Petition Closed
Petitioning Député européen Damien Abad and 39 others
This petition will be delivered to:
Député européen
Damien Abad
Députée européenne
Sophie Auconie
Député européen
Jean-Pierre Audy
Député européen
Philippe Bouland
Député européen
Alain Cadec
Député européen
Jean-Marie Cavada
Député européen
Michel Dantin
Députée européenne
Rachida Dati
Député européen
Joseph Daul
Députée européenne
Christine De Veyrac
Député européen
Gaston Franco
Députée européenne
Marielle Gallo
Député européen
Jean-Paul Gauzès
Députée européenne
Françoise Grossetête
Député européen
Philippe Juvin
Député européen
Alain Lamassoure
Députée européenne
Agnès Lebrun
Députée européenne
Constance Le Grip
Députée européenne
Véronique Mathieu
Députée européenne
Elisabeth Morin-Chartier
Député européen
Jean-Luc Bennahmias
Députée européenne
Sylvie Goulard
Députée européenne
Nathalie Giresbeck
Député européen
Robert Rochefort
Députée européenne
Corine Lepage
Député européen
Maurice Ponga
Député européen
Franck Proust
Député européen
Dominique Riquet
Député européen
Jean Roatta
Députée européenne
Tokia Saifi
Députée européenne
Marie-Thérèse Sanchez-Schmid
Députée européenne
Michèle Striffler
Députée européenne
Dominique Vlasto
Député européen
Harlem Désir
Députée européenne
Estelle Grelier
Député européen
Liem Hoang Ngoc
Député européen
Gilles Pargneaux
Député européen
Arnaud Danjean
Députée européenne
Pervenche Berès
Députée européenne
Marielle de Sarnez

Votez contre l'ACAA entre l'Union européenne et Israël

Le rejet de cet accord est une question de crédibilité, justice et responsabilité.
Lorsque le traité de Lisbonne est entré en vigueur, il a introduit l'obligation de cohérence entre l'action extérieure de l'Union européenne et sa politique commerciale.

La position de l'Union européenne sur la question israélo-palestinienne est claire: les colonies sont illégales et constituent un obstacle à la création d'un futur Etat palestinien; le blocus de Gaza est illégal et doit être levé. Or, force est de constater que la colonisation progresse et que le blocus est toujours en place. Les rapports des chefs de mission de l'UE dans les territoires occupés décrivent en détail les violations répétées des droits de l'Homme commises par Israël en Cisjordanie et en Israël, contre le peuple palestinien. Il serait incompréhensible que les députés qui nous représentent au Parlement européen ferment les yeux sur ces violations, et fassent passer les intérêts commerciaux de l’Union européenne avant ses propres engagements en matière de droits de l’Homme et de politique étrangère.

La cohérence, telle qu'entérinée par l'UE dans le traité de Lisbonne, implique un rejet de cet accord commercial avec Israël et ce, tant qu’Israël ne respectera pas les obligations qui lui incombent en droit international. Les faits sur le terrain montrent que la « politique d’engagement » avec Israël menée jusqu’à présent par l’Union européenne s’est soldée par un échec. D’autres outils doivent être utilisés pour rétablir la justice. Cet accord en fait partie.

Le rejet de cet accord est donc bien une question de crédibilité, justice et responsabilité.

Nous demandons par conséquent aux membres du Parlement européen de s'y opposer.


Letter to
Député européen Damien Abad
Députée européenne Sophie Auconie
Député européen Jean-Pierre Audy
and 37 others
Député européen Philippe Bouland
Député européen Alain Cadec
Député européen Jean-Marie Cavada
Député européen Michel Dantin
Députée européenne Rachida Dati
Député européen Joseph Daul
Députée européenne Christine De Veyrac
Député européen Gaston Franco
Députée européenne Marielle Gallo
Député européen Jean-Paul Gauzès
Députée européenne Françoise Grossetête
Député européen Philippe Juvin
Député européen Alain Lamassoure
Députée européenne Agnès Lebrun
Députée européenne Constance Le Grip
Députée européenne Véronique Mathieu
Députée européenne Elisabeth Morin-Chartier
Député européen Jean-Luc Bennahmias
Députée européenne Sylvie Goulard
Députée européenne Nathalie Giresbeck
Député européen Robert Rochefort
Députée européenne Corine Lepage
Député européen Maurice Ponga
Député européen Franck Proust
Député européen Dominique Riquet
Député européen Jean Roatta
Députée européenne Tokia Saifi
Députée européenne Marie-Thérèse Sanchez-Schmid
Députée européenne Michèle Striffler
Députée européenne Dominique Vlasto
Député européen Harlem Désir
Députée européenne Estelle Grelier
Député européen Liem Hoang Ngoc
Député européen Gilles Pargneaux
Député européen Arnaud Danjean
Députée européenne Pervenche Berès
Députée européenne Marielle de Sarnez
Vous serez bientôt amené à vous positionner sur le protocole additionnel à l'accord sur l'évaluation de la conformité et de l'acceptation des produits industriels ACAA entre l'Union européenne et Israël.

Le rejet de cet accord est une question de crédibilité, justice et responsabilité.

Lorsque le traité de Lisbonne est entré en vigueur, il a introduit l'obligation de cohérence entre l'action extérieure de l'Union européenne et sa politique commerciale.

La position de l'Union européenne sur la question israélo-palestinienne est claire: les colonies sont illégales et constituent un obstacle à la création d'un futur Etat palestinien; le blocus de Gaza est illégal et doit être levé. Or, force est de constater que la colonisation progresse et que le blocus est toujours en place. Les rapports des chefs de mission de l'UE dans les territoires occupés décrivent en détail les violations répétées des droits de l'Homme commises par Israël en Cisjordanie et en Israël, contre le peuple palestinien. Il serait incompréhensible que les députés qui nous représentent au Parlement européen ferment les yeux sur ces violations, et fassent passer les intérêts commerciaux de l’Union européenne avant ses propres engagements en matière de droits de l’Homme et de politique étrangère.

La cohérence, telle qu'entérinée par l'UE dans le traité de Lisbonne, implique un rejet de cet accord commercial avec Israël et ce, tant qu’Israël ne respectera pas les obligations qui lui incombent en droit international. Les faits sur le terrain montrent que la « politique d’engagement » avec Israël menée jusqu’à présent par l’Union européenne s’est soldée par un échec. D’autres outils doivent être utilisés pour rétablir la justice. J’estime que cet accord en fait partie.

Le rejet de cet accord est donc bien une question de crédibilité, justice et responsabilité.

Je vous demande donc de vous y opposer.