Pétition fermée

Violences sexistes dans les médias : Utilisez les mots justes.

Cette pétition avait 25 027 signataires


En France, les médias condamnent unanimement les violences sexistes (violence conjugale, viol, harcèlement, etc). Pourtant la façon dont ils traitent les violences faites aux femmes contribue souvent à atténuer voire à effacer complètement le caractère violent et criminel des préjudices commis. En 2016, il est temps que les médias montrent l’exemple et se montrent responsables dans la façon de traiter ces violences.

  • POURQUOI CETTE PÉTITION?

Chaque jour des milliers de personnes sont exposées aux informations diffusées par les médias de masse, ce qui comprend des hommes, des femmes, et des personnes qui ont été, ou seront victimes de violences sexuelles, des personnes qui en sont témoin dans leur entourage, et de futurs agresseurs.

La façon dont la violence est traitée dans les médias nous donne des indices sur ce qui est considéré comme une violence dans notre société, comment comprendre et interpréter ces violences, comment se comporter vis-à-vis de ces phénomènes et quelle attitude adopter quand nous en sommes victimes, témoins ou responsable.

Ce que nous dénonçons, c’est la façon dont les médias parlent des violences sexistes, qui contribue à normaliser les violence sexuelles subies et dénoncées par les victimes.

Ce problème, présent de manière globale et récurrente dans la presse, a déjà été dénoncé par l'Observatoire de la Déontologie de l'Information (1). Régulièrement, les expressions comme "crime passionnel" sont utilisées pour désigner des meurtres, ou encore le mot "drague" pour parler de harcèlement. Tout ceci contribue à banaliser les violences sexistes et sexuelles, et les présenter comme des actes non répréhensibles pénalement.

  • POUR LES VICTIMES : C'EST LA "TRIPLE PEINE"

On parle déjà de "double peine" lorsque l'on qualifie la façon dont les victimes de violences conjugales ou de viol sont traitées par leur entourage proche, ou par les personnes responsables de recevoir les victimes dans le système pénal, policier, médical, judiciaire, etc. 

Les médias leur infligent une troisième blessure en persistant à minimiser, banaliser, normaliser, voire à rire (!) des violences qu'elle ont subi ou subissent encore.

  • CE QUE NOUS DEMANDONS

En Espagne, une charte des bonnes pratique sur la façon de traiter les violences faites aux femmes a été mise en place dès 2001. Bientôt 2016, l est temps de faire changer les choses. Demandons à ce qu’une charte spécifique aux violences sexistes et sexuelles soit mise en place par le Syndicat National des Journalistes en France.

Une liste de pistes de réflexions et de propositions a déjà été rédigée afin d'accélérer le dialogue avec les journalistes et les éditorialistes.

Je lance donc un appel aux journalistes et aux médias, afin qu’ils s’engagent à adopter une charte de bonnes pratiques journalistiques sur le traitement des violences sexistes.

  • SIGNEZ ET PARTAGEZ LA PÉTITION

... Pour aller plus loin, le site dédié à la pétition

 

 

 (1) http://www.odi.media/les-rapports-de-l-odi/



Faune compte sur vous aujourd'hui

Faune B. a besoin de votre aide pour sa pétition “Violences sexistes dans les médias : Les Mots Justes”. Rejoignez Faune et 25 026 signataires.