UN MOT POUR DESIGNER LE PARENT D'UN ENFANT MORT

UN MOT POUR DESIGNER LE PARENT D'UN ENFANT MORT

0 a signé. Prochain objectif : 500 !


"Emilie est née dans le Var, à Hyères, le 24 février 2005, un jour où les flocons tombaient timidement sur le sol, et décédée à l’âge de 13 ans, à son domicile de Bruxelles, le 23 octobre 2018, par une belle journée ensoleillée. Emilie est décédée du cancer des enfants du sarcome d’Ewing, après que la maladie lui ait été diagnostiquée moins d’un an plus tôt." Association Une dernière Larme

Dans la langue française, il n’existe pas de nom ou d’adjectif pour définir le(s) parent(s) d’un enfant mort. Un orphelin est un enfant qui a perdu ses parents. Un veuf ou une veuve est un homme ou une femme qui a perdu son/sa conjoint(e). Pour définir un enfant mort, quand on est parent, c’est tout simplement insupportable. Un mot, un seul, et une simple conversation en deviendrait tout à coup beaucoup moins douloureuse. Exemple....

Imaginez, par exemple, parent d’un enfant autrefois, une conversation tout à fait classique et combien de fois eue.

- Monsieur X : « Vous avez des enfants ? »

- Madame Y : « J’en ai eu un, mais il est mort »
La question, en elle-même, n'a rien de désagréable. C'est la réponse fournie qui l'est. Seuls "mort" ou décédé" vont être dits. La douleur est alors immense à chaque fois qu’il faut répondre à cette interrogation par l'un de ces deux mots. Un mot, un seul, et la conversation deviendrait toute autre. Il en serait terminé des mots "mort" ou "décédé".

Vous avez aussi la possibilité de répondre :

- Madame Y : « Je n’ai pas d’enfant »
Dans ce cas précis, là, et afin de ne pas avoir à vous justifier, vous mentez, vous vous mentez et vous vous culpabilisez sans commune mesure, mais les mots "mort" ou "décédé" ne sortent plus de votre bouche. L'acte est lourd car vous vous obligez à oublier votre enfant, mort. On oublie le drame, le chagrin, la douleur, l’enfant !

Par expérience, l'absence d’un enfant mort, décédé, n’existe pas. L’absence n’est que physique. L’enfant fait toujours partie de votre quotidien. Un simple mot apporterait une toute autre teneur à ce type de conversation. Plus besoin de se justifier ou de (se) mentir.

A titre d’exemple, en 2019, quelques 150 mots et expressions ont fait leur apparition dans le dictionnaire, toujours rien concernant les parents d’un enfant mort. La langue française, serait-elle définitivement une langue morte ?

Par humanité, tout simplement, nous demandons qu’un mot soit inventé pour désigner les parents d’un enfant mort. Il faut l’inventer !

Autour de cette pétition, il faut réussir à susciter un véritable mouvement populaire afin d’accorder au mot choisi sa place dans la langue française. Nous avons besoin de vous en signant cette pétition et en la relayant un maximum sur les réseaux sociaux.

Afin d’accentuer l’effet de cette pétition, vos signatures seront transmises à Monsieur le président de la République, nos ministres, députés et sénateurs, politiciens, ainsi que membres de l’Académie française.