Réviser (encore) le plan scolaire du Québec / Revise (Again) Quebec’s School Plan

0 have signed. Let’s get to 35,000!


(ENGLISH FOLLOWS)

Mise à jour, 10 août: 

Cette pétition reste ouverte. Les annonces du 10 août n'étaient pas satisfaisantes. Reste à décider si nous lançons ou non une nouvelle pétition (avec fondamentalement les mêmes points!). En attendant, veuillez continuer à partager si vous le souhaitez. Merci pour votre soutien et soyez assuré que les efforts ne sont pas terminés. Nous poursuivrons des actions juridiques et autres.

———————————

Le gouvernement du Québec a annoncé son plan de match pour la rentrée scolaire en juin. Parmi les consignes élaborées dans le plan :

  • Présence obligatoire en classe pour tous les enfants avec possibilité d'alternance des jours uniquement pour les élèves des secondaires IV et V.
  • Les enfants de la maternelle au secondaire III seront regroupés en sous-groupes de 6 élèves, au sein desquels aucune distanciation physique ne sera imposée. Une distance d'un mètre est censée être maintenue entre les sous-groupes. Une distance de deux mètres doit être maintenue entre les enseignants et les élèves.
  • Le port du couvre-visage ne sera pas obligatoire.
  • Seul les élèves qui présentent une vulnérabilité sur le plan de la santé (maladie chronique, déficit immunitaire grave) pourraient bénéficier d’une exception. Un billet du médecin sera requis.

Il y a plusieurs problèmes avec ce plan.

1:  Il n'y a pas de modèle convenant à tous dans cette situation. Il y a les gens vulnérables dans certains de nos familles. Et certains enfants trouveront non seulement l'environnement scolaire difficile, mais potentiellement dangereux. Il n'y a pas d’option d’éducation à la maison pour ces familles dans le cadre du plan actuel.

Les enfants qui ont des difficultés de santé mentale, des défis de communication et d'apprentissage, et / ou qui vivent avec des personnes vulnérables, pourraient éprouver une certaine angoisse en faisant face aux réalités et restrictions de l'environnement scolaire pandémique et ceci pourrait nuire à leur apprentissage et à leur santé émotive et mentale. Les membres de la famille qui sont vulnérables seront à risque, aussi. 

Ces familles ont besoin de plus d’options. Par exemple, les diffusions en direct de chaque salle de classe, pourrait être une option qui permettrait l’éducation simultanée en classe et à distance. Il y a certainement d'autres idées que les enseignants pourraient proposer.

Nous devons reconnaître que toutes les familles qui souhaiteraient garder leurs enfants à la maison ne pourraient pas le faire même si ceci était un choix. Pour les familles qui peuvent assurer l’éducation de leurs enfants à la maison en suivant un programme établi par l’école pour l’éducation à distance, cela pourrait être aussi essentiel au bien-être et à l'éducation de leurs enfants que d'être présent en classe. Cela aurait aussi l’effet de réduire le nombre d'enfants dans les écoles - mieux pour tout le monde.

2: Comme l’ensemble des connaissances scientifiques à propos de la COVID-19 évolue de jour en jour, l’information qui était disponible en juin, lorsque le gouvernement a formulé son plan, est périmée. D’ignorer les dernières découvertes en matière de planification scolaire équivaut à une négligence de la santé publique.

Les données actuelles indiquent qu’il faut :

Tenir compte du nombre de personnes dans tout espace intérieur ainsi que d’assurer une distance physique entre elles, quel que soit leur âge.

  • Il est de plus en plus clair que les enfants sont aussi contagieux que les adultes.
  • Le plan actuel n'ajoute pas d'espace; le même nombre d’élèves se retrouveront dans chaque classe (sous-groupes ou non), sauf en secondaire IV et V où les élèves peuvent se présenter en alternance en groupes de 50%, à la discrétion de chaque école.
  • Une distance de une mètre entre les sous-groupes est probablement inutile, selon les dernières recherches.

Considérer la transmission aérienne et la dynamique de la ventilation

  • Il y plus en plus d’évidence que la transmission aérienne ainsi que le rôle des systèmes de ventilation sont des facteurs importants à considérer. Ceci n’est pas pris en compte dans le plan du gouvernement.

Considérer le port du couvre-visage pour toute personne assez âgée pour le faire et sans problèmes qui rend le port du couvre-visage impossible.

  • L'efficacité du port du couvre-visage est suffisamment claire pour que le gouvernement l'ait mandaté pour les 12 ans et plus dans tous les espaces publics intérieurs, mais pas dans les écoles pour enfants de tout âge.

Reconnaître l’inutilité de généraliser ou faire des prédictions sur l’évolution de la maladie chez tout individu ou catégorie d’individus à ce stade précoce d’un nouveau virus. 

  • Des cas de syndrome inflammatoire multisystémique chez l'enfant [MIS-C] continuent d'être signalés; les facteurs prédisposants ne sont pas encore clairs.
  • Les cas de la COVID-19 de longue durée continuent d'augmenter; cette manifestation n'est pas encore comprise, aucun traitement n'existe et encore une fois, les facteurs prédisposants ne sont pas clairs.
  • Le nombre d'enfants infectés a augmenté au cours de l'été, sans les rassemblements dans les écoles.
  • Les données à long terme sur les personnes infectées par le virus SARS-CoV-2 n'existent pas encore.

Ces réalités doivent être considérées et abordées le mieux possible avant d'envoyer la quasi-totalité de nos enfants dans des écoles surpeuplées et mal ventilées et qu’ils rentrent par la suite à la maison dans des multitudes de scénarios familiaux chaque soir.

3: Enfin, d'après les commentaires publics de certains enseignants et représentants de commissions scolaires, il semble que ces groupes n’ont pas été suffisamment consulté dans l’élaboration du plan. Il n’est pas possible d’arriver à des solutions efficaces à la problématique complexe de l'éducation des enfants dans la cadre d’une pandémie sans la perspicacité, l'expertise et l’appui des personnes qui en sont responsables.

Les enseignants sont les mieux placés pour proposer les scénarios les plus réalisables qui répondront à l'éventail des besoins dans leurs salles de classe, et de proposer les ressources et technologies dont ils auraient besoin. En fait, la technologie ou les idées novatrices ne manquent pas - seulement un manque d’écoute, de budget adéquat et d’action de la part du gouvernement.

L'approche actuelle est inadéquate et pourrait prouver dangereuse à la santé des enfants et la santé publique.

Nous demandons que le Ministère de l’éducation révise le plan pour la rentrée scolaire afin d'offrir aux familles le choix entre l'apprentissage à l'école et à la distance et d’assurer le financement et d’attribuer les ressources nécessaires.

Nous demandons une révision du plan pour la rentrée scolaire qui tient compte des plus récentes connaissances scientifiques sur la COVID-19 afin de protéger davantage les élèves, les enseignants et membres du personnel et les membres de famille de ceux-ci. Cette révision doit considérer le nombre de personnes dans une salle, le port du couvre-visage approprié, et les problèmes de ventilation dans les écoles.

Nous demandons que le gouvernement étudie la possibilité du dépistage de tous les élèves, enseignants et membre du personnel des écoles dans les deux semaines avant la rentrée de chaque établissement.

Et nous demandons que les décisions et les directives en matière d’éducation soient prises en collaboration avec les commissions scolaires et les groupes d’enseignants et de parents, dans un esprit d’innovation, afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles.

(ENGLISH)

August 10th Update: 

This petition remains open. Today’s announcements from the government were not satisfactory. It remains to be decided whether to begin a new petition (with essentially the same demands!) or not. In the meantime, please continue to share if you wish. Thanks for your support, and rest assured that this is not over. We’re going to pursue legal and other actions. 

———————————————————

Quebec's provincial government announced its back-to-school plans in June. The policies include:

  • Mandatory in-class attendance for all children with the potential for alternating days only for students in their last two years of high school.
  • Children from K to Sec III will be grouped into “bubbles” of 6, within which no social distancing will be enabled. A one-meter distance is supposed to be kept between bubbles. A two-meter distance is to be kept between teachers and students.
  • Masks will not be mandatory in any scenario.
  • The only exemption to in-class presence is a doctor's note specifying that the child has a relevant medical vulnerability.

There are a number of problems with this plan. 

1: One size does not fit all. Some families have vulnerable people at home. And some children will not only find the school environment challenging, but potentially damaging. There is no at-home, public schooling option under the present plan.

Children with mental health issues, communication and learning challenges, and/or with vulnerable family members at home, may experience significant anxiety when faced with the realities and restrictions of the pandemic school environment. This could be not only prohibitive to their learning, but emotionally or mentally damaging. Vulnerable family members will also be at risk. 

These families need another option. Live streams of each classroom, for example, may be a way to enable simultaneous in-class and remote participation. There are certainly other ideas for a hybrid approach, which our teachers are best-placed to propose.

We must acknowledge that given a choice, not all families who want to keep their children at home can do so. But for those who can facilitate their children's engagement with school-led home learning, it may well be as essential to their children's well-being and education as being in class is to others, and it will mean fewer children in the schools - better for everyone, for now. 
 
2: The body of scientific knowledge about COVID-19 is changing by the day, making June's information out of date. Ignoring the latest findings in school planning amounts to public health negligence.

Current evidence points to the need to:

Limit the number of people in any indoor space and their proximity to each other, regardless of their ages

  • children have recently been found to be as infectious as adults
  • the current plan does not add space; the same number of children will be in each class (bubbles or not), except in Secondary IV and V where children may alternate days in 50% cohorts at each school's discretion 
  • a distance of 1 meter between bubbles of children is likely pointless, according to the latest research

Address airborne transmission and ventilation dynamics

  • evidence is building that airborne transmission and the role of ventilation systems are important factors, yet are entirely unaddressed by the back-to-school plan

Consider masks for anyone old enough and free of preventive issues

  • the efficacy of mask-wearing is clear enough that the government has mandated it for ages 12 and up in all public indoor spaces, but not in schools for kids of any age

Recognize the folly of making predictions about the course of illness in any individual or category of individuals at this early point with a novel virus

  • cases of multisystem inflammatory syndrome in children [MIS-C] continue to be reported; predisposing factors are not yet clear
  • “long-haul” cases of COVID-19 continue to mount; this manifestation is not yet understood, no treatment exists, and predisposing factors are unclear
  • the number of children becoming infected has increased over the summer, without gathering in schools
  • we have zero long-term data for those infected with SARS-CoV-2

These realities need to be considered and addressed as thoroughly as possible before we send virtually all of our children into over-crowded, poorly ventilated schools, and back home each evening to a multitude of family scenarios.
 
3: Lastly, from public comments made by teachers and school board representatives, it seems neither has been sufficiently consulted about school plans. There can be no effective solution to the complex issue of educating children during a pandemic without the insight, expertise, and buy-in of the people who do it. 

Teachers are the best placed to propose the most workable scenarios that will address the range of needs represented in their classrooms, including remote learning, and which resources and technologies might best be engaged. In fact, there's no lack of technology or innovative ideas - only a lack of listening, adequate budget, and action on the part of the government. 
 
The current approach is simplistic and inadequate with the potential to do serious harm.

We demand that the Minister of Education provide families the choice between in-person and distance learning, and dedicate the money and resources to the school system to make it happen.

We demand that the government revise its in-school policies in light of current scientific knowledge about COVID-19, for the safety of all teachers, staff, students, and family members. These revisions must address the number of people per room, the appropriate use of masks, and ventilation issues.

We demand that the government study the possibility of testing all students, teachers, and staff in the two weeks prior to each school's start date.

And we demand that schooling decisions and policies be taken in collaboration with school boards and teachers' groups, with a spirit of innovation, so that the best possible outcomes may be achieved.  

*Please share online for maximum distribution, if you’re comfortable doing so.*