Exigeons des excuses publiques de France 24 pour la mort de Sadou Yehia "Banandi"

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


Dans son focus consacré à l'intervention de l'armée française contre des groupes terroristes au Mali, France 24 qui accompagne les soldats français interviewe un notable d'un village visité "pour la première fois" selon le journaliste par Barkhane.

L'homme, Sedou Yehia raconte le racket régulier vécu par les villageois du fait d'hommes armés recherchés situés non loin du village mais aucune précaution permettant de lui conférer l'anonymat n'a été prise par la chaîne française coupable d'une énorme négligence. La chaîne française assume son attitude irresponsable avec un extraordinaire irrespect pour les civils Maliens situés en zone de conflit dans sa réaction à un article de Arrêt Sur Images. Quelques semaines après la diffusion de ce reportage, le notable Sadou Yehia dit "Banandi" a été kidnappé lors d'un raid d'hommes armés avant d'être ramené quelques jours après dans son village pour y être assassiné. On évoque également des tortures par l'enlèvement d'ongles qui lui ont été infligées pour ce qui constitue vraisemblablement des représailles à sa prise de parole dénonciatrice. 

Voici les tweets qui ont entre autres permis de connaître l'histoire tragique de Banandi et pour laquelle des excuses publiques devraient être au minimum adressées par France 24 à sa famille, aux Maliens et à l'ensemble de l'humanité. 

"Après son interview accordé à un certain média (France 24) Sadou Yehia dit Banandi notable à Lellehoye (Ansongo) a dans un premier temps été enlevé le 05 février dernier par des individus armés puis ramené et exécuté par ceux-ci dans son village" @Walid_leberbere

"On sait que Barkhane laisse ses informateurs en posture ultra-vulnérable. Je suis ahuri que des journalistes puissent augmenter encore cette vulnérabilité: pas d'anonymat, pas de floutage... Je suis abasourdi" @YGuichaoua

"La famille de Sadou Yehia tué au #Mali met en cause la chaîne ⁦@FRANCE24⁩. Elle s’en défend, mais tous ceux qui apparaissent dans la vidéo de la chaîne ont aujourd’hui été obligés de quitter le village, fuyant des représailles imminentes." @lepetit_peulh