Signez pour déclarer DONALD J. TRUMP et sa famille INTERDITS DE SÉJOUR au Canada.

0 a signé. Prochain objectif : 100 !


1. CONSIDÉRANT :
Que le Canada est co-fondateur et pays membre depuis plus de 75 ans de la Société des Nations (SDN) devenue l’Organisation des Nations Unies (ONU).  

2. CONSIDÉRANT :
Que le Canada a aidé, sur la scène internationale, à instituer et à ratifier entre autres la Charte internationale des Droits de l’Homme (de la Personne), la création des Casques bleus et ses missions de paix multilatérales de même que diverses instances concernant le DROIT, soit le droit maritime, le droit minier et le droit aérien ; Montréal étant de surcroit le siège social de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) la seule agence de l’ONU dans les Amériques, hors New York City.

3. CONSIDÉRANT :
Que le Canada partage avec les États-Unis d’Amérique la plus longue frontière terrestre dans le monde.

4. CONSIDÉRANT :
Qu’au cours des quatre (4) dernières années et tout au long de son mandat, le président défait Donald J. Trump a humilié à multiples reprises et à la face du monde nous ses voisins du Nord en imposant des lois contre nos valeurs fondamentales démocratiques, humanitaires, et de justice (fiscale, santé et sanitaire) pour opter plutôt pour des lois racistesxénophobes et haineuses.

5. CONSIDÉRANT :
Que parmi toutes ces lois totalement discriminatoires, il y a eu celle causant l’un des plus vastes mouvements migratoires USA-Canada en expulsant des États-Unis, dès le printemps 2019, des milliers de migrants irréguliers haïtiens et latinos entrainant des dommages et des coûts humains et sociaux encore incalculables, sans compter une montée inégalée au Québec et au Canada d’une vague nébuleuse complotiste et xénophobe ; soit les mêmes extrémistes à l’origine de l’appel manifeste de Trump à l’insurrection du Capitol.

6. CONSIDÉRANT :
Que le 9 janvier 2021, la presse internationale tels Le Figaro à Paris et le Sunday Post d’Édimbourg révèlent que la première ministre d’Écosse Nicola Sturgeon (cheffe de l’un des États parmi les plus affectés par la Covid dans le monde) avise que le président défait des États-Unis ne serait pas le bienvenu, non grata tant pour le golf que pour toute autre activité, ce dernier ayant déclaré déjà ne pas assister voire s’exiler le 20 janvier de la cérémonie d’investiture d’un nouveau président élu démocrate à Washington. 

7. CONSIDÉRANT :
Que le Canada a inscrit à ce jour sur sa liste de personnes interdites de séjour et pour divers motifs à géométrie variable plusieurs dictateurs issus de tous les continents, sans compter — à l'opposé et hors de notre tradition d’accueil — Carles Puigdemont le président élu de la Catalogne, actuellement en exil forcé en Belgique après avoir organisé un référendum remporté pourtant selon toutes les normes démocratiques.

8. CONSIDÉRANT : 
Que selon la BBC de Londres (23 octobre 2016) de même qu’un article de la journaliste Yvette Brend de la CBC-Radio-Canada (14 août 2019), le président défait Donald J. Trump et sa famille ont accentué leurs dépenses (présidentielles) de séjour hors des É.-U. — soulevant des conflits d’intérêts apparents par l’association citoyenne de responsabilité éthique CREW à Washington — et ce, en raison de leurs intérêts financiers majeurs et immobiliers à Toronto, et spécialement à Vancouver.

9. CONSIDÉRANT : 
Que ces actifs immobiliers canadiens à Toronto et à Vancouver sont intimement liés au conglomérat familial hôtelier et du jeu de la Trump Organization inc. incluant sa Fondation charitable à New York dissoute (selon le New York Times, 7 novembre 2019) parce qu’accusée par la procureure générale, Barbara Underwood, de « fonctionner comme un simple chéquier pour servir les intérêts commerciaux et politiques de M. Trump » et de fonctionner dans « un schéma d’illégalité choquant ». 

10. CONSIDÉRANT :
Que déclarer Donald J. Trump et sa famille persona non grata au Canada aurait un effet mobilisateur auprès de nombreux chefs d’État tout en appuyant la démarche en cours de destitution de Trump par de nouveaux élus démocrates des É.-U. (au-delà des prochaines élections américaines de 2024) tout en créant par la suite un effet exemplaire pour le Canada qui investit depuis de nombreuses années afin d’accéder au Conseil de sécurité dans le Concert des Nations-Unies.

POUR TOUTES CES RAISONS :
J’exige que le Canada déclare au plus tôt l’ex-président des É.-U., Donald J. Trump et sa famille persona non grata et interdits de séjour sur le territoire canadien.