TikTok : protégez les enfants de la pornographie et cyber-pédocriminalité !

0 a signé. Prochain objectif : 25 000 !


Tik Tok : Pornographie et cyber-pédocriminalité

Des mineur-es exposé-es à des contenus pornographiques, zoophiles, urophiles et scatophiles.

Le 27 décembre 2020, le youtubeur Le Roi des rats a sorti une vidéo dans laquelle il montre les dérives de TikTok, un réseau social très apprécié des enfants et adolescent-es. Connu pour ses vidéos de sensibilisation et de prévention des risques liés aux réseaux sociaux, visant à combattre la pédocriminalité sur internet, il avait déjà critiqué TikTok deux ans auparavant pour les problèmes que posait la plateforme en termes d’estime de soi, de manipulation, et de contenus sexualisés.   

Dans sa récente publication “Enquête sur TikTok : Arnaques, prédateurs, mais que fait TIkTok?”, il explique comment l'algorithme de TikTok favorise l’exposition et la représentation de contenus de plus en plus sexualisés :
Ces contenus peuvent être des danses sexy, des positions suggestives, des mises en scène de pratiques sexuelles avec des consignes à appliquer par des adolescentes, voire des enfants. Le youtubeur partage également des articles affirmant que certaines de ces vidéos finissent sur des sites pornographiques tels que Pornhub (entre autres), plateforme qui vient de supprimer près des trois quarts des 13 millions de vidéos qu’elle hébergeait, car il s’agissait de vidéos non vérifiées, dont certains contenus illégaux présentaient des viols filmés de femmes et d’enfants.
On voit aussi fleurir sur TikTok des comptes reprenant ces contenus destinés “uniquement aux garçons”, et même, des comptes pornographiques zoophiles, urophiles, et scatophiles.
Le Roi des rats révèle que parmi les abonné-es de ces comptes, on retrouve des enfants entre dix et treize ans, et des adolescent-es. Il démontre également que les paramètres prévus par le réseau social pour mettre en place un contrôle parental sont un échec et ne restreignent pas ou trop peu l’accès à ces contenus. Aussi, malgré les signalements, ces comptes ne sont toujours pas bannis.

D’un côté, TikTok diffuse des vidéos sexy d’adolescentes, parfois frôlant la pédopornographie, et d’un autre, expose ces jeunes à des contenus pornographiques violents. Et il apparaît que les actions possibles (signalements et contrôles parentaux) pour s’attaquer à ce problème échouent.

D’abord, ce constat doit amener à plus de vigilance, de la part des parents, mais surtout du gouvernement et de la plateforme elle-même.
Ensuite, ces dérives sur TikTok doivent être comprises comme les conséquences du système patriarcal, et non comme un problème isolé. En effet, TikTok n’est pas le seul réseau social concerné par ces contenus. Ces scandales ne sont que le reflet d’une société où les filles et femmes intériorisent la misogynie et s’y conforment, se pliant à un système de valeur pensé par le regard masculin, où l’accès facile et immédiat et souvent, l’exposition non-sollicitée au porno, et l’augmentation des gestes et situations violentes au sein de ces vidéos, permettent une banalisation de ces comportements et peuvent influencer les plus jeunes (les adultes également). D’après les études de la sociologue Gail Dines, le porno “mainstream” d’aujourd’hui est constitué de contenus qui, il y a vingt ans, étaient considérés comme du porno hardcore car extrème et violent. Quant au porno mainstream de l’époque, il a réussi à s’intégrer dans l’esthétisme de la pop culture actuelle. 

La sexualisation des enfants, mais aussi, d’une image enfantine des femmes, une culture jeuniste de la beauté et plus généralement, la culture de la pédophilie, sont directement liées au patriarcat et aux dangers de TikTok que nous dénonçons aujourd’hui. Il s’agit donc d’un problème global dépassant l’utilisation des réseaux sociaux.

Ces risques et dérives inacceptables sur l’application TikTok ne font que confirmer ce que nous, Les effronté-es, et beaucoup d’autres associations féministes, recommandons depuis de nombreuses années : il faut une éducation sexuelle dès le plus jeune âge, promouvant l’égalité des sexes et des genres, au delà des seules questions de contraceptions et MST abordées aujourd’hui, et une vraie politique de prévention et d’éducation à l’égalité.

Les réseaux sociaux pourraient être un outil d’émancipation pour les jeunes, car ils leur permettent de s’exprimer. S’il est parfaitement normal de vouloir s’exprimer sur le désir, sur sa sexualité, ou sur son corps, cela doit être fait dans un cadre sain, avec un accès à toutes les informations nécessaires d’un point de vue santé et égalité, et les enfants et adolescent-es doivent être protégé-es de la prédation sexuelle des adultes. 

Nous, Les effronté-es, interpellons TikTok France et exigeons des réponses de leur part. 
Nous réclamons, en adéquation avec les pistes de réflexions proposées par Le Roi des rats :

  • une révision de l'algorithme de TikTok, 
  • des paramètres de contrôle parental plus efficaces, avec notamment
  • la mise en place d’un historique des vidéos regardées auquel les parents auraient accès
  • des moyens substantiels déployés dans la modération
  • une modération intransigeante concernant les contenus à caractères pornographiques et/ou violents 
  • un vrai plan de prévention contre les pédocriminels.
     

Signez la pétition !

 

Retrouvez aussi notre pétition pour une éducation sexuelle et contre le sexisme à l’école : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-pour-que-l-école-éduque-filles-et-garçons-à-légalité