Centres Animaliers Municipaux au Québec! Services publiques, éthiques, et transparents.

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Depuis trop longtemps au Québec, la prise en charge des animaux de compagnie est faite par une multitude d'organismes ; fourrières privées, SPA-SPCA (qui sont des fourrières OSBL), refuges, contrôleurs animaliers privés, etc., qui généralement, NE travaillent PAS ensemble pour aider les animaux qu'ils recueillent à retrouver leur famille ou une nouvelle famille, et surtout, dans la majorité des cas, ne font PAS preuve d'ÉTHIQUE ni de TRANSPARENCE, dans la prise en charge des animaux qui leur sont confiés.

La plupart de ces organismes stérilisent depuis peu, les animaux qui leur sont confiés, et même certains, ne le font PAS encore AVANT l'adoption, ne participant pas efficacement à la lutte contre la surpopulation animale au Québec, particulièrement en ce qui concerne les chats.

La majorité de ces organismes n'a PAS de programme de CSRM (capture-stérilisation-retour-maintien) pour les chats ERRANTS qui sont toujours très nombreux partout au Québec à cause d'un manque de sensibilisation du public envers la stérilisation féline.

Et finalement, près de la moitié de tous les organismes, y compris les SPA-SPCA, utilisent encore une chambre à gaz ou cabinet d'euthanasie, plutôt qu'uniquement l'injection létale, pour euthanasier certains animaux en leur possession, et ce, souvent pour des raisons de manque d'espace, plutôt que pour des raisons humanitaires, sans même faire l'effort de transférer ces pauvres bêtes ailleurs.

Le manque d'ÉTHIQUE et de TRANSPARENCE est très flagrant chez la majorité. Même la nouvelle Loi sur le Bien-être et la sécurité de l'animal (Chapitre B-3.1), ne les oblige PAS à prendre des mesures concrètes et humanitaires, pour lutter contre la SURPOPULATION animale et ses conséquences tragiques (maltraitance, négligence, abandons, etc.). Tout est laissé à leur entière DISCRÉTION.

Par conséquent, il est plus que temps que les MUNICIPALITÉS du Québec prennent le relais, mais surtout le CONTRÔLE de la prise en charge des animaux de compagnie sur leur territoire, en créant leur propre CENTRE ANIMALIER MUNICIPAL, sans sous-traitance et redevable, qui soit entièrement PUBLIQUE, ÉTHIQUE, et TRANSPARENT, ce qui fait défaut actuellement avec les organismes privés ou OSBL.

Et ainsi, ces derniers seront obligés de rendre des comptes, et surtout, seront soumis aux consultations publiques, lors des conseils de ville. Dans le cas des petites municipalités incapables de s'offrir ce genre de service, elles relèveront de la grande Ville la plus proche, de sorte que toutes les municipalités au Québec, puissent avoir accès à un service PUBLIQUE, PAS privé ni OSBL, ÉTHIQUE, et TRANSPARENT.

Car après tout, ce sont les taxes des citoyens qui paient déjà pour les services actuels, et les organismes agissent tous comme s'ils n'avaient aucun compte à rendre à personne, ce qui est inacceptable. Il est temps que ça change au Québec!

Et ce, dans le meilleur intérêt de nos animaux de compagnie, dont nous sommes TOUS collectivement responsables.



Julie compte sur vous aujourd'hui

Julie ST-HILAIRE a besoin de votre aide pour sa pétition “Union des Municipalités du Québec ; Centres Animaliers Municipaux au Québec! Services publiques, éthiques, et transparents.”. Rejoignez Julie et 621 signataires.