grace period upon graduation.

Students and recent graduates who are just starting their lives and careers now face the most uncertain job market since the Great Depression. Students need to pay for tuition, books, and other living expenses so that they can invest in their futures. Many have expenses due now, and will have no source of income because of the crisis. 

We implore the Government of Canada to provide income support to cover all students and recent graduates, regardless of prior work experience and income. In particular, the $5000 per year income threshold that is currently attached to the CERB will leave behind many students and recent graduates who were unable to work in the last year because they were pursuing their studies. 

It is not too late for our government to act to ensure that students and graduates receive the help they need.

___________________________

Le gouvernement fédéral a répondu à la crise de la COVID-19 avec une série de mesures sans précédent pour protéger les Canadiens qui ont perdu leurs revenus en raison des impacts économiques du virus. Nous accueillons les mesures ambitieuses déjà prises par le gouvernement pour s’assurer, comme le souhaite le premier ministre Trudeau, que « personne ne soit laissé pour compte » au Canada. Malgré les programmes d’aide substantiels rapidement mis en place par le gouvernement pour s’assurer qu’aucun Canadien ne tombe entre les mailles du filet, plusieurs groupes vulnérables sont à risque d’être laissés de côté puisqu’ils ne sont pas admissibles à la Prestation canadienne d’urgence (PCU).

Les étudiants actuellement aux études et les nouveaux diplômés qui n’ont pas perdu leur emploi en raison de la COVID-19 ne sont présentement pas admissibles à la Prestation canadienne d’urgence. Les critères actuels excluent les étudiants incapables de trouver un emploi, ceux ayant une offre d’emploi dont le premier jour de travail a été reporté ainsi que ceux dont les stages ont été complètement annulés.

La plupart des étudiants ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi, puisque l’assurance-emploi nécessite d’avoir travaillé au moins 420 heures dans la dernière année. De plus, le report du remboursement des prêts étudiants de six mois n’aide pas les étudiants actuels et ceux graduant en 2020, puisque la plupart bénéficient déjà d’une période de six mois sans intérêt après avoir terminé leurs études.

Les étudiants et nouveaux diplômés, qui débutent leur vie et leur carrière, font actuellement face au marché du travail le plus incertain depuis la Grande Dépression. Les étudiants doivent payer leurs frais de scolarité, leurs livres et leurs autres dépenses courantes pour pouvoir investir dans leur avenir. Plusieurs d’entre eux ont des dépenses qu’ils doivent payer maintenant et se retrouvent actuellement sans revenu en raison de la crise.

Nous implorons le gouvernement du Canada d’offrir un soutien du revenu qui s’applique à tous les étudiants actuels et nouveaux diplômés, sans égard à leur revenu ou à leur situation d’emploi. En particulier, la nécessité d’avoir un revenu de plus de 5000$ par année pour être admissible à la PCU laisse de côté plusieurs étudiants actuels et nouveaux diplômés qui ne pouvaient pas travailler l’an dernier en raison de leurs études.Il n’est pas trop tard pour permettre aux étudiants actuels et ceux ayant récemment gradué de recevoir l’aide dont ils ont besoin.

Il n’est pas trop tard pour permettre aux étudiants actuels et ceux ayant récemment gradué de recevoir l’aide dont ils ont besoin.