Decision Maker

Stéphane Guyot

  • Candidat à l'élection présidentielle

Stéphane Guyot est le candidat du vote blanc aux présidentielles 2017, il entend incarner le vote blanc, voix de contestation contre les autres partis.


Does Stéphane Guyot have the power to decide or influence something you want to change? Start a petition to this decision maker.Start a petition
Petitioning Emmanuel Macron, François Hollande, Stéphane Guyot, Marine Le Pen

Pour que les votes blancs soient pris en compte dans les suffrages exprimés

Pour de nombreux français et françaises, le scrutin présidentiel 2017 ne représente pas une issue satisfaisante. Hélas, nous le savons, un des deux finalistes sera bel et bien élu. Aucun moyen, pour nous, citoyennes et citoyens, de REFUSER UNE OFFRE POLITIQUE QUI NE NOUS CORRESPOND PAS. Aujourd'hui, les votes blancs ne sont pas pris en compte dans les suffrages exprimés. Les votes blancs sont juste une indication, comme peut l'être le chiffre de l'abstention, mais ils n'ont aucune conséquence sur le résultat du vote. Une prise en compte de ce vote dans les suffrages exprimés bouleverserait notre vie politique. En effet, si les votes blancs étaient comptés, dans le cas où ils arriveraient en tête lors d'une élection au scrutin majoritaire, aucun candidat ne pourrait être désigné vainqueur. Moi même, lorsque je suis allé voter pour le premier tour des régionales, je me suis résolu à voter pour un candidat qui ne me satisfaisait même pas, juste parce que je savais que mon vote blanc ne serait pas pris en compte. Est-ce cela la démocratie ? La démocratie est le régime politique dans lequel le peuple est censé être souverain. Selon la célèbre formule d'Abraham Lincoln, la démocratie est "le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple". C'est à nous de décider. Il est temps de reprendre notre place dans la vie politique. Nous avons tous notre mot à dire. Si le vote blanc est comptabilisé, nous pourrons exprimer notre volonté de changement, ne pas être obligés de faire un choix entre mensonge et incompétence, et ainsi donner de la valeur à notre parole. Peuple de France, unissons-nous. Nous sommes 85% à le souhaiter. Agissons pour obtenir la reconnaissance du vote blanc.

Jean-Sébastien NICOLAS
284,982 supporters
Petitioning Mesdames et Messieurs les Parlementaires de France Métropolitaine et d'Outre-Mer, Benoît Hamon, Yannick Jadot, Nathalie Arthaud, Sébastien Nadot, Bastien Faudot, Charlotte Marchandise, Jean-Luc Mél...

NE TOUCHEZ PAS A LA LOI LITTORAL !

A l’occasion du vote de la proposition de loi sur l’adaptation des territoires littoraux au changement climatique, le Sénat vient d’adopter des amendements ouvrant des brèches dans la Loi Littoral : possibilité d’installer des activités nouvelles dans les zones proches du rivage, autorisation d’extension de l’urbanisation en dehors des bourgs et villages existants, constructibilité des dents creuses… autant de dispositions qui permettront de développer et de densifier l’urbanisation de nos côtes ! La Loi Littoral, adoptée à l’unanimité du Parlementle 3 janvier 1986 et approuvée par 90% des français(es),ne doit pas être touchée ! L’Assemblée Nationale doit examiner le texte en deuxième lecture le 31 Janvier prochain ! Mobilisons-nous pour empêcher toute modificationqui porterait atteinte à la Loi Littoral ! Jean-Laurent Félizia, Conseiller Municipal du Lavandou (Var) Premiers signataires : Yann Arthus-Bertrand, Photographe-ReporterIsabelle Autissier,Ecrivain, Navigatrice, Présidente du WWF FranceAllain Bougrain-Dubourg,Président de la LPOGilles Clément,PaysagisteChristian Desplats,Ancien Délégué du Conservatoire du LittoralOlivier Dubuquoy, Géographe, Lanceur d’Alerte « Boues Rouges »Jean-Philippe Grillet,Ancien Directeur des Réserves Naturelles de FranceNicolas Hulot,Président de la Fondation pour la Nature et l'HommeAnnabelle Jaeger, Membre du Conseil Economique Social et EnvironnementalCorinne Lepage,AvocateFrançois Letourneux,Ancien Directeur du Conservatoire du LittoralDenez L’Hostis,Président de France Nature EnvironnementMichèle Rivasi,Députée EuropéenneChristine Sandel,Ancienne Présidente de Rivages de FranceColine Serreau,Cinéaste

Jean-Laurent FELIZIA
279,263 supporters
Petitioning Madame la Ministre de l'Environnement Ségolène Royal

Pour protéger nos enfants : traitez en Bio et hors présence enfants les zones agricoles situées le long des écoles !

La France est la troisième consommatrice mondiale de pesticides, la première en Europe !  Ainsi la viticulture française occupe-t-elle 3.6% de la surface agricole mais utilise à elle seule 20% des pesticides employés en France ! La vigne est traitée une douzaine de fois, au rythme d'un traitement tous les 10-14 jours, entre le 20 avril et le 10 septembre. 80% des pesticides utilisés sont des fongicides,dont certains sont classés cancérigènes possibles. Salariée agricole devenue lanceur d'alerte sur les pesticides suite au décès de mon frère d'un cancer, alors qu'il travaillait depuis plus de trente ans dans les vignes, j'ai mené des actions locales pour sensibiliser professionnels et particuliers aux dangers de ces bombes chimiques à retardement, plus particulièrement sur les enfants. En effet, les cancers pédiatriques augmentent, parmi lesquels des tumeurs cérébrales, des leucémies... Villeneuve (33), mai 2014, les élèves d'une école située à proximité de vignes sont victimes d'une intoxication aigüe, suite à l'épandage de pesticides (http://www.leparisien.fr/bordeaux-33000/epandage-de-pesticides-malaises-en-serie-dans-une-ecole-primaire-de-gironde-14-05-2014-3841735.php). 05 août 2015, publication d"un rapport de l'ARS et de l'INVS suite à 9 cas de cancers pédiatriques dans le sauternais, dont 4 sur la commune de Preignac, dont l'école est située à quelques mètres d'une parcelle de vignes (https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=8&cad=rja&uact=8&ved=0CEgQFjAHahUKEwjBk6TC35TIAhWEWxQKHSR4Aeo&url=http%3A%2F%2Fopac.invs.sante.fr%2Fdoc_num.php%3Fexplnum_id%3D10089&usg=AFQjCNE65N64mZm31bg_dHnZnCsi2WBjvA&sig2=DxIQ9EyCixdgmHz_P8O7lA). Les faits remontent à novembre 1999. Lucas avait 5 ans et demi. Nous vivions depuis 2 ans environ à Preignac, petit village du sud-gironde, faisant partie intégrante de l’appellation Sauternes-Barsac.. Alors que Lucas traverse une période inflammatoire (rhinopharyngite ou angine/bronchite...)....Le verdict tombe : Leucémie aigue lymphoblastique.Toute l’insouciance, la naïveté, s’envolent d’un coup. Remplacés par la terreur, l’incompréhension, la confusion, la culpabilité, la prostration, les questions…(http://infomedocpesticides.fr/2015/09/26/itineraire-dun-enfant-blesse/) Que ce soit l'arrêté préfectoral du 23 juin 2014 ou la loi sur l'avenir de l'agriculture votée à l'automne 2014, la législation se limite actuellement à l'interdiction de l'application de pesticides pendant que les enfants sont dans l'enceinte de l'établissement scolaire, ou à l'installation de filets anti- pesticides dont l'efficacité reste à prouver, ou de barrières végétales. Aucune de ces mesures ne supprime l'exposition, la ligne de conduite des pouvoirs publics et de la profession étant de chercher quelle est la meilleure parade pour tenter de limiter cette exposition, sans envisager de la supprimer. Or, toute exposition aux pesticides, qui plus est lorsqu'il s'agit d'enfants, est dangereuse pour la santé, à court et long terme (http://www.inserm.fr/content/download/72644/562893/file/DP_EC_pesticides_12062013.pdf). Lorsque des pesticides sont appliqués sur les vignes proches, quelques heures maximum avant l'arrivée des enfants, ces derniers pénètrent dans une zone imprégnée de résidus de pesticides, bien avant le terme du délai de ré-entrée appliqué aux salariés agricoles. A l'heure où le ministère de l'agriculture envisage justement de faire porter les Equipements de Protection Individuelle à tous les salariés durant toute la saison de traitement, il est temps de prendre des mesures de protection à l'égard de nos enfants. Je cite l'exemple de la viticulture mais toutes les cultures sont problématiques dés lors qu'elles sont traitées avec des pesticides.  Traitement uniquement avec des produits homologués pour l'agriculture biologique et en dehors de la présence des enfants, de toutes les zones agricoles situées le long des écoles et des infrastructures sportives et culturelles. Mesures qui ne viendraient pas compromettre la survie économique de l'agriculture, mais sont aujourd'hui gage d'une cohabitation sereine entre le monde agricole et ses concitoyens. Pour exemple, la Charte qui fut signée le 02 mai dernier à Listrac-médoc, commune de 2500 habitants et 700 hectares de vigne, entre le château Liouner propriété de Mr Pascal Bosq, Marie-Lys Bibeyran et les associations de parents d'élèves (http://t.co/aIpyOql88s?fb_ref=Default). Par cette Charte, Mr Bosq s'est engagé à traiter en Bio ses parcelles jouxtant l'école maternelle, le stade et la salle socio culturelle et uniquement en dehors de la présence des enfants. Nos enfants doivent être protégés des effets des pesticides sur leur organisme en formation, pour cela ils ont besoin de notre mobilisation. Pétition réalisée avec le soutien de l'Alerte Médecins Pesticides  AMLP , 18, rue Séverine 87000 LIMOGES   SIGNEZ ET PARTAGEZ CETTE PETITION !

marie-lys BIBEYRAN
199,091 supporters
Petitioning Bastien Faudot, Sébastien Nadot, Yannick Jadot, Benoît Hamon, Charlotte Marchandise, Stéphane Guyot, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, François Fillon, Nathalie Arthaud, Yves Gernigon, Jacques C...

Interdisons l’abattage des vaches gestantes !

Chaque année, près de 2 millions de vaches sont tuées en France. Les récentes enquêtes révélées ces derniers mois par L214 ont permis d’entrevoir ce qu’elles endurent derrière les murs des abattoirs. Aujourd’hui, les images de l’abattoir de Limoges mettent en lumière une autre facette de la violence des abattoirs : celle de l’abattage des vaches gestantes. Les études disponibles estiment qu’environ 10% des vaches abattues sont gestantes et parfois prêtes à mettre bas. Chaque jour, des veaux sur le point de naître meurent lentement dans le ventre de leur mère, s’asphyxiant pendant que leur mère est tuée et découpée. Ils sont ensuite jetés à la poubelle, comme des déchets.  Conscients de l’enjeu éthique présenté par cette situation, des ministres allemand, danois, néerlandais et suédois ont saisi l’EFSA afin d’obtenir un avis scientifique sur les risques pour des fœtus suffisamment développés d’être exposés à la souffrance et à la douleur. Par ailleurs, le gouvernement allemand vient de soumettre à la Commission européenne une proposition visant à interdire l’abattage des vaches gestantes au moins lors du dernier tiers de leur gestation, soulignant qu’il est établi scientifiquement que les veaux ont la capacité de souffrir à ce stade de leur développement. Nous, signataires, demandons au Ministre de l’agriculture de soumettre au vote du Parlement français un projet de loi visant à interdire la mise à mort de vaches gestantes, au moins lors du dernier tiers de leur gestation.

L214 - Éthique & Animaux
153,892 supporters
Petitioning françois hollande

Suppression du 49.3 dans la constitution française

La démocratie c'est le vote, la démocratie c'est le débat parlementaire, la démocratie c'est le droit et le devoir du peuple de contester une loi. La démocratie ce n'est pas le passage en force. La démocratie ce n'est pas le 49.3 ! Supprimons cet article inique et surtout d'un autre temps. Redonnons du pouvoir à notre vote. Citation  : "L'utilisation du 49.3 est une brutalité, un déni de démocratie" F.HOLLANDE  

stephan RODRIGUEZ
103,358 supporters
Petitioning candidats présidentielle 2017, Charlotte Marchandise, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Yves Gernigon, Stéphane Guyot, Jean Lassalle, François Asselineau, Nathalie Arthaud, Pierre Larrouturou, Françoi...

Pour un référendum sur la sortie du nucléaire en France

EDF est à la veille de choix cruciaux pour l'avenir de la filière énergétique de la France. Des investissements énormes vont devoir être faits pour prolonger la durée de vie du parc nucléaire et construire de nouveaux réacteurs. Ces choix vont nous engager pour les 50 prochaines années. Cette décision ne peut être celle d'un homme ou d'un parti politique, il ne peut être fait que par les citoyens conscients des enjeux et des risques pour les générations futures. La poubelle nucléaire française est pleine, le projet d'enfouissement de Bure est un aveu d'impuissance, l'accident de Fukushima a montré que tous les risques ne peuvent pas être pris en compte, EDF est endetté et ne pourra faire face au coût du démantèlement sans cesse renvoyé sur les générations futures. Il est temps d'être réalistes et de regarder les choses en face, une page est en train de se tourner. Il faut préparer l'avenir et investir dans les filières de demain comme l'Allemagne l'a décidé avant nous. Un débat national suivi d'un référendum doit avoir lieu en France après la présidentielle, lui seul pourra ancrer et asseoir le choix d'une sortie du nucléaire, hors des cotes de popularité, des réflexes syndicaux, des visions à court terme et des lobbies.   Demandons aux candidats à la présidentielle 2017 de s'engager sur l'organisation d'un référendum "êtes vous pour ou contre une sortie programmée du nucléaire ?"

pierre JOUVE
49,403 supporters
Petitioning Emmanuel Macron, A l'attention des candidat-e-s à la Présidence de la République, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Yannick Jadot, Sébastien Nadot, Bastien Faudot, Charlotte Marchandise, Nathalie A...

Engagez-vous à créer un financement dédié à la recherche sur les cancers pédiatriques

En janvier 2011, ma fille Eva,  née dans de parfaites conditions,  sportive, intelligente, altruiste, qui mangeait 5 fruits et légumes par jour, décédait dans des conditions inhumaines d'une tumeur du tronc cérébral quelques jours avant ses 8 ans, faute de traitement, dans un grand hôpital du sud-ouest de la France.Depuis cette date, ce sont plus de 3 000 enfants qui sont décédés d'un cancer en France, soit l'équivalent de 120 classes d'école. Le cancer demeure la 1ère cause de mortalité par maladie des enfants en France. Qui en parle ?Après le décès d'Eva, son père et moi avons découvert que les chercheurs œuvrant sur les cancers pédiatriques ne disposent que de très faibles moyens : seulement 2 à 3% des fonds anti-cancer sont alloués à la recherche fondamentale et pré-clinique sur les cancers pédiatriques. Les rares équipes qui travaillent sur ces maladies dépendent largement des financements associatifs. Plus grave, de nombreux chercheurs renoncent. Pourtant, œuvrer sur ces cancers permettrait de découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques, bénéfiques aux enfants voire même aux adultes.Scandalisés par ce constat, nous pensons - dans un pays où les charges sociales et les impôts sont suffisamment élevés pour le permettre - que l’Etat a un rôle décisif à jouer en matière de financement de la recherche. Sensibilisés par de nombreuses associations de parents, quelques députés et sénateurs se mobilisent, mais ils ne sont pas entendus. Le Président Hollande a été interpellé par des milliers de parents sur la question. Récemment, une maman – dont l'enfant est décédé d'un cancer dans des conditions terribles – lui demandait de soutenir la recherche sur les cancers de l'enfant. En réponse, celle-ci a reçu un bref courrier signé par le Président, accompagné d'une photo dédicacée. Je pense que les enfants méritent mieux. C'est pourquoi je m'adresse aux candidat-e-s à la présidentielle 2017, et leur demande s'ils sont prêts à s'engager à prendre, par écrit, l'engagement suivant :SOUTENIR LA CREATION D'UN FONDS DE RECHERCHE PUBLIC DEDIE AUX CANCERS ET LEUCEMIES DE L'ENFANT, d'un montant de 20 millions d'euros/an. Ainsi qu'un montant équivalent pour la recherche sur les maladies incurables de l'enfantCela permettrait de financer des équipes de recherche fondamentale et pré-clinique, dont les travaux sont indispensables pour développer les traitements de demain. Les USA ont pris une mesure comparable : "Gabriella Miller Kids First Research Act", signé par Barack Obama fin 2014. C'est pourquoi, Monsieur ou Mme futur-e Président-e, les associations, les chercheurs et les parents espèrent que vous allez faire un geste fort, qui pourrait rendre la France exemplaire à l'échelle européenne.Faire sa campagne sur l'emploi, le pouvoir d'achat, l'insécurité, le terrorisme, c'est bien. Mais il serait naturel d'y inclure ceux qui devraient être la priorité d'un pays : ses enfants. Car personne n'est à l'abri du cancer. Et si demain, c'était le vôtre ?Nous comptons sur vous, les enfants comptent sur vous !

Corinne VEDRENNE
40,108 supporters
Petitioning Nicolas Dupont-Aignan, Audrey Azoulay, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, François Fillon, Nicolas Dupont-Aignan, Nathalie Arthaud, Yannick Jadot, Charlotte Marchandise, Bastien Fau...

Rétablissons le pluralisme des opinions dans l'audiovisuel public !

Nous, soussignés, contributeurs de la redevance obligatoire et copropriétaires du secteur public de l’audiovisuel, France Télévisions et Radio France. Nous, qui faisons partie des 27 millions de foyers qui s’acquittent, à raison de  137 euros par an,  de la redevance de l’audiovisuel public et qui participent ainsi à 85% du budget de France Télévisions et à 89% du budget de Radio France. Nous posons la question: les informations du service public de l’audiovisuel reflètent-elles la diversité des opinions et des expressions du peuple français ? Donnent-elles la parole à toutes les couches de la population dans leurs dimensions sociales, professionnelles, existentielles, à leurs cultures et à leur Histoire ? Débats et commentaires, font nettement plus de place à l’idéologie  gauchisante qu’aux idées libérales ou conservatrices. Bien plus, ces idées n’ont que très rarement, sinon jamais, voix au chapitre. Est-il normal qu’aucune émission ne soit confiée à des animateurs ou à des spécialistes de sensibilité différente ? Nous n’acceptons plus que l'obligation de neutralité et d'objectivité contenue dans chaque cahier des charges de chaque entreprise nationale soit considérée comme une pure clause de style. Nous n'acceptons plus que l'obligation de pluralisme de la pensée politique soit foulée aux pieds. Nous n'acceptons plus que, sur France Inter notamment, journalistes, éditorialistes et humoristes soient à l’unisson. Nous refusons que les auditeurs intervenant dans les émissions interactives et la majorité des invités expriment une pensée convenue et monocolore. Nous n’acceptons plus que les informations d’Arte prennent la forme d’un militantisme qui promeut l’immigration sans frontières, le féminisme extrémiste et une écologie jusqu’au-boutiste. Nous n’acceptons plus que l’écrasante majorité des débats véhiculent la même pensée convenue et ignorent quasi complètement les classes populaires, les petites gens, les pauvres, et en général la France périphérique,  oubliée par la bien-pensance régnante. Nous n'acceptons plus la scandaleuse absence de gestion de la dette et des gaspillages du service public, exposés régulièrement par la Cour des Comptes et que les dirigeants successifs de Radio France et France Télévisions se repassent comme une patate chaude.  Nous n'acceptons plus que la présidente de France Télévisions puisse  se permettre de déclarer impunément de manière raciste et sexiste : « qu'on voit trop d’hommes blancs à la télévision » et que le président de Radio France considère que les médias d'État doivent  lutter contre ce qu'il nomme le « populisme ». Nous n’acceptons plus un CSA inopérant ou complaisant. Nous demandons sa  suppression et son remplacement par un organisme indépendant de citoyens-téléspectateurs-auditeurs. Nous réclamons le pluralisme de la pensée  tout en refusant toute exclusion de l'expression politique et philosophique sur les médias d'État, y compris des idées que nous ne partageons pas. Nous demandons à  chaque candidat en lice à l’élection présidentielle de s'engager à réformer en profondeur les méthodes et les habitudes du système.  Nous lui demandons que soit garantie désormais, avec un système de contrôle digne de ce nom, la libre expression politique et artistique par une hiérarchie  qui comprenne enfin le sens de ces deux mots simples : service public.  Avec le Collectif des Usagers du Service Public de l’Audiovisuel, faute de considérer un véritable changement nous, copropriétaires de la maison audiovisuelle de la France, sommes prêts à lancer une grève de la redevance pour voir prises en compte nos revendications.  Payeurs de la redevance mobilisons nous. Signez et partagez cette pétition qui sera communiquée aux différents candidats à l’élection présidentielle et aux autorités de tutelle de Radio France et France Télévisions. Soutenez le mouvement et adhérez au Collectif des Usagers des Medias de l'Audiovisuel Public >>> https://collectif-uspa.fr/aidez-nous/

C.U.S.P.A.
16,637 supporters
Petitioning Tous les candidats à l’élection présidentielle de 2017, Nathalie Arthaud, Benoît Hamon, Jacques Cheminade, Yannick Jadot, Stéphane Guyot, Yves Gernigon, Charlotte Marchandise, Sébastien Nadot, Bast...

OUI AU LOGEMENT SOCIAL

Pour 75% des Français, il est difficile de trouver un logement en France. Près de 30% jugent que le logement prend une part trop importante de leurs revenus, tandis qu'ils sont 74% à la juger importante. Le logement social doit être un enjeu majeur pour l'élection présidentielle. Cette pétition sera remise aux candidat(e)s à l’élection présidentielle afin qu’ils s’engagent à soutenir le logement social pendant le quinquennat. Signer cette pétition, c’est permettre de : - Garantir au plus grand nombre un logement digne, de qualité et abordable - Faciliter l’accès de tous ceux qui en ont besoin au logement social - Lutter contre le mal-logement - Soutenir l’emploi et l’insertion dans les quartiers - Faire des quartiers Hlm des quartiers comme les autres - Préserver le pouvoir d’achat des habitants - Défendre un droit fondamental : SE LOGER Vous adhérez à ces principes ? Ce sont nos engagements, et c’est notre projet. C’est pourquoi le Mouvement Hlm souhaite faire du logement social un sujet majeur de la campagne présidentielle, pour rappeler l’utilité des Hlm dans la France d’aujourd’hui et réaffirmer la valeur du modèle du logement social. Pour en savoir plus et dire Oui au logement social : => Découvrez notre campagne #OuiAuLogementSocial sur /http://www.ouiaulogementsocial.org/ L’Union sociale pour l’habitat représente, en France métropolitaine et dans les territoires d’Outre-mer, quelque 730 organismes Hlm à travers ses cinq fédérations (la Fédération nationale des Offices Publics de l’Habitat, les Entreprises sociales pour l’habitat, la Fédération nationale des Sociétés coopératives d’Hlm, l’Union d’économie sociale pour l’accession à la propriété et la Fédération nationale des Associations régionales d’organismes d’habitat social). 

Union sociale pour l'habitat (USH)
16,427 supporters
Petitioning Emmanuel Macron

Signez pour lutter contre la dénutrition en France !

Quand on est malade, notre corps a besoin d’énergie, faute de quoi la maladie peut être fatale. Aujourd’hui en France, ce sont a minima 2 millions d’enfants, d’adolescents, d’adultes atteints de maladies chroniques ou aiguës et de personnes âgées qui souffrent de dénutrition. Lourde de conséquences, la dénutrition favorise le développement d’infections et de complications postopératoires, retarde la guérison, augmente la durée des hospitalisations, est responsable de chutes chez la personne âgée et peut conduire à la mort. Pourtant, nous disposons de tous les savoirs et de toutes les solutions pour vaincre la dénutrition, mais faute de moyens et de prise de conscience, nous ne le faisons pas. Alors même que le nombre de personnes dénutries ne baisse pas depuis 30 ans, une importante augmentation de leur nombre est à craindre, notamment avec l’évolution démographique des personnes de plus de 60 ans et l’augmentation des pathologies chroniques. La dénutrition est une maladie silencieuse. Elle inquiète mais n'est pas douloureuse. Nous sommes pleinement investis depuis de nombreuses années dans la lutte contre la dénutrition mais nos actions individuelles portent trop peu. Si en 30 ans, la prise en charge de la douleur dans le système de soin s'est fortement améliorée, c'est grâce à la mobilisation des malades, de leurs proches et de la société dans son ensemble. Pas plus que la douleur, la dénutrition n'est une fatalité. Parce que cette situation est inacceptable et qu’il est urgent d’agir, nous, associations de patients, aidants, proches et usagers des établissements de santé, médecins, diététiciens, chirurgiens-dentistes, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, pharmaciens et biologistes, anthropologues, sociologues, philosophes, économistes, gestionnaires et usagers de maisons de retraite, acteurs de l’économie sociale et solidaire et de la nutrition clinique, personnalités religieuses et politiques, signons aujourd’hui le Manifeste de lutte contre la dénutrition pour que, demain, la France s’engage à mettre fin à ce fléau.  Signer le manifeste de lutte contre la dénutrition, c’est s’engager pour : Faire de la dénutrition la Grande Cause nationale du prochain quinquennat Lancer un Plan de lutte contre la dénutrition 2018-2021 pour enrayer la progression de la maladie et faire face à ses conséquences médicales, sociales et économiques Se fixer pour objectif Zéro personne âgée tuée par la dénutrition  Nourrir correctement 100 % des patients malades Peser 100 % des patients dénutris de l’hôpital jusqu’à leur domicile Imposer la présence d’un médecin nutritionniste et de 10 diététiciens pour 600 lits d’hôpital Doter les établissements de soins d’un référent dénutrition Créer un Comité national de vigilance chez l’enfant permettant un meilleur accompagnement vers la guérison Former les futurs médecins, le personnel médical et soignant, les professionnels de santé ainsi que les malades, leurs proches et les aidants au risque nutritionnel Prendre soin de chacun en valorisant le goût et le plaisir   Ils se sont engagés à nos cotés: Marie de Villepin, Marraine du Collectif Roselyne Bachelot François Cluzet Iris Mittenaere, Miss France 2016   Ils ont signé: Éric Fontaine, Président de la Société Francophone de Nutrition Clinique et Métabolisme (SFNEP) Joël Jaouen, Président de France Alzheimer & maladies apparentées Aurélien BEAUCAMP, Président d’AIDES Roselyne Bachelot, ancienne Ministre de la Santé et des Solidarités Claudie Kulak, Présidente de La compagnie des aidants Jacques Delarue, Président de la Fédération Française de Nutrition (FFN) Jean-Marc Borello, Président du Groupe SOS Jean-Michel Ricard, cofondateur et Directeur Général du Groupe associatif Siel Bleu Serge Guérin, sociologue et professeur à l’INSEEC David Le Breton, anthropologue et professeur à l’Université de Strasbourg Vincent Touzé, docteur en économie Frédéric Pierru, sociologue et chercheur au CNRS Michèle Delaunay, ancienne Ministre déléguée aux personnes âgées et à l’autonomie et Députée de la Gironde (PS) Marie-Anne Montchamp,  ancienne Secrétaire d’Etat chargée des Personnes Handicapées (LR) et Présidente de l’Agence Entreprises & Handicap Père Jean-Marie Onfray, Directeur du pôle Santé Justice de la Conférences des évêques de France (CEF) Jean Fontanieu, Secrétaire Général de la Fédération Entraide Protestante (FEP) Anouar Kbibech, Président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) et membre de la Conférence des Responsables de Culte en France (CRCF) Mickael Journo, Secrétaire Général de l’Association des Rabbins Français Olivier Reingen Wang-Genh, Président de l’Union Bouddhiste de France (UBF) et membre de la Conférence des Responsables de Culte en France (CRCF) Roger Barrot, Président de la Fédération Nationale des Associations de Retraités (FNAR) Michel Aguilar, Président de la Commission des droits de l’homme de la Conférence des OING au Conseil de l’Europe Jean-Pierre Aquino, Président du Comité Avancée en Age Christian Babusiaux, Président du Fond Français pour l’Alimentation et la Santé (FFAS) Nathalie Bailly, Maitre de Conférences en Psychologie à l’Université de Tours John-Joseph Baranes, membre associé de l’Académie Nationale de Chirurgie Dentaire Michel Bégaud, Président du secteur des Entreprises de la Nutrition Clinique, Syndicat Français de la Nutrition Spécialisée (SFNS) Marc Bellaiche, Président du Groupe Francophone d’Hépatologie-Gastroentérologie et Nutrition Pédiatriques (GFHGNP) Frédérique Bettinger, Directrice de l’Ehpad Les Tilleuls à Terville Claude Billeaud, Président de l’Association Européenne pour l’Enseignement de la Pédiatrie (AEEP) Dominique Bohuon, Président de l’Association des Aidants pour l’Autonomie des Agées (A.A.A.A) Christian Boissel, Président du Réseau Gérontologique Inter Etablissements et Services du Val d’Oise (Régies 95) Francis Contis, Président de l’Union Nationale de l’Aide, des Soins et des Services aux Domiciles (UNA) Olivier Coustère, Directeur de l’Association Fédérative Française des Sportifs Transplantés et Dialysés (Trans-Forme) Luc Cynober, Membre titulaire de l’Académie Nationale de Pharmacie Sophie Dartevelle, Présidente de l’Union Française de Santé Bucco-Dentaire (UFSBD), Centre Collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) Jean-Claude Desport, Président de l’Association pour le Développement de la Recherche en Nutrition (ADREN) et Président du Réseau LINUT Christophe Dupont, Comité de nutrition de la Société Française de Pédiatrie La Fondation ARC pour la recherche sur le cancer Marina Eresué, Présidente de SOS Gourmandises Françoise Forette, Directrice de l’International Longevity Center-France et Présidente du Collectif Alzheimer Grande Cause Nationale Claude Ferrand, Professeure en Psychologie à l’Université de Tours Monique Ferry, Docteur en Nutrition, Expert à la Haute Autorité de Santé (HAS) et à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) Sophie Fusari, ergothérapeute et formatrice au sein de l’Association Nationale Française des Ergothérapeutes (ANFE) François Guillon, Président de l’association ALIM 50+ Jérôme Guedj, ancien Président du Département de l’Essonne, ancien député et conseiller départemental Regis Hankard, Professeur de pédiatrie à l’Université François-Rabelais de Tours Oliver Hanon, Président du Gérond’if, Gérontopole d’Ile-de-France Clémentine Hugol-Gential, coordinatrice du projet Alimentation et Lutte contre les Inégalités en Milieu de Santé (ALIMS) Nicole Jacquin-Mourain, Présidente de l’Association Nationale des Gérontologues et Gériatres Libéraux (ANGGEL) Joseph Krummenacker, Président de la Fédération Nationale des Associations et Amis des Personnes Agées et de leurs Familles (FNAPAEF) Paule Latino-Martel, coordinatrice du réseau National Alimentation Cancer Recherche (réseau NACRe) Marie Lavin, Présidente de l’Association des Malades Atteints d’Entéropathies Radiques (AMAER) Pierre Lombrail, Président de la Société Française de Santé Publique (SFSP) Jean-Claude Melchior, Professeur des Universités-Médecin des Hôpitaux, Hôpital Raymond Poincaré Jean-Pierre Michel, membre de l’Académie Nationale de Médecine Stéphane Michel, Président du Syndicat National des Masseurs Kinésithérapeutes Rééducateurs (SNMKR) Isabelle Parmentier, Présidente de l’Association Française des Diététiciennes Nutritionnistes (AFDN) Pierre Parneix, Président de la Société Française d’Hygiène Hospitalière (SF2H) Laurence Plumey, Professeure à l’Ecole de Diététique de Paris et Fondatrice d’EPM Nutrition Bruno Raynard, Président de l’Inter-CLAN des Centres de lutte contre le cancer (CLCC) Agathe Raynaud Simon, Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG) Brigitte Rochereau, Présidente de la Fédération Nationale des Associations Médicales de Nutrition (Fnamn) Monique Romon, Présidente de la Société Française de Nutrition (SFN) Pascal Schmidt, Président du Conseil National Professionnel de Nutrition (CNP Nutrition) Stéphane Schneider, Président du Collège des Enseignants de Nutrition des Facultés de Médecine (CEN) et Président de l’Educational and Clinical Pratice Committe of European Society for Clinical Nutrition and Metabolism (ESPEN) Claire Sulmont-Rossé, Directrice de recherche INRA Éric Trouvé, Président de l’Association Nationale Française des Ergothérapeutes (ANFE) Marie-France Vaillant, diététicienne et sociologue André Van Gossum, Président de la Société Européenne de Nutrition Clinique Virginie Van Wymelbeke, Ingénieur de Recherche CHU et Chercheur-attachée INRA Philippe Vallet, Président de l’Association Française d’Etude de Recherche sur l’Obesité (AFERO) Marie-Paule Vasson, Présidente de l’Association des Enseignants de Nutrition des Facultés de Pharmacie (AENFP) Olivier Ziegler, Coordinateur du Centre Spécialisé de l'Obésité de Nancy Jean-Fabien Zazzo, Coordinateur du CLAN central de l’Assistance publique des Hôpitaux de Paris Plus d'informations sur www.luttecontreladenutrition.fr

Collectif de lutte contre la dénutrition
5,618 supporters