FORFAIT POST-STATIONNEMENT: LE DROIT DE CONTESTER AVANT DE PAYER POUR EVITER LES ABUS!

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Verbalisations sur des bases plus que contestables et impossibilité de contester avant paiement ouvrent la voie à tous les abus!

Les automobilistes refusent d’être les dindons de la farce et de faire les frais des enjeux politiques et financiers de la dépénalisation des PV, laquelle profite encore et toujours aux mêmes mastodontes (Vinci, Indigo, ou encore les filiales de la Caisse de Dépôt et de Consignation : Egis, Véolia, Transdev et sa fililale Urbis Park) derrière lesquelles se cachent les deux entreprises qui se partagent le marché juteux des « FPS », Moovia et Streeteo.

  • Progressivité des tarifs qui explosent après deux heures de stationnement pour atteindre la modique somme de 35€ !
  • Verbalisations distribués par des agents non assermentés dans Paris intra-muros (Streeteo, en mars 2018)
  • Verbalisation sur des bases plus que contestables, y compris lorsque le stationnement a été payé ou lorsqu’il est gratuit (28/7/2018 à Paris par exemple) ! 
  • Impossibilité de contester avant paiement et moyennant des délais et un coût pour l’usager rédhibitoires !
  • Impossibilité d'avoir accès à son dossier et aux visuels des véhicules et la géo localisation pour juger du bienfondé de la verbalisation !

Parallèlement, les stationnements souterrains, détenus par les mêmes (Indigo et Vinci) ont aligné leurs tarifs sur ceux de la voie publique, sans raison aucune qui puisse le justifier sinon l’opportunité de plus de gains que les FPS abusifs et le processus dissuasif de leur contestation favorise !

Payées au forfait, auquel s’ajoute une rémunération variable en fonction du nombre de contestations traitées, Moovia et Streeteo versent une prime sur objectif atteint (400 PV jours pour Moovie par exemple…) qui incite à ces abus.

Normal, puisque ces sociétés, qui se sont vues déléguer tout le traitement des PV : contrôle, encaissement et… contestations, n’ont rien à craindre, les contestations ne pouvant désormais être recevables qu’après paiement et selon un circuit impératif qui relève du parcours du combattant !

Pour pouvoir contester, les automobilistes doivent d’abord payer.
Ensuite ==> RAPO dans le délai d’un mois et en l’absence de réponse dans le délai d’un mois, qu’il faudra bien noter sur son agenda, ou en cas de réponse insatisfaisante ==> CCSP dans le délai d’un mois et en cas de réponse toujours insatisfaisante ???

Ce qui explique la course effrénée au chiffre d’affaires conduisant à émettre n’importe comment les « FPS ».

FACE AUX DYSFONCTIONNEMENTS ET AUX ABUS, NOUS SOMMES EN DROIT D’EXIGER A MINIMA QUE LES CONTESTATIONS PUISSENT SE FAIRE AVANT TOUT PAIEMENT, CE QUI CONTRIBUERA A REDUIRE LE NOMBRE D’ANOMALIES DANS L’EMISSION DES FPS !

Les automobilistes n’ont pas à gérer la trésorerie de Vinci, Indigo et consorts.



France compte sur vous aujourd'hui

France BRAJUS a besoin de votre aide pour sa pétition “Anne Hidalgo: FORFAIT POST-STATIONNEMENT: LE DROIT DE CONTESTER AVANT DE PAYER POUR EVITER LES ABUS!”. Rejoignez France et 25 signataires.