Laissez les lycéen.ne.s choisir leur voie ! #LoiORE

0 a signé. Allez jusqu'à 50 000 !


Pensez-vous qu'il soit normal que seuls les lycéen.nes qu'un robot aura trouvé digne d'intérêt puisse accéder à des études supérieures et se former aux métiers qu'ils/elles veulent exercer ?

C'est ce que prévoit entre autres mesures inégalitaires la réforme de l'Université mise en place par le gouvernement sans aucune concertation. Si vous aussi vous pensez que l'université doit être accessible à tous, d'où que l'on vienne, quelles que soient nos origines sociales, signez cette pétition !

Vous avez certainement vu dans les médias des images des universités, des violences et des intervention de forces de police. Les médias parlent de « blocages » des facultés par des groupes extrémistes. Le Président Emmanuel Macron « d’agitateurs professionnels ».

Nous sommes 2 étudiantes de la faculté de Lille, Claire, 31 ans, maman en reprise d’étude en droit et Elodie, 20 ans, en réorientation en sciences politiques. Nous ne nous reconnaissons pas là-dedans. Comme des milliers d’autres étudiant.e.s, nous voulons simplement que la loi qui réforme l’Université soit enfin discutée en concertation avec le monde étudiant, le monde enseignant et la population.

Parce qu’alors que nous demandons à exercer notre droit à remettre en cause cette loi, la seule réponse proposée par les responsables d’université et le gouvernement est une réponse sécuritaire, d’envoi massif d’agents des forces de l’ordre aux portes et dans les universités. Or, dans un pays comme la France, dans une démocratie, cette seule réponse est juste intolérable.


Le gouvernement a mis en ligne dans l’urgence la plateforme Parcours’Sup qui permet la mise en place de cette loi ORE, sans expérimentation préalable, avant même l’adoption de la loi. Avant même que nos représentant nationaux, les députés, ne l’aient votée et bien sûr sans que nous ayons donné notre avis ! Alors oui, les étudiant.e.s et les professeurs sont en colère. Est-il normal qu’un gouvernement impose des réformes fondamentales sans demander leur avis aux premiers concernés et certainement aux plus informés sur la question ?


La loi ORE est présentée comme permettant de renforcer l’orientation des étudiant.e.s et de répondre au problème des université surchargées. Mais au lieu de créer les places nécessaires dans les universités, on propose une sélection injuste gérée par des algorithmes. Alors qu’auparavant chacun pouvait accéder librement à l’université, cette loi impose à chacun de présenter un dossier de motivation. Alors qu’il n’y a déjà pas assez de personnel dans les université, qui va regarder chaque dossier dans son intégralité ? Il serait naïf de penser que chaque dossier sera étudié. En réalité, c’est un algorithme, un robot qui décidera qui a le droit ou non à l’accès à l’université.


L’algorithme n’est pas humain, il ne fera pas la différence entre un lycéen qui est très motivé mais qui ne remplira pas tous les critères et un autre moins motivé mais qui remplira tous les attendus. Cette sélection favorisera les étudiants qui ont les moyens de suivre des cours particuliers et de se faire accompagner, alors même que l’Université et son ouverture permettait à tous d’avoir accès à des études supérieures, et de se donner une chance de réussir.


Les lycéens et les lycéennes ne pourront pas classer leurs souhaits d’orientation et les universités auront tendance à prendre les lycéens.nes ayant obtenu les meilleures notes et pas forcément les plus motivés par la formation qu’elles proposent.


Ne peut-on pas s’inquiéter que seuls les étudiant.e.s des beaux quartiers, des bons lycées, seront favorisés par ce système ? A long terme, la plateforme Parcours Sup’ va devenir une plateforme sélective sur des critères injustes, induite par les déterminants sociaux des futurs étudiants.

C’est pourquoi, Madame la Ministre, nous souhaitons que soit organisée en urgence, une consultation des associations étudiantes et des représentants des enseignants sur les modalités de cette loi :

  • Pour que l’utilisation des algorithmes soit proscrite, 
  • Pour que les choix des lycéen.ne.s soient hiérarchisés et transmis aux universités, afin que leurs souhaits premiers soient respectés,
  • Pour enfin investir des moyens afin que chaque lycéen.n.e puisse avoir une place dans la filière de son choix.

Nous en appelons à chacun d’entre vous qui pensez que l’accès à l’université française doit rester une liberté fondamentale, une liberté permettant de choisir sa formation et son futur métier.


Claire et Elodie

 

 



Claire et Elodie compte sur vous aujourd'hui

Claire et Elodie ETUDIANTES LILLOISES a besoin de votre aide pour sa pétition “Frédérique Vidal: Laissez les lycéen.ne.s choisir leur voie ! #LoiORE”. Rejoignez Claire et Elodie et 37 087 signataires.