ASE, UN RESEAU DE TRAFIC D’ENFANTS EN FRANCE

0 have signed. Let’s get to 2,500!


En juin 2011, mes 2 garçons d’un et de trois ans sont placés à l’ASE (LA DASS).

La mesure vise « la fragilité psychiatrique de la mère et des enquêtes en cours, à l’égard du père ».

Les enquêtes me mettent hors de cause et les plaintes à l’origine du placement de mes enfants sont classées sans suite à deux reprises en septembre 2011.

En 2012 un juge pour enfants ordonne le retour de mes enfants à mon domicile.

Les services de l’aide sociale à l’enfance (ASE) ne respectent pas les décisions du juge pour enfants, supprime mes droits de visites contre l’ordonnance de la justice et mes enfants sont vandalisés.

Je conteste les faits, en écrivant des rapports aux administrations concernées.

En 2013, mes enfants sont transférés dans deux familles d’accueil différentes gérées par « l’union française pour sauvetage de l’enfance » (UFSE) de l’Aigle en Normandie.

Malgré les 2 classements sans suite et 2 «non-lieux définitifs » du procureur de la république et d’un juge d’instruction, pour les calomnies à l’origine du placement de mes enfants, cela fait quatre ans que je ne les ai pas vu.

L’UFSE de l’Aigle a prétendu que « je ne respecte pas les cadres des visites médiatisés, me demandant de ne pas amener à manger, de ne pas prendre des photos de souvenirs, et de ne pas parler à mes enfants pendant les visites.

J’ai contesté la véracité de ces propos et j’ai demandé des visites externalisées, mais l’UFSE de l’Aigle s’est farouchement opposé à cette alternative.

L’ASE de Versailles ne manifeste pas de bonne volonté pour organiser des visites à mes enfants. Certaines enquêtes journalistiques révèlent que l’argent destiné à la vie quotidienne des enfants sert aussi à s’offrir des cadeaux et des restaurants de luxe entre soi. (Dans ce milieu on se tient par la barbichette).

Il n’y a aucun répons à mes courriers au juge pour enfants. 8 années sont déjà passées sans que je puisse voir mes enfants grandir.

Depuis novembre 2018, la CAF des Yvelines prélève 730 € par mois sur mon compte bancaire pour entretien et éducation de mes enfants, en faveur de leur mère qui les a abandonnés à l’ASE depuis 2011 et qui ne les a jamais eus à sa charge.

L’huissier missionné par l’avocat de l’ASE réclame des pensions à ma banque, au titre du devoir de secours, en faveur de mon ex-femme pour la période de 2 années après notre divorce officiel.

En février 2019, cette huissière de justice a réclamé plus de treize mil euros à ma banque à mon insu, créant des frais de gestion pour la banque et des honoraires pour lui-même. Grâce à ses procédures précédant en faveur de la CAF des Yvelines, cette l’huissier savait que je n’avais pas d’économie.

Ma banque BNP Paribas m’a retiré ma carte bancaire et refuse la fermeture de mon compte, partageant mon salaire mensuel, entre ses propres frais d’interventions, la caf des Yvelines, l’huissier missionné par l’avocat de l’ASE, et la mère de mes enfants, manipulable à volonté.

Ma banque crée plusieurs centaines d’euros de dette  sur mon compte au début de chaque mois, en attendant de les effacer avec mon salaire du mois d’après.   Je me trouve en difficulté financière, malgré mon statut d’un salarié.

Je demande au juge d’exécution de bien vouloir mettre fin aux harcèlements financiers dont je suis victime. Ce dernier me demande de payer un autre huissier pour lui remettre la lettre que je lui avais déposée en main propre et qu’il me la renvoyer par la poste.

À ma question : qui a autorisé le prélèvement direct de 730 € par mois (au-dessus de mes moyens) sur mon compte ? Le greffier du juge d’exécution me dit que la décision est prise par l’huissier.

L’huissier (Perrier et associé à Conflans saint Honorine) me dit qu’il n’y est pour rien. C’est la CAF des Yvelines qui prélève l’argent.

Je prends rendez-vous dans des différents bureaux de la CAF, qui reçoivent mes lettres d’explications et me disent qu’ils vont la transférer au service concerné. Mais depuis novembre 2018 il n’y a aucune explication de la CAF ni changement dans ma situation.

C’est l’avocat de l’aide sociale à l’enfance (Valérie Linée Michelot) qui dirige ces procédures au nom de la mère de mes enfants dont elle bénéficie de l’aide juridictionnelle.

Mes 2 enfants placés rapportent plus de 15000 € par mois à l’ASE payé par les services de l’état depuis 2011.

L’argent destiné à la vie quotidienne et à l’éducation des enfants placés sert à payer aussi des avocats, chargés d’isoler les enfants placés, et de harceler les parents qui réclament leurs enfants. 

Chaque année il y a environ 400 000 enfants placés à l’ASE (LA DASS). Un responsable de la Cour des comptes estime qu’au moins moitié des enfants placés en France, le sont abusivement.

Agissez pour ne pas devenir des victimes.

Signez ma pétition  : https://www.change.org/p/ase-un-reseau-en-france

POUR PLUS D’INFORMATIONS :

You Tube : https://www.youtube.com/channel/UCsCqrEjU4lXzcbhHvP6nxDA

Twitter : https://twitter.com/ziya_dali

Facebook : https://www.facebook.com/Lanceur-dalerte-179723692609102/

Site web perso. : WWW.HEYDARI.COM

Au cœur de la république : https://www.youtube.com/watch?v=ZzVmFxBaey4&app=desktop

Les journalistes de la voix du nord :
https://www.youtube.com/watch?v=zvABYAkfgFY&feature=youtu.be