Changer le Préfet de Police de Paris !

0 a signé. Prochain objectif : 50 000 !


Suite à la répression des mouvements féministes dénonçant les violences de genre à la veille du 8 mars 2020, le maintien dans ses fonctions du Préfet de Police de Paris porte atteinte aux valeurs républicaines.

La doctrine de maintien de l’ordre adoptée par le Préfet de Police depuis sa nomination le 20 mars 2019, se caractérise par des consignes illégales données aux forces de l’ordre d’ « impacter les manifestants », de réaliser des « manœuvres d’encagement » et par l’insuffisance de l’encadrement de l’usage du lanceur de balle de défense (LBD) en violation de la décision du Conseil d’Etat du 1er février 2019.

L’usage de la violence légitime appartient à la République. Il est destiné à garantir les droits et libertés fondamentaux et notamment la liberté d’expression, de réunion, le droit de grève, et le droit à la sûreté dans l’exercices de ces droits.

Le comportement du Préfet de Police viole le principe constitutionnel de fraternité et dégrade l'image de l'Etat. Cela est de nature à porter atteinte à la confiance des citoyennes et des citoyens dans la forme républicaine du gouvernement.

Il appartient donc au Président de la République et au ministre de l’Intérieur de le démettre de ses fonctions.