Confirmed victory
Petitioning La ville de Lyon

Ville de Lyon: Stoppez la décision d'euthanasier les deux éléphants, Baby et Nepal

Mise à jour du 10 mai:  le rapporteur public vient de juger la mesure d'abattage de Baby et Nepal disproportionnée et le tribunal rendra son délibéré sous quinzaine quant à la demande d'annulation de l'arrêté du préfet du Rhône de décembre 2012 demandant l'euthanasie des deux éléphantes présumées tuberculeuses. Continuons la mobilisation. Merci de signer la pétition pour sauver Baby et Nepal.

----

Comme la plupart des lyonnais, nous avons appris par voie de presse que les deux éléphants, figures animales emblématiques de la ville, Baby et Nepal, vont être exécutés le 20 décembre. Leur faute : porteur de la tuberculose.
Cette décision nous interpelle.

Le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, a bloqué dans la nuit de dimanche 16 à lundi 17 décembre l'arrêté qui prévoyait l'euthanasie des deux animaux le matin même.

Un nouveau délai a donc été accordé aux animaux jusqu'à mercredi midi. Mais si aucun recours n’est déposé auprès du tribunal administratif, le préfet signera un nouvel arrêté mercredi à 12 heures et l'ordre d'euthanasier les deux bêtes.

Pourquoi, alors que la situation est connue depuis de nombreux mois, cette décision est-elle prise en urgence? Le danger vis à vis des Lyonnais est-il avéré ? Les animaux souffrent-ils ? Qui sont les véritables responsables de ces animaux ? La ville de Lyon ? Le cirque Pinder propriétaire des animaux? Qui est en mesure d'agir pour éviter cette solution irrémédiable ? Quelles évolutions la justifient ?

En effet, entre les déclarations de la ville de Lyon et le crique Pinder, chacun semble se renvoyer la responsabilité sans toutefois avancer de manière efficace dans l'intérêt de ces animaux.

Les Lyonnais sont en droit d'avoir des réponses claires. Nous sommes en droit de nous demander pourquoi les associations de protection animale n'ont pas été consultées ou à tout le moins informées au préalable.

Cet obscurantisme ne peut conduire qu'à la polémique et au questionnement.

Avant de mettre en œuvre cette décision irrémédiable, nous demandons à la ville de Lyon de faire en sorte que toute autre solution soit envisagée sereinement et dans la plus grande transparence.

Signez la pétition et partagez-la autour de vous.

Letter to
La ville de Lyon
Comme la plupart des lyonnais, nous avons appris par voie de presse que les deux éléphants, figures animales emblématiques de la ville, Baby et Nepal, vont être exécutés le 20 décembre. Leur faute : porteur de la tuberculose.
Cette décision nous interpelle.

Le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, a bloqué dans la nuit de dimanche 16 à lundi 17 décembre l'arrêté qui prévoyait l'euthanasie des deux animaux le matin même.

Un nouveau délai a donc été accordé aux animaux jusqu'à mercredi midi. Mais si aucun recours n’est déposé auprès du tribunal administratif, le préfet signera un nouvel arrêté mercredi à 12 heures et l'ordre d'euthanasier les deux bêtes.

Pourquoi, alors que la situation est connue depuis de nombreux mois, cette décision est-elle prise en urgence? Le danger vis à vis des Lyonnais est-il avéré ? Les animaux souffrent-ils ? Qui sont les véritables responsables de ces animaux ? La ville de Lyon ? Le cirque Pinder propriétaire des animaux? Qui est en mesure d'agir pour éviter cette solution irrémédiable ? Quelles évolutions la justifient ?

En effet, entre les déclarations de la ville de Lyon et le crique Pinder, chacun semble se renvoyer la responsabilité sans toutefois avancer de manière efficace dans l'intérêt de ces animaux.

Les Lyonnais sont en droit d'avoir des réponses claires. Nous sommes en droit de nous demander pourquoi les associations de protection animale n'ont pas été consultées ou à tout le moins informées au préalable.

Cet obscurantisme ne peut conduire qu'à la polémique et au questionnement.

Avant de mettre en œuvre cette décision irrémédiable, nous demandons à la ville de Lyon de faire en sorte que toute autre solution soit envisagée sereinement et dans la plus grande transparence.