Du gallo sur la route : recensons d’urgence les noms de lieux !

Du gallo sur la route : recensons d’urgence les noms de lieux !

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Institut CHUBRI a lancé cette pétition

L’association Chubri vous invite à signer la pétition « Du gallo sur la route : recensons les noms de lieux d’urgence ! ». Celle-ci sera communiquée en fin d’année 2022 aux institutions publiques compétentes sur le territoire où l’on parle gallo : État, conseils régionaux (Bretagne, Pays de la Loire), conseils départementaux (22, 35, 44, 56), intercommunalités, communes.

Pourquoi lancer cette pétition maintenant ? Le 15 mars 2022, l’État et la Région Bretagne ont signé la « Convention spécifique pour la transmission des langues de Bretagne et le développement de leur usage dans la vie quotidienne 2022-2027 ». Cette convention prévoit des avancées pour le gallo. Mais en matière de noms de lieux et de signalétique en gallo, le compte n’y est pas. Plus d'infos ici.

Face à la disparition imminente des gallophones de naissance qui connaissent les formes gallèses des noms de lieux par tradition orale, l’inventaire des toponymes et leur valorisation doit devenir sans plus attendre une priorité commune du réseau associatif et des institutions publiques.

NB : Cette pétition est ouverte aux associations comme aux particuliers. Cependant si vous représentez une association, merci de ne pas signer en ligne mais d'adresser votre accord de signature directement à Chubri à l'adresse eleccion@chubri.org.

-------------------------------------------------------------------------

LA PÉTITION

Nous, citoyennes, citoyens et associations, nous demandons :

a.     Un engagement de l’État et des collectivités territoriales de signaliser les noms de lieux en gallo sur l’ensemble des voies publiques, dans le cadre d’une signalétique au minimum bilingue français-gallo, systématiquement sur l’ensemble de la Haute-Bretagne (ou Bretagne Orientale). 

Cet engagement est nécessaire pour revitaliser le gallo, pour tenir compte des spécificités historiques du Pays Gallo et pour mettre en œuvre les droits culturels, lesquels droits supposent de respecter les principes d’adaptabilité et d’adéquation des politiques publiques. 

Cet engagement est cohérent avec le principe de respect de l’aire géographique inscrit dans la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Et il est permis par la loi Molac. 

Cet engagement répondrait à une attente sociale déjà exprimée par 27 associations en 2015 et qui apparait dans l’enquête de TMO Régions sur les langues de Bretagne publiée en 2018. 

Cet engagement est compatible avec la mise en place de signalétiques trilingues, selon les besoins locaux, français-gallo-breton en Haute-Bretagne (ou Bretagne Orientale) ou français-breton-gallo en Basse-Bretagne (ou Bretagne Occidentale), comme le préconisait déjà en 2012 le Conseil culturel de Bretagne.

b.     Un engagement de l’État et des collectivités territoriales de mettre en œuvre cette signalisation en restituant le plus fidèlement possible la prononciation des formes gallèses telles qu’elles sont recueillies auprès des gallophones de naissance des lieux désignés, conformément aux préconisations des Nations Unies et en cohérence avec celles du Conseil culturel de Bretagne en 2021.

c.     Un engagement de l’État et des collectivités territoriales de faciliter de toute urgence un inventaire des formes gallèses des noms de lieux auprès des personnes âgées. Dans ce cadre, soutenir plus fortement l’action de Chubri et le développement de ses moyens humains pour structurer cet inventaire : recensement des noms de lieux en lien avec les collectivités locales et d’autres partenaires locaux, conduite d’enquêtes orales, traitement et mise en ligne des données sur ChubEndret, actions de valorisation des toponymes...

d.     L’amendement par la Région Bretagne de sa Charte sur l’usage des langues de Bretagne dans son fonctionnement et sa communication, comme le demandait déjà l’appel de 2015, pour viser une cohérence avec les engagements ci-dessus et un meilleur respect de l’obligation de non-discrimination pour le motif de la langue.

e.     L’amendement par l’État et la Région Bretagne de la convention spécifique d’avril 2022, là aussi pour viser une cohérence avec les engagements ci-dessus.

Si vous représentez une association, merci de ne pas signer en ligne mais d'adresser votre accord de signature directement à Chubri à l'adresse eleccion@chubri.org.

 

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !