Stop aux abus de la multinationale ETSY ! L'artisanat français est en danger.

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Nous, les artisans créateurs et les fournisseurs en matériel créatif traversons depuis quelques mois une crise grave. A l'origine, la décision de la multinationale américaine ETSY de liquider brutalement 100 000 de nos boutiques en ligne sans préavis décent, ni réelle indemnité. La plupart d'entre nous accusent depuis une baisse de revenus de 80%. La multinationale ETSY fragilise aujourd'hui encore plus le secteur du fait main français en nous retirant la maigre compensation qu'elle nous avait accordée en dédommagement du lourd préjudice subi.


LA MULTINATIONALE ETSY ABUSE DE SA POSITION DOMINANTE : RUPTURE BRUTALE DE RELATION COMMERCIALE ÉTABLIE ET MODIFICATION UNILATÉRALE DE CONTRAT 

Le 3 juillet 2017, dans un mail envoyé aux 100 000 boutiques, ETSY, première plateforme mondiale de vente de créations faites main annonce brutalement la fermeture de ALittleMarket, le leader du marché français que la multinationale américaine avait racheté 3 ans plus tôt, au 31 août 2017. On nous indique à cette occasion que "la fermeture des sites alittlemercerie.com et alittlemarket.com" va se traduire "par le transfert de [nos] boutiques vers la plateforme etsy.com".
La communauté française du fait main, très choquée par cette annonce, s'est montrée réticente au transfert vers la plateforme américaine. En cause, le système de mise en ligne payant d'ETSY. Chez ALittleMarket, le vendeur ne payait que s'il vendait. La marketplace française fonctionnait sur le principe de la mise en vente gratuite et de la commission sur les ventes. Sur ETSY, le fonctionnement est différent : le vendeur paie la mise en ligne de ses annonces (0,18 € HT par annonce) en plus de la commission sur les ventes et des frais de transaction. Les fiches produits ETSY sont également soumises à une durée d'affichage de 4 mois, au-delà desquels un renouvellement (facturé 0,18 € HT) de chaque annonce est nécessaire, afin que le produit reste en vente sur la plateforme. L'annonce est par ailleurs refacturée à chaque fois que la boutique vend un exemplaire de son produit (ex: une boutique crée une fiche produit pour un tissu qu'il vend au mètre et un client lui achète 7 mètres, ETSY lui facturera au moment de l'achat 6 fois son annonce - la 1ère fois étant payée à l'avance).
La direction d'ETSY nous fait alors une offre dans le but de nous inciter à transférer nos boutiques sur la plateforme américaine. Et nous donne une compensation financière à la perte de nos boutiques, sous la forme de crédits d'annonces gratuites sans limite d'utilisation dans le temps, correspondant au transfert plus 7 fois le nombre de nos annonces en cours sur nos boutiques françaises. Par exemple, si un créateur avait 200 produits en vente sur ALittleMarket, ETSY lui offrait 1400 crédits d'annonces gratuites, soit l'équivalent de 280$. Autre exemple, dans le cas d'une mercerie, si le vendeur avait 12 000 produits en circulation, ETSY lui offrait 84000 crédits d'annonces gratuites, soit l'équivalent de 16800$. C'est donc dans la panique la plus totale que nous avons quitté nos boutiques et la communauté AlittleMarket que nous aimions et que nombre d'entre nous ont accepté cette petite compensation pour s'installer sur la plateforme américaine dans le courant de l'été.
Le 23 janvier 2018, nous recevons un nouvel email d'ETSY par lequel la multinationale nous informe qu'elle rompt les engagements pris et entend reprendre la compensation financière accordée en apposant a posteriori une date d'expiration à ces crédits d'annonces offerts.


NOS REVENDICATIONS FACE AUX PRÉJUDICES SUBIS

Après le traumatisme de la fermeture brutale d'ALittleMarket
qui a plongé la plupart d'entre nous dans de grandes difficultés financières, la communauté du fait main est à nouveau dans le désarroi le plus total. Le retrait de nos crédits d'annonces au 31 décembre 2018 ne ferait qu'aggraver notre situation déjà très précaire et porter un coup supplémentaire au fait main et à l'artisanat en France.

Malgré cela, il nous a été indiqué courant janvier 2018 que les mises en ligne gratuites de fiches produits qui nous avaient été accordées lors de l'annonce de la fermeture d'ALittleMarket afin de nous inciter à transférer nos boutiques sur le site etsy.com, auraient finalement une durée de vie plus courte. Ces fiches gratuites nous ont été attribuées sans limite d'utilisation dans le temps, or c'est finalement au 31 décembre 2018 qu'Etsy entend maintenant mettre un terme à son engagement. Un contrat produit ses effets entre les parties dans les conditions et limites prévues entre elles. Il est impossible de revenir sur la parole donnée et modifier unilatéralement un contrat sans l'accord de l'autre partie. Ces principes s'appliquent depuis des siècles en matière de droit des contrats, et nous ne voyons pas pourquoi des artisans ou des merciers seraient moins bien lotis que d'autres justiciables. Autrement dit, la décision d'Etsy de réduire la durée de validité des fiches produits offertes ne saurait produire ses effets sans notre accord. Aussi, nous réclamons l'application pure et simple des engagements pris par Etsy dans le courant de l'été 2017, largement relayés par emails et annonces diverses des différentes entités du groupe Etsy, et demandons le maintien de la validité des fiches produits accordées jusqu'à épuisement des crédits d'annonces. A défaut, nous demandons à ce que la valeur des fiches supprimées soit convertie en indemnisation financière au profit de chaque vendeur, au taux en vigueur au 31 décembre 2018 (0,18 € HT par fiche à ce jour). Il est pour nous inacceptable de renoncer à la contrepartie financière qui nous été accordée dans les conditions que nous connaissons.

Nous ne pouvons enfin que relever les circonstances dans lesquelles la direction d'ALittleMarket nous a avertis de la fermeture de ses deux plateformes, la brutalité et la rapidité avec laquelle des années de travail ont été balayées sans prendre en compte la baisse de chiffre d'affaires que nous allions subir, la perte de notre référencement, la perte de notre communauté. En 8 semaines il nous a fallu improviser avec, pour la plupart, des conséquences financières catastrophiques et un stress important en plein congés d'été, sans aucune considération pour les personnes que nous sommes. Cette rupture brutale de notre relation commerciale établie de longue date avec la plus grande plateforme française, sans préavis décent, ni réelle compensation financière, ne peut rester en l'état.

............................................................................................................

Cette pétition collective
est issue de la communauté Les Marketplaces Créatives
> Notre groupe d'entraide pour les vendeurs, "Vendre sur les Marketplaces Créatives (créateurs et merciers)" : www.facebook.com/groups/LesMarketplacesCreatives/ 
> Notre page facebook : www.facebook.com/marketplacescreatives/

> Notre site : www.marketplacescreatives.fr

..............................................................................................................

ILS NOUS SOUTIENNENT

Artisans d'Ille et Vilaine > http://artisans-d-ille-et-vilaine.fr/
Le Coin des Créations > www.lecoindescreations.com
Lil'Town > www.lil-town.com
Instant Gestion > www.instant-gestion.fr

............................................................................................................

Photo : Sarah Lemonnier (http://sarahlemonnier.wifeo.com) dans son atelier. Sarah, artisan bijoutière, accuse une baisse de chiffre d'affaires de 80% depuis la fermeture de sa boutique ALittleMarket par Etsy en août 2017. 



LES MARKETPLACES compte sur vous aujourd'hui

LES MARKETPLACES CRÉATIVES a besoin de votre aide pour sa pétition “Stop aux abus de la multinationale Etsy ! L'artisanat français est en danger.”. Rejoignez LES MARKETPLACES et 4 746 signataires.