Transgenre une déviance selon un manuel de l'éducation nationale

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Un manuel de SES de classe de 1ère, aux éditions Belin, dernière version soit : 2019 ( n° d'édition : 03580464-02/septembre 2019 ), distribué par l'éducation nationale nous demande à la page 192 du manuel :

Dans un premier exercice d'analyser "Pourquoi la frontière entre délinquance et déviance est-elle problématique? Illustrez avec l'exemple de l'avortement de l'homosexualité." 

Puis dans un second exercice on demande de "classer différents situations selon qu'elles relèvent d'un acte de délinquance ou de déviance aujourd'hui en France :

  • a) frapper violemment son voisin
  • b) gifler sa fille devant son institutrice
  • c) être transsexuel(le)
  • d) voler un bœuf
  • e) casser un abris de bus
  • f) fumer dans les toilettes du train"

 

Nous sommes donc scandalisée de voir qu’en 2019, maintenant en 2020, on considère qu'être une personne transgenre (et non pas transsexuel.le) relève d'un acte de déviance! Il est d’autant plus scandaleux que ce message soit diffusé dans un manuel, car il influence même inconsciemment l’idée qu’être transgenre est « hors-norme », en d’autres termes « étrange ». Cette affirmation participe à l’exclusion des personnes transgenre, que ce soit par l’entourage ou par les personnes concernées directement qui ont de grandes chances de se sentir exclues en lisant ces mots. Hors, la campagne de lutte contre l’homophobie et la transphobie à l'école lancée en 2019 par le ministre de l’éducation nationale précise vouloir « s’engager en faveur d’un climat scolaire plus propice au bien-être et à la réussite de chacun » et affirme que « L’institution scolaire doit donc porter un regard lucide sur cette situation et lutter contre l’isolement des élèves| ». Certes, le gouvernement n’est pas affilié aux éditions Belin. Cependant, c’est tout de même au sein d’un établissement scolaire, affilié donc à l’éducation nationale, que nous découvrons ces propos. Le gouvernement ne doit donc pas ignorer cet incident.

Il ne faut pas amalgamer minorité et norme. Nous lançons donc cette pétition, avec le soutiens de nombreuses personnes LGBTQ+, de professeurs ou tout simplement de personnes sensées qui ne comprennent pas pourquoi nous en sommes encore à devoir se battre pour des droits fondamentaux.
Nous demandons à toute personne qui se sentirait ne serait-ce qu'un peu concerné.e par cela de signer cette pétition et de la partager au maximum afin que les manuels soient récupérés et modifiés.