Bus et Tram gratuits pour le Grand Avignon

Bus et Tram gratuits pour le Grand Avignon

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Jean-Pierre CERVANTES a lancé cette pétition adressée à Cervantes Jean-Pierre : Avignon Ecologique Sociale et Solidaire (tête de la liste)

La gratuité des transports en commun s'invite dans la campagne pour les élections municipales à Avignon. C’est déjà la pratique dans une trentaine de villes en France. Une des pionnières est Compiègne, qui a instauré la mesure en 1975 et l'a maintenue depuis cette date. La première agglomération de plus de 100.000 habitants à appliquer cette gratuité est Aubagne en 2009, suivie de Niort en 2017. Le nouveau cap est franchi l'année dernière avec l'instauration à Dunkerque, qui compte plus de 200.000 habitants. En France, une trentaine de municipalités sont concernées.

C’est donc possible aussi pour le Grand Avignon !

La première réaction en entendant parler de gratuité du transport en commun c’est de clamer : «C’est de l’utopie ! Comment peut-on le financer ?».

Les faits contredisent cette réaction. Il est clair, d’après plusieurs rapports que la gratuité permet d'augmenter la fréquentation des transports en commun de façon durable.

 

Les motivations et les bénéfices sont variés :

  •   Diminution des gaz à effet de serre de l'agglomération en faisant un transfert de la voiture vers les transports en commun.
  •   Amélioration de la santé publique (réduction de la pollution de l’air, déplacements pédestres jusqu’aux arrêts).
  • Droit au transport pour tous ! Les personnes âgées, les jeunes, les précaires, les personnes à mobilité réduite n’ont bien souvent que les transports collectifs pour se déplacer : pour le travail, les démarches administratives, les courses, l’accès à la culture, à la santé… Il existe des réductions et tarifs différenciés, mais c’est compliqué et discriminatoire, parfois injuste.
  •   Réduction de la circulation automobile et donc fluidité du trafic.
  •   Redynamisation du centre-ville.
  •   Amélioration de la qualité de vie (diminution des nuisances sonores, sécurité routière renforcée...)
  •   Rentabilisation du système (plus de passagers pour un coût équivalent)
  •   À terme, création d'emplois pour répondre à la fréquentation croissante.
  •   Augmentation du pouvoir d'achat en réduisant les dépenses des ménages.
  •   Désenclavement des périphéries urbaines et des quartiers populaires.
  •   Suppression des agressions de conducteurs (car plus de contrôle ni de caisse à voler !)
  •   Une image d'innovation et d'hospitalité qui fera la fierté des Avignonnais.
  •   Attractivité touristique accrue.

 
Comment financer cette gratuité?

La vente des tickets (± 5M d’€) représente environ 16 % du budget des transports en commun du Grand Avignon ( ± 30 M d’€).

La perte de recette des tickets serait compensée par les économies faites en supprimant les points de vente, l’impression des billets, le contrôle et en réduisant les sommes allouées à l’aménagement de voirie améliorant la fluidité.

Sur ces 5M d’€, une part importante revient aux actionnaires et aux frais de siège de la société privée qui gère les transports en commun. Le contrat de délégation de service public se termine fin 2020 et le retour à la gestion directe permettrait d’économiser environ 2M d’€.

 

Une politique de gratuité des transports en commun s'appuie aussi sur la législation actuelle :

 

  • La “loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie” du 30 décembre 1996 a rendu obligatoire dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants l’instauration d’un “Plan de déplacements urbains” (PDU), qui vise la réduction de l’usage de la voiture particulière au profit des transports publics, de la marche et du vélo.
  • La Loi d’orientation des Transports Intérieurs (LOTI) du 30 décembre 1982 est la loi fondamentale d’organisation des services publics de transport en France. Elle affirme un droit au transport devant permettre de se déplacer « dans des conditions raisonnables d’accès, de qualité et de prix ainsi que de coûts pour la collectivité »

Pour conclure :

Il est urgent de diminuer les embouteillages, les accidents et la pollution en intensifiant les réseaux de transports publics. Il faut libérer les espaces de la ville au profit des déplacements piétons, cyclistes et des transports en commun par un aménagement urbain repensé qui apportera de la verdure et de la beauté.

La gratuité des transports en commun répond aux urgences sociales et écologiques tout en étant un moteur pour l’économie et l’emploi.

La gratuité s’entend comme la liberté d’accès à un service public, comme dans le cas de l’école publique, laïque et des hôpitaux. C’est un bouleversement sociétal du même ordre que la gratuité des écoles voulue par Jules Ferry ! Qui souhaite aujourd’hui renoncer à la gratuité des écoles ?

Ce que ces expériences françaises illustrent, c’est que la volonté politique municipale peut faire des bus et du tram une réalité !

Nous vous invitons à signer l’appel pour la gratuité des transports en commun sur le Grand Avignon et à le diffuser sans modération !

 

 

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !