Petition Closed

Le mardi 25 juin 2013 vers 20h00, dans le quartier des Marnaudes à Villemomble, en Seine-Saint-Denis, Makan et Mohamed Kébé subirent une interpellation violente et injustifiée de la part des forces de police.

Alors que les policiers tentaient de mettre fin à la conduite acrobatique et dangereuse de pilotes de deux roues, ils en auraient été empêchés par plusieurs personnes qui se seraient violemment interposées. Makan et Mohamed n’avaient rien à voir avec ces événements. On peut se demander quelles étaient les motivations de ces policiers et sur quels critères ils décidèrent d’interpeller Makan, jeune responsable associatif, actif dans le quartier des Marnaudes. Aujourd’hui, les deux frères Kébé risquent d’être inculpés d’outrage, de violence et de rébellion, mais les vidéos que les habitants ont diffusées prouvent leur innocence.

Lors de cette interpellation, les policiers ont fait usage de gaz lacrymogène, de flash-balls et de grenades « dispersantes » à fragmentation, sans discernement, causant entre autres, la perte de l'œil gauche de Madame Kébé.
Cette mère de famille était descendue de chez elle paniquée, en voyant par sa fenêtre des policiers tirer au flash-ball sur son fils Mohamed.

Une vidéo affligeante est disponible ici

La grenade « dispersante » à fragmentation est une arme qui projette des billes de caoutchouc et des éclats métalliques en explosant. Utilisée dans des circonstances particulières d’autodéfense rapprochée : encerclement, charge, agression en groupe… elle ne se jette pas en l’air mais elle doit rouler au sol.
Le flash-ball est une arme qui tire des balles en caoutchouc, les consignes d'utilisation policière interdisent de viser la tête. Mohamed Kébé a reçu une balle en plein visage à moins de 7 mètres.
Les policiers connaissaient ces directives mais ils ne les ont pas respectées et Fatouma Kébé a perdu son œil gauche. Ces atteintes se généralisent dans notre pays depuis plusieurs années.

Une enquête judiciaire est en cours et l'IGS a été saisie. Nous voulons des réponses, que la justice soit à la hauteur, car ces policiers là ne sont pas dignes de porter le nom de « gardien de la paix ».

La liberté, l'égalité et la fraternité ne s'arrêtent pas aux contours de nos quartiers populaires, les rafles, la « punition collective », les traitements spécifiques sécuritaires, les arrestations arbitraires et le non-respect des droits n’ont pas leur place dans une démocratie digne de ce nom. La justice doit le démontrer et elle a les moyens de le faire dans cette instruction. Nous resterons vigilants et mobilisés.

Face à la répression sécuritaire et au déferlement de violences policières qui restent impunies, nous avons besoin d’unir nos forces. Nous devons les dénoncer et nous y opposer par l’organisation collective.

NOS EXIGENCES:

- La condamnation des policiers concernés, pour blessure volontaire ayant entrainé une infirmité permanente envers Madame Kébé et des condamnations pour arrestation arbitraire avec violences envers ses fils,

- La reconnaissance du statut de victime pour Madame Fatouma Kébé, 

- L’abandon des charges contre Makan et Mohamed Kébé, 

- L’interdiction d’utiliser la grenade « dispersante » à fragmentation, arme extrêmement dangereuse.

Nous avons besoin du soutien de tous, rejoignez le combat pour la vérité et la justice en signant cette pétition. 

Les mouvements, associations ou organisations qui veulent s’associer à ce texte peuvent nous rejoindre sur Facebook de même que ceux qui veulent faire un don pour nous aider car la procédure judiciaire risque d’être longue et onéreuse. Merci pour votre participation, elle est indispensable

http://www.veriteetjusticepourkebe.wordpress.com/

http://www.facebook.com/SoutienALaFamilleKebe 

Nous comptons sur votre soutien et sur votre vigilance citoyenne.

Le Comité de soutien à la famille Kébé.

Letter to
Ministre de l'Intérieur Manuel Valls
Mairie de Villemonble
Directeur adjoint du cabinet de Manuel Valls Thomas Andrieu
and 6 others
Directeur général de la police nationale Claude BALAND
Directeur de l'Inspection générale de la police nationale Dominique Boyajean
Inspecteur général de la police nationale Philippe CARON
Directeur du Cabinet de Manuel Valls Thierry LATASTE
Directeur adjoint du cabinet de Manuel Valls Renaud VEDEL
Conseiller police de Manuel Valls Jean-Paul PECQUET
Le mardi 25 juin 2013 vers 20h00, dans le quartier des Marnaudes à Villemomble, en Seine-Saint-Denis, Makan et Mohamed Kébé subirent une interpellation violente et injustifiée de la part des forces de police.
Aujourd’hui, les deux frères Kébé, risquent d’être inculpés d’outrage, de violence et de rébellion, mais les vidéos que les habitants ont diffusées prouvent leur innocence.
Lors de cette interpellation, les policiers ont fait usage de gaz lacrymogène, de flash-balls et de grenade « dispersante » à fragmentation, sans discernement, causant entre autres, la perte de l'œil gauche de Madame Kébé.
Une enquête judiciaire est en cours et l'IGS a été saisie. Nous voulons des réponses, que la justice soit à la hauteur, car ces policiers là, ne sont pas dignes de porter le nom de « gardien de la paix ».
La liberté, l'égalité et la fraternité ne s'arrêtent pas aux contours de nos quartiers populaires, les rafles, la « punition collective », les traitements spécifiques sécuritaires, les arrestations arbitraires et le non-respect des droits, n’ont pas leur place dans une démocratie digne de ce nom. La justice doit le démontrer et elle a les moyens de le faire dans cette instruction.

NOS EXIGENCES:

- La condamnation des policiers concernés, pour blessure volontaire ayant entrainé une infirmité permanente envers la mère et des condamnations pour arrestation arbitraire avec violences envers les fils,

- La reconnaissance du statut de victime pour Madame Fatouma Kébé,

- L’abandon des charges contre Makan et Mohamed Kébé,

- L’interdiction d’utiliser la grenade « dispersante » à fragmentation, arme extrêmement dangereuse.