Travailleur​.​s​​e​.​s fédéré​.​es pour le climat, exigeons des droits !

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Madame la ministre,

Nous, salarié.e.s fédéré.e.s sur le territoire français métropolitain et d’outre-mer, contribuons à l’avènement d’un société résiliente par la négociation collective.

Nous nous engageons dans chaque organisation pour une conversion de l’appareil productif qui concilie Impératif écologique et Justice sociale. Nous portons la conviction que l’impératif écologique doit être intégré de toute urgence au dialogue social et à notre conception collective du travail. 

A l'occasion de la fête du travail du 1er mai 2020, nous annonçons la création de notre mouvement et lançons un appel général pour que l'urgence climatique soit inscrite dans le Code du Travail.

Nous partons du constat que :

  • Le citoyen averti peut voter pour les représentants de son choix.
  • Le consommateur responsable peut opter pour des biens et produits de son choix.
  • Mais le salarié peut-il choisir? Peut-il dénoncer au travail des pratiques qui vont à l’encontre des objectifs climatiques et faire valoir en retour des alternatives respectueuses du vivant?

Non, il ne le peut pas. Parce que les salariés ne se sont pas encore unis pour réclamer ces droits.

Nous considérons que la crise écologique est une crise sociale et que les enjeux environnementaux doivent être intégrés de toute urgence au dialogue social.

Concrètement? Nous lançons :

- la mobilisation et la candidature de salarié-es aux élections professionnelles dans tous les secteurs économiques, privés et publics.

- un élargissement du champ d'application de l'action syndicale (Art 2221-1) pour adapter les formes et les moyens des négociations collectives aux enjeux du siècle,

- une intégration de nouveaux droits relatifs aux questions environnementales dans le code du travail, dont l'extension du droit de retrait et du droit d'alerte.

Pour atteindre cet objectif, nous lançons la constitution d'une fédération qui vise à rassembler sur le terrain, c'est à dire dans chaque entreprise, société civile, associations, think tanks, collectifs, mouvements activistes et bien sûr membres individuels, dans l'avènement du Printemps Ecologique.

Plus d'information sur www.printemps-ecologique.fr ou sur notre page officielle sur Facebook.