Petition update

50 000 signataires ! Et si ce n'était pas un rêve ...

Alain FROBERT
France

Apr 17, 2017 — 50 000 Signatures …
Vous êtes plus de 50 000 à avoir échangé sur ce projet de Réseau National de Centres de Santé, à travers vos cinq milles commentaires vous avez exprimé votre désarroi, vos craintes sur un système de santé à la dérive mais vous avez aussi écrit beaucoup d’espoirs.
A quelques jours du choix des deux derniers candidats à la présidence de la République nous voyons ailleurs que les propos se crispent, les invectives fusent.
Ici dans ce texte aux mille mains que vous avez écrit ce n’est pas le cas et je vous en remercie car c’est exactement mon état d’esprit.
Il y avait sur les murs de mai 1968 de merveilleux slogans de tolérance comme « L’imagination au pouvoir ! », c’est ainsi que nous irons vers le meilleur et pas dans l’invective de l’autre.
Le projet d’un Réseau National de Centres de Santé ne fonctionnera que s’il est attrayant, s’il représente la vitrine nationale d’une nouvelle médecine. Il sera fédérateur s’il sait agréger même des médecins de sensibilité politique différente et il le fera par la qualité de son contenu.
Alors quand j’entends aujourd’hui traiter les spécialistes de « tiroirs caisse » ou caricaturer les médecins libéraux comme uniquement préoccupés du tarif de leurs actes, je suis choqué.
Ces phrases sont proches du « tous pourris » ce qui est totalement faux, insultant pour tous les médecins et cela n’a qu’un effet celui de déclencher un réflexe corporatiste qui empêche toute évolution.
En 2017, en 2018 et après la médecine ambulatoire restera essentiellement libérale, il n’est qu’un projet raisonnable celui d’une part de la réguler au mieux pour qu’elle soit le moins possible inégalitaire et le plus possible de qualité et d’autre part de construire un système de service public de santé attrayant pour les usagers et les professionnels.
Une concurrence saine aura lieu, chaque exercice aura ses aides publiques contrôlées, la médecine libérale sera toujours conventionnée et le service public de santé sera financé par la solidarité nationale.
Les assurances et les mutuelles tant qu’elles seront maintenues devront participer aux deux systèmes.
Réguler la médecine libérale ?
Il existe déjà des moyens à travers le conventionnement national pour demander à la médecine libérale de partager des objectifs de santé publique. Mais ceux qui ont été en charge de négocier ces conventionnements ont peu à peu dérivé eux-mêmes vers une conception comptable à court terme en oubliant les objectifs de santé publique.
Le conventionnement pourrait apporter d’autres objectifs de santé publique comme par exemple des dépistages rémunérés de situation à risque dans bien des domaines qui seraient une condition annuelle du maintien du conventionnement, l’exigence de la permanence de soins, la limitation conventionnelle du nombre d’actes journaliers …
Le Réseau National dont nous rêvons sera la vitrine d’une médecine nouvelle.
Ce Réseau Nouveau créera des centaines de centres de santé et proposera de fédérer les centres de santé municipaux, les centres mutualistes existant et les maisons de santé pluridisciplinaires pour construire ensemble des pratiques nouvelles répondant aux défis de santé publique.
Nous sommes en France 13,5 millions d’hypertendus et 3,5 millions de personnes souffrant du diabète, cela appelle à mettre en place des pratiques de dépistage , de suivi, d’éducation sanitaire différentes impliquant des équipes pluri-professionnelles salariées qui ne soient pas bloquées par le mode de financement à l’acte.
Chaque année il y a 400 000 nouveaux cas de cancer, 150 000 nouveaux cas de maladies apparentées à la maladie d’Alzheimer, cela exige une nouvelle médecine d’équipe, avec de nouvelles disponibilités, avec des temps de formation spécifique, et cela est incompatible avec le paiement à l’acte.
Nous avons à répondre à de nouvelles épidémies, l’épidémie de surpoids et de l’obésité de l’enfant et de l’adulte, l’épidémie des troubles du sommeil, l’épidémie de consommation de benzodiazépines et l’épidémie du burn-out, l’épidémie des addictions , cela aussi exige une nouvelle conception de la médecine ambulatoire, un travail d’équipe au quotidien qui demande du temps, une réflexion sur les modes de prise en charge, une mise en commun des expériences, toutes choses incompatibles avec le paiement à l’acte.
Enfin il y a une autre épidémie qui n’est pas abordée, celle du vieillissement de la population et là encore les trois aspects de la médecine en centre de santé sont indispensables, le dépistage des déficiences, des facteurs de risque, la prévention individuelle et collective , la pratique pluridisciplinaire car le vieillissement interpelle tous les aspects de la vie quotidienne.
Le Réseau National de Centres de Santé ne résoudra pas la crise actuelle du système de santé par magie mais il répondra dans sa première mission aux déserts médicaux.
Il aura ensuite la mission d’innover et de fédérer toutes les pratiques d’équipes pluridisciplinaires autour de projets concrets de prise en charges nouvelles d’objectifs de santé publique.
Pour créer rapidement des centres de santé sur tout le territoire on ne peut attendre les effets de la suppression totale ou partielle du numerus clausus qui ne se produiront pas avant dix ou quinze ans, il faut donc agir immédiatement pour permettre l’accès au plus grand nombre à des soins de qualité.
Il faudra séduire les jeunes médecins par l’aspect innovant de ces centres et par les conditions de travail et de rémunération… et aussi proposer aux médecins en fin de carrière ou même jeunes retraités un engagement salarié à temps partiel qui sera pour eux aussi un projet aux multiples avantages.
Ce Réseau National se créera en même temps que l’hôpital public se rénovera, s’ouvrira avec de meilleures conditions de travail, les deux réalisations se compléteront, se coordonneront pour assurer la permanence de l’accès aux soins , la prévention, l’éducation thérapeutique .

Est-ce Rêver de penser que tout cela est possible bientôt ?
Ou est-ce simplement redevenir responsable et réaliste ?
Cette semaine répétons-nous haut et fort et transmettons à tous nos proches, à nos amis , à ceux qui doutent, à ceux qui ne savent que répéter les vieilles solutions ou se contenter d’accommoder la réalité pesante que…. « L’utopie d’aujourd’hui est la réalité de demain. »
Alain Frobert.


Keep fighting for people power!

Politicians and rich CEOs shouldn't make all the decisions. Today we ask you to help keep Change.org free and independent. Our job as a public benefit company is to help petitions like this one fight back and get heard. If everyone who saw this chipped in monthly we'd secure Change.org's future today. Help us hold the powerful to account. Can you spare a minute to become a member today?

I'll power Change with $5 monthlyPayment method

Discussion

Please enter a comment.

We were unable to post your comment. Please try again.