Decision Maker

Brune Poirson

  • Secrétaire d'État auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire.

Does Brune Poirson have the power to decide or influence something you want to change? Start a petition to this decision maker.Start a petition
Petitioning Brune Poirson, Jeff Bezos, European Parliament

Stop à la destruction massive des invendus par Amazon

Bonjour, Je me présente Alexandre B., j'ai 27 ans. Cela fait plusieurs années que je m’intéresse à l'écologie, notamment grâce à des documentaires de l'association Greenpeace. J'ai vu un extrait de l'émission M6 Capital concernant la destruction de millions d'invendus par an. J'ai été profondément choqué !Alors que cela fait des années qu'on demande aux citoyens du monde de faire attention au gaspillage, on apprend que la plus grosse société au monde détruit 3 millions d'objets rien qu'en France ! C'est lors de l'émission Capital du dimanche 13 janvier 2019 que nous apprenons que la société Amazon a mis en place un système de destruction massive de centaines de milliers de produits neufs ! Il faut savoir que ce n'est pas la première fois qu'Amazon se fait remarquer par sa politique non-écologique. En effet, dans un reportage de l'émission "Frontal 21" sur la chaîne de télévision allemande ZDF, diffusée en juin dernier, des salariés d'Amazon expliquaient avoir détruit des produits en parfait état de marche ou avec de légers défauts. Ce système pousse encore une fois à la surconsommation qui détruit peu à peu notre planète ! La multinationale la plus puissante du monde viole le droit des consommateurs à se faire réparer gratuitement leurs produits défectueux et ainsi gaspille plus de 3 millions de produits neufs détruits en France chaque année ! Les pratiques d’Amazon sont inadmissibles et dangereuses lorsque l’on sait que la fabrication de ces produits représente près du quart des émissions de gaz à effet de serre des français. C’est donc une question de vie ou de mort pour notre planète. L'équipe de télévision aurait remonté la filière des entreprises partenaires qui utilisent la plateforme et qui seraient contraintes pour des raisons économiques de détruire leurs invendus ! La secrétaire d'état auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, Brune Poirson a annoncé sur le plateau de Capital qu'elle ferait de la lutte contre le gaspillage un priorité et que des mesures serait prises. Aujourd'hui la loi économie circulaire qui sera présenté aux conseils des ministres n'apporte rien et surtout n'interdit absolument pas ce genre de pratiques ! Encore une fois le gouvernement recule face aux lobbies ! Alors signez pour que le gouvernement impose enfin à l'entreprise Amazon (et bien d'autre entreprises) de cesser leurs destructions et de redistribuer la totalité de leurs invendus à des organismes associatifs !

alexandre BRIOLAIS
172,941 supporters
Petitioning Emmanuel Macron, Edouard Philippe, Brune Poirson

Taxes et Carburant: taxez plutôt les compagnies aériennes/maritimes et le CAC 40

NOUS DEMANDONS UN "GRAND DÉBAT" SUR LES TAXES !!!! Nous sommes en  2019 let es taxes continuent encore d'augmenter pour nous tous sauf pour les grandes compagnies. --Les prix de tous les carburants sont à la hausse en France. La semaine dernière, le gazole a été le plus touché avec une augmentation de 1,02 centime. La loi alimentation va provoquer des hausses de tarifs sur des produits alimentaires de grande marque, entre +0,5 et +9,9% --Les prix des carburants vendus dans les stations-service continuent d'augmenter en ce début d'année 2019, dans le sillage des cours du pétrole.  --Les tarifs des péages autoroutiers ont eux augmenté de 1,8% à 1,9% au 1er février En décembre dernier, Édouard Philippe s'était engagé à geler les hausses des tarifs de l'électricité et du gaz au 1er janvier 2019 pour nous calmer...Parole non tenue   Les compagnies et les sociètes du CAC 40 doivent mettre la main à la poche et contribuer à ce qui nous concerne tous. CONCERNANT LES COMPAGNIES MARITIMES ET AÉRIENNES :  ZL'Union française des industries pétrolières a prévenu que le gazole va augmenter de plus de 34 centimes pendant le mandat d'Emmanuel Macron.  Ce sont des nouvelles taxes qui viendront s'ajouter à l'augmentation des impôts, des cotisations sociales et pas que. La transition énergétique est mise en avant en faisant porter la responsabilité de la pollution sur les automobilistes et profiter cette aubaine pour vider les fonds de nos poches La preuve le projet de loi de finances rectificative pour 2018, examiné au Sénat, a transféré 600 millions d’euros de recettes de la taxe sur les carburants destinés au budget de la transition écologique pour les réaffecter au budget général.  En revanche les véritables pollueurs sont exonérés de ces taxes sur le carburant. Cela est la pire des injustices. Le particularisme fiscal du transport aérien et maritime n'a plus de raison d'être. Les français ne doivent plus porter le chapeau pour des compagnies qui se goinfrent sur leur dos. Ce sont eux qui tuent la planète. Les cargos, supertankers et paquebots de croisière qui brûlent des produits pétroliers (fuel lourd) extrêmement polluants. Pour exemple, le Harmony of the seas, le plus grand paquebot de croisière du monde, brûlerait quotidiennement quelque 250 000 litres du diesel le plus polluant du monde.  Par comparaison, un paquebot à quai pollue autant qu'un million de voitures. Le transport aérien est lui l’un des modes de transport les plus polluants par kilomètre parcouru. Et si même si ce secteur ne représente, pour l’heure, que 2 à 3% des émissions mondiales de carbone, sa part devrait suivre la forte expansion attendue du trafic aérien dans les prochaines années. Nous exigeons que les compagnies aériennes et maritimes ne soient plus exonérées des taxes sur le carburant. Selon l'Association du transport aérien internationale, les bénéfices cumulés des compagnies aériennes devraient atteindre 38,4 milliards de dollars en 2018, contre 34,5 milliards en 2017. Cette taxation des compagnies  est une nécessité absolue. Peu importe nos idées politiques, nos idées différentes sur d'autres sujets, nous devons être le plus solidaire sur cette question-là afin de nous faire entendre et demander que:  1°) - les vols internes soient immédiatement taxés et ne profitent plus d’une vraie niche fiscale: aucune taxe sur le kérosène ni de TVA sur les billets internationaux. Les Etats-Unis, le Brésil, le Japon, la Norvège, la Suisse ou encore les Pays-Bas ont déja mis en place la taxation des vols internes.  2°) - que Emmanuel Macron s'engage à revoir la position de la France sur la convention internationale de Chicago de 1944. L’objectif était de développer le trafic international sauf qu'à l'époque les questions de la pollution et de la transition énergétique ne se posaient pas. 3°) - que soit annulé l'article 265 bis du code des douanes qui précise que «les livraisons des produits pétroliers pour le transport fluvial de marchandises sont exonérées de TICPE». Pour information, leur pollution en particules ultrafines équivaut à celle de 50 millions de voitures. 4°) - Que les grands groupes pétroliers soient taxés. Le géant pétrolier français a récemment annoncé un résultat net de 8,6 milliards de dollars pour l'année 2017, soit une hausse de 39 % par rapport à 2016. Total possède aussi la meilleure rentabilité des capitaux propres parmi les majors. 5°) - Soient annulées les taxes à venir sur le carburant dans le prochain budget 2019Les gilets jaunes existent parce que nous voulons avant tout de la justice sociale et non une prise d'otages citoyenne.  Réfléchir à des solutions pour moins polluer et préserver notre planète est une chose importante mais cela ne doit pas se faire au détriment des moins favorisés CONCERNANT LE CAC 40 :    

Thierry Paul VALETTE
81,572 supporters
Petitioning Emmanuel Macron, nicolas hulot, brune poirson, Bruno Le Maire, Delphine Gény-Stephann

Taxer les matières premières /détaxer les activités de réparation transformation recyclage

Aujourd'hui, cela coûte quasiment moins cher de jeter pour racheter neuf, que de faire réparer son appareil photo / vélo / pantalon / manteau / armoire ... A quel coût pour la planète? Et pour notre économie locale également? En Suède, une nouvelle proposition de loi a l'intention de baisser les taxes sur les opérations de recyclage. Ainsi, la TVA sur les prix des réparations de vélos, de chaussures ou les reprises de vêtements devrait passer de 25% (le taux actuel en Suède) à 12 %, soit moins de la moitié. En outre, les « consomm’acteurs » qui choisissent l’option réparation pour soigner leurs appareils électroménagers pourront se faire rembourser, en partie, l’argent dépensé, via des réductions fiscales. Et pour aller encore plus loin dans cette logique, la proposition de loi inclut aussi de nouvelles taxes sur les produits contenant des matériaux non recyclables ou difficilement réparables. En bref : taxer l'utilisation des matières premières / détaxer le travail au travers des activités de réparation transforlation recyclage. Il est estimé que près de  20 millions d’euros seront consacrés au projet de réduction d’impôts, et près de 28 millions d’euros seront déboursés pour la baisse de la TVA. Mais au final, c’est pour la Suède un investissement prometteur pour l’avenir ! En effet, cette nouvelle loi encourage la réduction de la pollution et du gaspillage, qui coûtent très cher aux pouvoirs publics (consommation de ressources et d'énergie pour la production et le transport de nouveaux biens neufs, pollution et gestion des déchets des biens gaspillés, etc.), mais aussi et surtout, elle relance tout un pan de l’économie locale basé sur la réparation, le recyclage et l’économie circulaire. Pourquoi pas en France? Les activités potentiellement concernées sont nombreuses : informatique, cordonnerie, textile, mécanique, électroménager, etc. Et les enjeux à terme sont vastes : ceux d'une vraie fiscalité “carbone”, qui détaxerait le travail humain, pour taxer l’énergie fossile, l’extraction des ressources naturelles, l’exploitation des services de la nature (sans parler des revenus financiers)... En France aussi, promouvons une fiscalité plus verte, taxant les produits et activités fortement consommateurs en énergies fossiles & matières premières non recyclées, et pauvres en travail local, et détaxons les produits et activités faiblement consommatrices de matières premières non recyclées, et fertiles en travail local! Quelques sources : https://lareleveetlapeste.fr/suede-plus-on-reparera-on-paiera-dimpots/ https://www.sortirdupetrole.com/societe/259-a-quand-une-fiscalite-plus-intelligente-qui-taxe-les-gaz-a-effet-de-serre-pour-detaxer-le-travail http://www.associations-citoyennes.net/ecologie/category/que-faire-concretement/a-plusieurs/recuperer-reparer-recycler-transformer/page/2/    

Map B
32,322 supporters
Petitioning Emmanuel Macron, Edouard Philippe, François de Rugy, Nicole Belloubet, Agnès Buzyn, Didier Guillaume, Sébastien Lecornu, Sophie Cluzel, Brune Poirson, Emmanuelle Wargon

Pour une nouvelle Justice Fiscale et Sociale avec la Cotisation Sociale : CSMTSF

AVEC LA COTISATION SOCIALE : MICRO-TAXE-SOCIALE-FRANÇAISE (CSMTSF) : MON SALAIRE BRUT DEVIENT MON SALAIRE NET !!! MA RETRAITE BRUTE DEVIENT MA RETRAITE NETTE !!! MES CHARGES PATRONALES DISPARAISSENT !!! Les Françaises, les Français ont deux priorités : L’amélioration de leurs conditions de vie, ainsi que l’amélioration de leur pourvoir d’achat au travers d’une véritable Justice Fiscale et Sociale !  L’Association Concarnoise pour la Défense du Pouvoir d'Achat Français et de l’Emploi  (ACDPAFE) vient d’adresser au Président de la République, un courrier accompagné de notre projet de loi pour l’amélioration de votre pouvoir d’achat. L’Association (ACDPAFE) a adressé son manifeste à l’ensemble des élus et des médias, etc., représentant plus de 14 000 mails. L’Association (ACDPAFE) a été reçue le 09 juillet à l’Assemblée Nationale par le conseiller ( MR ROYO) du président de la Commission des Finances MR Eric WOERTH pour présenter et défendre le projet.  Le même jour, l"association à également été reçue au Sénat par Monsieur Vincent EBLE, Président de le Commission Finances et le Sénateur Michel CANEVET  pour présenter et défendre notre projet. Nous vous invitons à consulter notre site internet : https://www.acdpaf.com où vous retrouverez notre MANIFESTE qui présente notre projet de la Cotisation Sociale :  LA MICRO-TAXE-SOCIALE-FRANÇAISE-CSMTSF   La principale modification repose sur une nouvelle source de collecte pour remplacer le montant global des cotisations salariales et des charges patronales, sans toucher au modèle de couverture sociale pour l’ensemble des Françaises et des Français, c’est un impératif de notre projet. Chaque Française et Français conservera le modèle de couverture pour la Sécurité Sociale, pour le Régime de la Retraite, pour le Chômage etc. L’ensemble des cotisations salariales et des charges patronales sera remplacé par le paiement de la Cotisation Sociale : MICRO-TAXE-SOCIALE-FRANÇAISE-CSMTSF. C’est l’ensemble des flux des paiements scripturaux pour mémoire : Paiement par carte, Retrait par carte, Prélèvement, Virement, Chèque, LCR et BOR (lettres de change et billets à ordre relevé), Monnaie électronique, T.I.P., représentant en 2017 un montant de 27 576 Milliards d’euros (source Banque de France rapport 2018 pour l’année 2017). La Cotisation Sociale :  MICRO-TAXE SOCIALE FRANÇAISE (CSMTSF) n’est pas un impôt supplémentaire, ni une taxe supplémentaire, au contraire elle remplace l’ensemble de vos cotisations sociales tout en permettant de vous donner du pourvoir d’achat supplémentaire. Avec l’application de la Cotisation Sociale : MICRO-TAXE-SOCIALE-FRANÇAISE-CSMTSF  de 1,50%, sur l’ensemble des paiements : les salariés, les retraités, les entreprises ne paieront plus de cotisations sociales et de charges patronales. Pour le salarié, son revenu brut mensuel devient son salaire net, donc effet immédiat de l’amélioration de son pourvoir d’achat. Pour le retraité, sa retraite brute devient sa retraite Nette, donc effet immédiat de l’amélioration de son pourvoir d’achat.  Pour l’entreprise la suppression des charges patronales sera un véritable « plus » pour le développement de l’entreprise                                       Exemple gain pouvoir d’achat : 1.      Pour un salarié vivant seul, payé au SMIC. 2.      Pour un couple avec deux enfants. 3.      Pour les retraités. 4.      Pour un cadre. 5.      Pour l’entreprise.   1.       Exemple de gain de pouvoir d’achat pour un salarié vivant seul, payé au SMIC : Monsieur et/ou Madame travaille  en CDI, il et/ou elle perçoit un salaire brut mensuel de 1 522 € amputé de 339,13 € de charges sociales soit un salaire net de 1 182,87 €. Son nouveau salaire net sera égal à : 1 354 €, après retrait de la CSG et de la CRDS de 148 €, de la part mutuelle de 20 €, soit un gain mensuel de 171,13 €, soit un gain annuel sur 12 mois de 2 053,56 €. ▪     La Cotisation Sociale : Micro-Taxe Sociale Française (CSMTSF) représentera une cotisation sociale à 1,50% soit 20,31 € par mois pour Monsieur et/ou Madame, gain réel de pouvoir d’achat mensuel sera lui de 150,82 € mensuels (171,13 € - 20,31 € = 150,82 €)   2.      Exemple de gain de pouvoir d’achat pour un couple avec deux enfants : Madame travaille comme employée en CDI, elle perçoit un salaire brut mensuel de 2 095 € amputé de 458 € de charges sociales, soit un salaire net de 1 637 €.  Son nouveau salaire net sera égal à : 1 852,00 €, après retrait de la CSG et la CRDS de 203 €, et de la part mutuelle santé de 40 €, soit un gain mensuel de 215 €, soit un gain annuel sur 12 mois de 2 580,00 €. Monsieur, lui travaille comme ouvrier en CDI, il perçoit un salaire brut mensuel de 1 522 € dont 339,13 € de charges sociales soit un salaire net de 1 246 €.  Son nouveau salaire net sera égal à : 1 374 €, après retrait de la CSG et la CRDS de 148 €, soit un gain mensuel de 191,13 €, soit un gain annuel sur 12 mois de 2 293,56 €. A l’année le couple verra son pouvoir d’achat augmenté de : 2 580,00 € + 2 293,56 € = 4 873,56 €. ▪ Le couple dispose donc d’un revenu mensuel net de 3 226,00 €, La Cotisation Sociale : Micro-Taxe Sociale Française (CSMTSF) représentera une cotisation sociale à 1.50% soit 48,39€ par mois pour le couple, le gain réel de pouvoir d’achat mensuel sera donc pour ce couple avec deux enfants de 413,97 € (215,00 € + 191,13 € = 406,13 € – 48,39 € = 357,74 €).   3.     Exemple de gain de pouvoir d’achat pour un couple de retraités : Notre couple de retraités perçoit une retraite brute mensuelle de 2 494 € amputé de 177 € de charges Sociales (*), soit une retraite nette de 2 317 €.   Leur nouvelle retraite nette sera égale à : 2 494 €, soit un gain mensuel de 177 €, soit un gain annuel sur 12 mois de 2 124 €. ▪     La Cotisation Sociale :  Micro-Taxe Sociale Française (CSMTSF) représentera une cotisation sociale à 1,50% soit 37,41 € par mois pour le couple de retraité, le gain réel de pouvoir d’achat mensuel sera donc pour ce couple de retraités de 139,59 € (177 € - 37,41 € = 139,59 €).   4.   Exemple de gain de pouvoir d’achat pour un cadre vivant seul : Monsieur et/ou Madame perçoit un salaire brut mensuel de 5 300 €, amputé de 1 111 € de charges sociales soit un salaire net de 4 189 € mensuel.  Son nouveau salaire net sera égal à : 4 716 €, après retrait de la CSG et la CRDS de 514 €, et de la part mutuelle santé de 70 €, soit un gain mensuel de 584 €, soit un gain annuel sur 12 mois de 7 008,00 €. ▪     La Cotisation Sociale : Micro-Taxe Sociale Française (CSMTSF) représentera une cotisation sociale à 1,50% soit 70,74 € par mois pour Monsieur et/ou Madame, le gain réel de pouvoir d’achat mensuel sera de 513,26 € (584 € – 70,74 € = 513,26 €)     5.       Exemple de gain pour l’entreprise : Activité dans le bâtiment avec un effectif moyen de 5,3 salariés, avec un chiffre d’affaires de  477 000 €. Le total des salaires sur 12 mois représente pour cette entreprise 104 628 € et les charges patronales sur 12 mois représentent 37 716 €.   ▪     La Cotisation Sociale : Micro-Taxe Sociale Française (CSMTSF) représentera une cotisation sociale à 1,50% de 5 718 € par mois pour l’entreprise, gain réel dégagé pour développer et soulager la trésorerie de cette entreprise de 31 998 € (37 716 € – 5 718 € = 31 998 €).   La Cotisation Sociale : MICRO-TAXE-SOCIALE-FRANÇAISE -CSMTSF EST UNE VÉRITABLE SOLUTION POUR RÉPONDRE À DIFFÉRENTS SUJETS DE SOCIÉTÉ, ET AMÉLIORER VOTRE POUVOIR D'ACHAT À TOUTES ET TOUS, D'AMÉLIORER LA VIE DES ENTREPRISES EN FRANCE ET MÊME LA CAPACITÉ BUDGÉTAIRE DE L’ÉTAT.   SOUTENEZ-NOUS. SIGNEZ ET PARTAGEZ LA PÉTITION LE PLUS LARGEMENT POSSIBLE ! LE NOMBRE SERA NOTRE FORCE POUR DÉFENDRE LE PROJET.   Site internet pour le lire le manifeste détaillé https://www.acdpaf.com

Association Concarnoise pour la Défense du Pouvoir d'Achat Français
3,855 supporters
Petitioning François de Rugy, M. le Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, brune poirson, Emmanuelle Wargon

Non à la chasse à la glu ! Abrogation de l’arrêté qui l’autorise !

•Le Conseil d’Etat a validé la pratique cruelle de la chasse à la glu qui existe encore dans cinq départements du Sud-Est (28/12/2018). Une décision incompréhensible à l’heure où les oiseaux disparaissent de nos campagnes… •Nous demandons à M. le Ministre de la Transition écologique et solidaire ainsi qu’aux Secrétaires d’État auprès du Ministre de se saisir de ce dossier et d’interdire cette pratique.   Pour appuyer nos propos nous citons la fondation 30 Millions d’Amis et nous les remercions :  La cruauté envers les oiseaux peut continuer… avec l’aval de la plus haute instance administrative ! Alors que leurs effectifs ont chuté de 30% en campagne, le Conseil d’Etat a rejeté la demande d’abrogation de l’arrêté ministériel du 17 août 1989 autorisant la chasse à la glu dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse (28/12/2018). La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), a décidé de porter l'affaire et les éléments auprès de la Commission européenne afin que cette dernière porte plainte devant la Cour de Justice. Les grives et les merles, premières victimesCe sont principalement les grives et les merles qui subissent cette chasse dite « traditionnelle » qui consiste à capturer les oiseaux avec de la glu déposée sur des baguettes ou des branches d’arbres. Littéralement « englué », le volatile ne peut alors plus s’enfuir. « Les chasses dites traditionnelles appartiennent au passé, critique Allain Bougrain-Dubourg, le président de la LPO. A l’heure où la biodiversité s’effondre, et en particulier les oiseaux, s’amuser à coller, étrangler ou écraser des dizaines de milliers d’entre eux, en plus du fusil, est juste irresponsable. » A l’enfer de la glu s’ajoutent les effets toxiques des solvantsSi les défenseurs de cette pratique d’un autre temps, et acceptée que dans ces cinq départements pour cause de "tradition", affirment que les oiseaux ne sont pas abîmés, ni maltraités, ils oublient que restant collés, ils peuvent se blesser et mourir d’épuisement ou de stress dans leur tentative de  libération. En outre, le « prélèvement » de l’animal par les chasseurs se réalise avec des solvants  toxiques. S’il parvient toutefois à être défait de cette glu, l’oiseau peut également présenter des lésions traumatiques qui lui seront fatales les heures suivantes. Des avis d’experts vétérinaires, parlant « d’effet irréversible » de cette pratique, ont bien été déposés au Conseil d’Etat, qui pourtant en a fait fi. Nous citoyens, nous joignions au combat de la Fondation 30 Millions d’Amis et de la LPO et dénonçons cette méthode barbare et cette atteinte à la biodiversité et déploront que le Conseil d’État avalise une telle cruauté. •Merci de votre soutien !

Théo MACQUART-PERRAUD
3,148 supporters
Petitioning Edouard Philippe, François de Rugy, Brune Poirson

L'Appel de la Forêt

#NousSommesForêt, un collectif non-violent et participatif de citoyens et d’associations de protection de la nature et de la santé, appelle à l’émergence d’une force d’interposition pour protéger les arbres de leurs abattages abusifs et soutenir les mobilisations locales. Dans la pléthore d’offensives faîtes au vivant, les arbres et la forêt sont particulièrement visés. A l’heure où l’on découvre le rôle irremplaçable du végétal, son intelligence, sa sensibilité ; où l’on regarde enfin les forêts pour ce qu’elles sont, haut lieu du partage et de la mutualisation des ressources entre arbres, champignons et toutes les autres espèces ; la conscience collective clame son indignation et s’affirme comme gardienne des arbres et des forêts. Abattre un arbre abusivement, c’est perdre une centrale à air pur, contribuant à dépolluer l’air ambiant gracieusement. C’est se priver pour notre guerre climatique d’un outil naturel et efficace de capture du CO2. C’est condamner à l’oubli une conscience, une sagesse et une mémoire bien plus longues et expérimentées que celles de notre jeune espèce. C’est enfin se couper d’une source d’équilibre et de bien-être humain bien établie. Contre la destruction aveugle, la marche des bulldozers et le passage en force, face aux poussées de décideurs insensibles au vivant, il est temps d’additionner nos puissances et de nous mettre en mouvement. Forêts Debout ! A Marseille, Rennes, Strasbourg, Jargeau, Gardanne, Aix, Romainville, Montpellier, Beynac, Gien et jusqu’en Guyane… la fraternité aux feuillages s’exprime par des boucliers humains. Le site de pétition Change.org recense des centaines de cas d’abattage abusif d’arbres et de forêts menacées sur le territoire français. Les frères et sœurs des bois se lèvent et marchent. Sur les pas des forestiers écœurés par le manque de conscience du temps long. Sur la voie des femmes indiennes qui ont protégé de leur corps, il n’y a si longtemps encore, la destruction programmée de leurs forêts ancestrales. Partout les avant-postes de la conscience collective soulèvent nos précieuses racines et osent dévoiler nos cœurs d’arbres-humains. Ce n’est pas seulement pour porter haut et fort l’intérêt général, pour défendre la biodiversité et l’équilibre des biotopes : un puissant mouvement humain retrouve son origine et cesse de se prendre pour le centre d’un monde autour duquel doit se plier « un environnement » soumis à l’argent-roi et à la dévastation avide. Cette conscience nous dit que nous sommes la nature et elle nous appelle urgemment à prendre soin du monde. Ce mouvement, entendez-le bien, ne s’arrêtera pas car c’est la nature elle-même qui se soulève ! La nature a des droits : le droit d’exister et d’être en bonne santé, le droit de se régénérer et de s’épanouir. Chacun des ses éléments a le droit de pouvoir jouer son rôle dans la communauté de vie et nous devons permettre à chaque espèce et système vivant de défendre sa valeur intrinsèque en justice, s’il le faut. Oui, les arbres peuvent plaider, nous serons leur voix ! Ceci est un appel à rejoindre toutes les initiatives locales, régionales et sur tous les territoires. Nous Sommes Arbres, Radicelles, Humus et Mycellium. Nous sommes Forêt ! Un soulèvement, une force d’interposition non-violente et résolue, en synergie avec tous les terrains et la grande vague qui doit déferler maintenant pour que l’humanité retrouve ses esprits. Nous Sommes Forêt et nous resterons debout. Premiers signataires :Charles-Maxence Layet, directeur de la revue Orbs, l'autre Planète ; Pascale d'Erm, journaliste, auteure et réalisatrice de Natura ; Patrick Fischmann, conteur, musicien, écrivain ; Pascale Rossler, coach, Osons Demain Les Jours Heureux ; Edouard Gaudot, co-fondateur de Citoyens! ; Pablo Servigne, Gauthier Chapelle, biologistes, agronomes, collapsologues, asbl Terr'éveille ; Olivier Dubuquoy, géographe et militant écologiste ; Valérie Cabanes, juriste internationale, Global Alliance for the Rights of Nature ; Laurent Winsback, sylvothérapeute ; Jacqueline Kelen, écrivain ; Naziha Mestaoui, artiste ; Pierre Athanaze, associations Action Nature Rewilding France et Alliance des Opposants à la Chasse ; Delphine Batho, députée, présidente Génération Ecologie ; Bernard Boisson, auteur, photographe, association Forêts citoyennes ; Marine Calmet, juriste, association Nature Rights ; Cyril Dion, auteur, réalisateur ; Michel Maxime Egger, sociologue et ecothéologien ; Jean-Laurent Félizia, paysagiste-naturaliste, conseiller municipal EELV ; Blanche Magarinos-Rey, avocat, cabinet Artemisia ; Claire Nouvian, association Bloom, Goldman Prize 2018, co-fondatrice de Place Publique ; Edouard V. Piely, journaliste, membre de la rédaction de Sciences Critiques ; Michèle Rivasi, députée européenne EELV ; Franck Vogel, photographe et réalisateur ; Ernst Zürcher, ingénieur forestier, professeur en sciences du bois. Association les Amis de la Forêt de Romainville ; Association Mardieval.

Charles-Maxence Layet #NOUSSOMMESFORET
1,603 supporters
Petitioning Didier Guillaume, Brune Poirson, Emmanuel Macron, Bruno Le Maire

Non au Mercosur !

Accords de libre-échange : Les accords de libre-échange que l’Union européenne conclut avec ses partenaires se traduisent généralement par l’instauration de volumes de sucre pouvant arriver sur le territoire européen sans droit de douane. Accord UE - Mercosur : Depuis 1994, l’Union européenne et le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) négocient  un accord de libre-échange, qui vient d’aboutir, le 29 juin dernier. Cet accord revêt un caractère tout particulièrement sensible pour l’agriculture UE et tout particulièrement pour la filière betterave-sucre-éthanol européenne : le sucre et l’éthanol sont des intérêts offensifs forts pour les Brésiliens. A date, la Commission européenne indique les concessions suivantes de l’UE pour notre filière : Pour le sucre : Élimination des droits de douane pour 180 000 t de sucre brésilien Nouveau contingent de 10 000 t de sucre, sans droit de douane, du Paraguay. Pour l’éthanol, en précisant que les contingents seront accordés en 6 étapes annuelles égales : 450 000 t d’éthanol sans droit de douane, à utilisation exclusivement industrielle ; 200 000 t d’éthanol à droit réduit au tiers de la valeur, pour tout usage, y compris carburant. Les concessions totales, sucre et éthanol, représentent donc 1,5 Mt d’équivalent sucre, soit la production de 7 usines en Europe. ....................................................................................................................................... Les négociateurs de la Commission européenne et du Mercosur sont parvenus à un accord. Mais pour que les contingents soient appliqués, il doit désormais être ratifié : Par le Conseil, c’est-à-dire par les chefs d’état européens ; Et par le Parlement européen. ....................................................................................................................................... Ce qui est demandé par la filière La filière souligne que le sucre de canne brésilien, tout comme l'éthanol, est fabriqué selon des standards sanitaires et environnementaux qui sont nettement inférieurs à ceux du sucre de betterave européen : 74 % des produits phytosanitaires utilisés au Brésil ne sont pas autorisés en Europe Le Brésil vient d’autoriser la mise en culture de canne à sucre OGM Le Brésil traite la canne à sucre, avant récolte, au glyphosate à des fins de maturation anticipée. La filière demande donc : « que le volet commercial de l’accord Mercosur ne puisse pas faire l’objet d’une application provisoire avant la conclusion des procédures de ratification ». « Elle appelle les représentants français à Bruxelles, au Parlement et au Conseil, à s’opposer à la ratification de l’accord ». « Elle demande au gouvernement de faire la pleine lumière sur les différences de production entre la France et les pays-tiers, au premier rang desquels le Brésil, par une communication d’envergure auprès du grand public ». N'importons pas l'agriculture dont nous ne voulons pas ! #StopMercosur

CGB
550 supporters
Stop à la destruction massive des invendus par Amazon

Mesdames et Messieurs, Chers soutiens de l’économie circulaire. Chose promise, chose due : produire, pour détruire, c’est fini ! Cette semaine, le Premier ministre a annoncé qu’il serait interdit d’éliminer les produits non-alimentaires invendus en France grâce au projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire que je présenterai d’ici un mois en conseil des ministres. Dès janvier, vous nous aviez signifié votre indignation. J’avais eu l’occasion de dire la mienne, comme ma détermination à agir dans les meilleurs délais. La séquence du Grand Débat National nous a permis d’enrichir le projet de loi sur lequel je travaillais déjà à l’époque et de rehausser son ambition. Grâce à vous, les mesures que je soumettrai au vote du Parlement nous permettront de faire une nouvelle fois de la France une pionnière de la lutte contre le gaspillage. La transition à laquelle nous travaillons quotidiennement est une transition écologique et solidaire. C’est pourquoi nous tenons à élaborer des outils qui soient des leviers de justice climatique et sociale comme peut l'être cette mesure. A titre d'exemple, sur 800 millions d’euros d’invendus chaque année, moins de 20% font l’objet d’un don. Demain, ces produits toujours utilisables devront être donnés, reconditionnés ou recyclés. Bien évidemment, des sanctions seront prises contre les entreprises qui ne respecteraient pas leurs obligations. Et à terme, nous souhaitons en finir avec la surproduction, véritable maladie de notre économie. Vous l’appelez de vos vœux, nous créons les conditions de cette société plus juste et écologique. Bien sincèrement, Brune POIRSON

3 months ago
Stop à la destruction massive des invendus par Amazon

Mesdames, messieurs, Chers soutiens de l’économie circulaire, Tout d’abord, sachez que je vous suis reconnaissante d’avoir lancé cette pétition et me réjouis de son succès. Cet engouement témoigne de la prise de conscience grandissante parmi les citoyens de l’enjeu des ressources et de l’aberration économique et environnementale d’un système linéaire qui consiste à extraire, produire, jeter. Il me conforte dans mon combat quotidien en tant que secrétaire d’Etat au ministère de la Transition écologique et solidaire pour changer d’échelle dans la lutte contre le gaspillage, dans l’accroissement de la durée de vie des produits, et plus globalement dans la transformation de notre modèle économique. Lors de l’émission Capital du 13 janvier dernier, je me suis indignée publiquement devant certaines pratiques intolérables de destruction de produits neufs invendus par des entreprises du commerce en ligne. Je réitère mon indignation et mon souhait de mettre fin à de telles pratiques. Que ce soit pour le textile ou pour les équipements électriques et électroniques, des filières de réemploi et de recyclage existent. Dans ces conditions il est choquant que certains distributeurs en ligne choisissent d’éliminer purement et simplement leurs invendus plutôt que d’en faire don, ou de les recycler. J’appelle votre attention sur le fait que le document qui s’est retrouvé dans la presse et sur les réseaux sociaux n’était en aucun cas le projet de loi qui sera présenté d’ici l’été, dont le contenu final n’est pas encore arrêté. Je considère que le projet de loi doit pouvoir être enrichi des propositions concrètes qui émergeront du grand débat national. C’est pourquoi j’ai invité tous les acteurs de l’économie circulaire à mobiliser leur réseau pour organiser des débats partout sur le territoire. C’est une formidable opportunité pour mobiliser plus largement les citoyens sur ce sujet qui touche à la fois le quotidien des Français, la réindustrialisation des territoires, la lutte contre les émissions de CO2 et le pouvoir d’achat. Le grand débat est un moment inédit dans la vie démocratique de notre pays et je suis convaincue que c’est une chance pour la transition écologique et solidaire. Votre pétition est utile et elle pousse les responsables politiques mais je vous invite aussi à mettre ce combat parmi les sujets du grand débat. Toutes vos contributions et toute votre énergie pour augmenter le nombre de signataires sont les bienvenues. Elles me permettront de porter avec encore plus de poids des mesures ambitieuses en matière de lutte contre le gaspillage. Merci encore pour votre engagement citoyen qui sert d’aiguillon aux politiques de transition écologique. Rendez-vous donc sur : https://granddebat.fr/pages/bienvenue-sur-lespace-de-contributions Bien sincèrement, Brune Poirson

6 months ago
Stop à la destruction massive des invendus par Amazon

Mesdames, messieurs, Chers soutiens de l’économie circulaire, Tout d’abord, sachez que je vous suis reconnaissante d’avoir lancé cette pétition et me réjouis de son succès. Cet engouement témoigne de la prise de conscience grandissante parmi les citoyens de l’enjeu des ressources et de l’aberration économique et environnementale d’un système linéaire qui consiste à extraire, produire, jeter. Il me conforte dans mon combat quotidien en tant que secrétaire d’Etat au ministère de la Transition écologique et solidaire pour changer d’échelle dans la lutte contre le gaspillage, dans l’accroissement de la durée de vie des produits, et plus globalement dans la transformation de notre modèle économique. Lors de l’émission Capital du 13 janvier dernier, je me suis indignée publiquement devant certaines pratiques intolérables de destruction de produits neufs invendus par des entreprises du commerce en ligne. Je réitère mon indignation et mon souhait de mettre fin à de telles pratiques. Que ce soit pour le textile ou pour les équipements électriques et électroniques, des filières de réemploi et de recyclage existent. Dans ces conditions il est choquant que certains distributeurs en ligne choisissent d’éliminer purement et simplement leurs invendus plutôt que d’en faire don, ou de les recycler. J’appelle votre attention sur le fait que le document qui s’est retrouvé dans la presse et sur les réseaux sociaux n’était en aucun cas le projet de loi qui sera présenté d’ici l’été, dont le contenu final n’est pas encore arrêté. Je considère que le projet de loi doit pouvoir être enrichi des propositions concrètes qui émergeront du grand débat national. C’est pourquoi j’ai invité tous les acteurs de l’économie circulaire à mobiliser leur réseau pour organiser des débats partout sur le territoire. C’est une formidable opportunité pour mobiliser plus largement les citoyens sur ce sujet qui touche à la fois le quotidien des Français, la réindustrialisation des territoires, la lutte contre les émissions de CO2 et le pouvoir d’achat. Le grand débat est un moment inédit dans la vie démocratique de notre pays et je suis convaincue que c’est une chance pour la transition écologique et solidaire. Votre pétition est utile et elle pousse les responsables politiques mais je vous invite aussi à mettre ce combat parmi les sujets du grand débat. Toutes vos contributions et toute votre énergie pour augmenter le nombre de signataires sont les bienvenues. Elles me permettront de porter avec encore plus de poids des mesures ambitieuses en matière de lutte contre le gaspillage. Merci encore pour votre engagement citoyen qui sert d’aiguillon aux politiques de transition écologique. Rendez-vous donc sur : https://granddebat.fr/pages/bienvenue-sur-lespace-de-contributions Bien sincèrement, Brune Poirson

6 months ago
Stop à la destruction massive des invendus par Amazon

Mesdames, messieurs, Chers soutiens de l’économie circulaire, Tout d’abord, sachez que je vous suis reconnaissante d’avoir lancé cette pétition et me réjouis de son succès. Cet engouement témoigne de la prise de conscience grandissante parmi les citoyens de l’enjeu des ressources et de l’aberration économique et environnementale d’un système linéaire qui consiste à extraire, produire, jeter. Il me conforte dans mon combat quotidien en tant que secrétaire d’Etat au ministère de la Transition écologique et solidaire pour changer d’échelle dans la lutte contre le gaspillage, dans l’accroissement de la durée de vie des produits, et plus globalement dans la transformation de notre modèle économique. Lors de l’émission Capital du 13 janvier dernier, je me suis indignée publiquement devant certaines pratiques intolérables de destruction de produits neufs invendus par des entreprises du commerce en ligne. Je réitère mon indignation et mon souhait de mettre fin à de telles pratiques. Que ce soit pour le textile ou pour les équipements électriques et électroniques, des filières de réemploi et de recyclage existent. Dans ces conditions il est choquant que certains distributeurs en ligne choisissent d’éliminer purement et simplement leurs invendus plutôt que d’en faire don, ou de les recycler. J’appelle votre attention sur le fait que le document qui s’est retrouvé dans la presse et sur les réseaux sociaux n’était en aucun cas le projet de loi qui sera présenté d’ici l’été, dont le contenu final n’est pas encore arrêté. Je considère que le projet de loi doit pouvoir être enrichi des propositions concrètes qui émergeront du grand débat national. C’est pourquoi j’ai invité tous les acteurs de l’économie circulaire à mobiliser leur réseau pour organiser des débats partout sur le territoire. C’est une formidable opportunité pour mobiliser plus largement les citoyens sur ce sujet qui touche à la fois le quotidien des Français, la réindustrialisation des territoires, la lutte contre les émissions de CO2 et le pouvoir d’achat. Le grand débat est un moment inédit dans la vie démocratique de notre pays et je suis convaincue que c’est une chance pour la transition écologique et solidaire. Votre pétition est utile et elle pousse les responsables politiques mais je vous invite aussi à mettre ce combat parmi les sujets du grand débat. Toutes vos contributions et toute votre énergie pour augmenter le nombre de signataires sont les bienvenues. Elles me permettront de porter avec encore plus de poids des mesures ambitieuses en matière de lutte contre le gaspillage. Merci encore pour votre engagement citoyen qui sert d’aiguillon aux politiques de transition écologique. Rendez-vous donc sur : https://granddebat.fr/pages/bienvenue-sur-lespace-de-contributions Bien sincèrement, Brune Poirson

6 months ago