Protéger le verger situé au 15 rue E. Vaillant à Troyes, conformément au projet d'AVAP

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !


Le projet de construction d'un bâtiment d'une cinquantaine de logements menace le verger situé au 15 rue Edouard Vaillant à Troyes. Véritable poumon vert situé à proximité immédiate de l'école Paul Bert et d'habitations à la tranquillité préservée, ce verger constitue un îlot vert essentiel dans le quartier, auquel les habitants sont attachés.

Une partie de la parcelle est pourtant identifiée comme "jardin et coeur d'îlot" et donc non constructible dans le projet d'AVAP (Aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine) porté par la Ville de Troyes. L'AVAP, servitude du PLU, devait entrer en vigueur début 2020 et avait fait l'objet en 2019 de réunions de consultation auprès des habitants. Les habitants sont favorables au projet puisqu'il permet de valoriser le patrimoine bâti et non bâti du quartier.

Aujourd'hui, c'est une véritable course contre la montre pour sauvegarder cet espace de respiration au coeur du quartier. La demande de permis de construire va être déposée prochainement et relève donc du PLU actuel. L'AVAP entrera en vigueur ensuite... mais trop tard.

Nous demandons à la Ville de Troyes de respecter les engagements qu'elle a pris dans son projet d'AVAP et auprès des habitants lors des réunions de consultation de 2019. 

 

// Voici ce que dit le projet de règlement de l'AVAP de la Ville de Troyes (en page 63) concernant les jardins et coeurs d'îlot (identifiés en vert sur le plan) :

" Les jardins et cœurs d’îlots repérés sur le plan « zonage et classification du bâti » de l’AVAP sont inconstructibles, à l'exception :
- d’accès à des constructions lorsque aucune autre solution technique n’est possible ;
- des piscines découvertes ;
- d’abris de jardin d’une surface maximum de 6m2, de préférence réalisé sous forme d'appentis prenant appui contre un mur de clôture ;
- d’aménagement de stationnements pour véhicules légers dans la limite de 10% de la surface du jardin protégé ;
- d’aires de jeux ou de sport en herbe ;
- d’extension de constructions existantes dans la mesure où elles n’entraiment pas la construction de plus de 20 mètres carrés de l’espace protégé.

Dans tous les cas, les aménagements ci-dessus ne seront acceptés que s’ils ne dénaturent pas la composition originelle de l’espace protégé. " //

https://www.ville-troyes.fr/concertation-sur-la-future-aire-de-mise-en-valeur-de-larchitecture-et-du-patrimoine-avap/