Soutien à Elhadj Bah

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


 Elhadj est guinéen. Victime de la répression pour sa participation à des activités démocratiques, pour son action de bibliothécaire et face à des menaces de plus en plus pressantes, il a demandé l’asile politique en France qui lui a été refusé.

Ensemble, avec Amnesty International, soutenons Elhadj. Montrons lui que sa place est ici, en France, un pays qui défend les droits de l'homme et la liberté d'expression ! Votre soutien à une importance capitale dans la ré-examination de son dossier !


L'histoire d'Elhadj


Imaginez, vous êtes guinéen et père de famille de deux enfants en bas âge et travaillez depuis onze ans en tant que responsable médiatique. Cependant, malgré votre niveau de vie stable, vous êtes activiste et tenez des conférences pour dénoncer la mal gouvernance de votre pays qu’est la Guinée. Vos principales dénonciations portent  sur l’ethnocentrisme, la corruption et la stigmatisation de vos pairs (votre ethnie appelée « Peule »).  Suite à une demande de votre part, vous obtenez un visa d’un mois pour des congés en France. Au bout de deux semaines, vous devez partir  car votre père est malade, il a besoin de soins au Sénégal.

Pour essayer de vous dissuader et vous empêcher d’agir, pour vous faire taire, l’emprisonnement et la torture ne suffisent pas. On envoie des hommes pendant votre absence : ils violent votre femme à deux reprises pour ensuite détruire votre foyer. Votre vie est ainsi détruite. Plus de travail, plus de maison et une famille à protéger. La cause que vous défendez est si importante qu’il est impossible de revenir en arrière. Un soir, des forces armées vous reconnaissent dans la rue, vous êtes poignardé et laissé pour mort sur le sol Guinéen. Ainsi sont traités ceux qui réclament leurs droits et leur dignité. Vous vous réveillez et ne comprenez pas comment vous êtes encore en vie. Le départ est inévitable et indiscutable, votre famille vous oblige à fuir.

Cette histoire, c’est celle d’Elhadj Bah, guinéen vivant dans les Hauts de France depuis cinq ans. Il vient de recevoir un avis d’expulsion, sa demande d’asile ayant été refusée. Pourtant, sa vie est ici. Très impliqué dans de nombreuses  associations, Elhadj présente une émission de radio sur PFM, donne des ateliers d’écriture au lycée Savary, écrit des livres pour enfant, rédige un roman autobiographique… Il est également membre de la librairie « Au Pied de la Lettre » pour partager des contes africains, il organise un atelier à la bibliothèque de Tincques, il est bénévole dans l’association trèfle (pour sourds et muets), membre du conseil d’administration des centres sociaux d’Arras Ouest et membre du conseil de proximité centre social Arras ouest.

Les faits évoqués plus haut ne sont-ils pas suffisants ? La préfecture décide de le mettre sous OQTF sans délais, « la mise en danger d’Elhadj Bah en Guinée n’est pas avérée » selon eux. Suite à cette décision, Elhadj conteste et nous disposons de 30 jours pour agir. La seule condition pour qu'il puisse rester sur le territoire français selon la préfecture est une promesse d’embauche.

La situation en Guinée

La Guinée, ou Guinée Conakry du nom de sa capitale est un pays d’Afrique de l’Ouest ayant déclaré son indépendance vis-à-vis de la France le 2 octobre 1958. Comme la plupart des pays Africains ayant obtenu leur indépendance, l’instabilité politique mène au pouvoir Sékou Touré qui sera président pendant 36 ans jusque sa mort en 1984. Le régime s’appuie sur l’Union Soviétique.

Suite à cela, le régime de Lansana Conté se met en place jusqu’en 2008, année où il mourut lui aussi. Ce « président » modifiera la constitution pour pouvoir se faire réélire jusqu’à ce que la maladie ne l’emporte.

Le pouvoir est contesté, mais les manifestations réprimées dans le sang comme en 2007. Un gouvernement provisoire se met en place durant lequel la répression n’est pas terminée. En 2009, au stade de Conakry, à la surprise générale, les militaires ouvrent le feu sur les manifestants ainsi bloqués dans le stade sans possibilité de fuite. Ce massacre délibéré et manifestement planifié fait plusieurs centaines de morts.

Alpha Condé se présente comme le premier président élu démocratiquement en Guinée en 2010 et est toujours au pouvoir en 2015.

Mais les contestations ne sont pas terminées, le 28 juillet 2011, l’ONG Reporters sans frontières publie un rapport demandant à Alpha Condé « d'affirmer publiquement son attachement à la liberté de la presse et au respect du pluralisme des médias ».

Et encore aujourd’hui, la Guinée tremble par des manifestations après des élections locales dont l’opposition Guinéenne dénonce les fraudes. Ce sont les premières élections depuis la fin des régimes autoritaires ayant dirigés le pays pendant plus de 50 ans. L’avenir est incertain et l’agitation extrême n’est pas de bon augure.



L'Arbre à Palabres compte sur vous aujourd'hui

L'Arbre à Palabres a besoin de votre aide pour sa pétition “Fabien Sudry : Il faut sauver Elhadj, un chroniqueur radio en danger !”. Rejoignez L'Arbre à Palabres et 2 216 signataires.