Je n'ai pas pu choisir mon maire à cause du Coronavirus

0 a signé. Prochain objectif : 15 000 !


Nous sommes des mères et des pères de famille. 

Nous sommes des personnes âgées, parfois seules, souvent vulnérables.

​Nous sommes de jeunes adultes. 

​Nous sommes des citoyennes et citoyens français qui, pour la plupart, avons renoncé à nous déplacer aux urnes le dimanche 15 mars 2020 par peur du coronavirus. 

​Pour nous protéger, pour protéger nos proches, nos enfants, nos aînés, nous avons renoncé à l'un de nos droits civiques le plus important : notre droit de vote.

​Dimanche 15 mars 2020, nous avons donc du faire un choix. 

​Celui de choisir entre l'exercice notre droit de vote et la peur du coronavirus.

​Avec un taux d'abstention historique dans l'histoire de notre pays, force est de constater que beaucoup d'entre nous ont fait le choix de la raison, en privilégiant leur santé. 

​Aujourd'hui, nous ne nous reconnaissons pas dans les résultats du 1er tour des élections municipales. Nous estimons que nous n'avons pas pu choisir notre maire, à cause du coronavirus.

44,64 %

​Pour la première fois dans l'histoire de la Vème République, moins de la moitié des Français inscrits sur les listes électorales se sont déplacés aux urnes pour élire le conseil municipal, et indirectement le maire, de leur commune.

C'est indéniable, avec une chute de 20 points par rapports aux précédentes élections municipales, la faible participation enregistrée dimanche 15 mars 2020 a grandement porté atteinte à la sincérité du scrutin.

​Parce qu'il n'est pas possible de dire aux Français "Protégez-vous en restant chez vous mais allez voter" ;

Parce que la peur du coronavirus n'est pas un bulletin de vote ;

​Parce que nos communes, premier maillon démocratique, méritent des conseils municipaux réellement représentatifs ;

​Parce qu'avec un délai de plusieurs mois entre les deux tours, l'égalité dans les circonstances du vote n'est pas garantie ;

Il apparaît parfaitement légitime mais surtout nécessaire, pour notre démocratie, d'annuler le premier tour des municipales 2020 et de réorganiser l'ensemble du scrutin, avec les mêmes candidats et listes.

C'est là tout le sens de notre demande.