Pétition fermée

Stop au projet « Les Allées de Saint-Leu » !

Cette pétition avait 349 signataires


Saint-Leu bientôt défigurée ?

AIDEZ-NOUS À LUI GARDER SON VRAI VILLAGE !

En effet, jusqu’à présent, les précédentes majorités municipales avaient eu à cœur de conserver au centre-ville de notre charmante commune son ambiance d’antan, faite de petites maisons de ville et de grands porches de fermes.

Certains quartiers ont été à cet égard particulièrement bien rénovés : rues Pasteur, de la Forge.

C’était avec retenue que les permis de construire étaient signés.

À rebours de cette tendance, l’actuelle majorité s’est mise arbitrairement en tête de transfigurer le centre-ville.

Le livrant aux promoteurs les plus irrespectueux du caractère de Saint-Leu, l’îlot historique de la Croix Blanche est ainsi promis à totale démolition, du parvis à l’École de Musique. Seules subsisteraient les parcelles bordant le haut de la rue de la Gare.

Vous lisez bien : la Croix Blanche : détruite ! L’Espace Clairefontaine : détruit ! Le parc Charme au Loup : réduit. Les façades à l’ancienne : détruites !

Et pour faire quoi, à la place ? Du béton !

Et pas qu’un peu : outre quelque 120 logements répartis en cinq bâtiments de quatre étages, 300 places de stationnement sur deux niveaux de parking sous-terrain, une sente privatisée, une architecture banale et tape-à-l’œil qui ne s’intègre en rien à l’existant.

Un bilan humain, social et culturel déplorable.

Culture et associations ne sont malheureusement pas les seules à être exclues. Les personnes précaires seront également victimes de la boulimie immobilière de l’équipe municipale. Malgré une carence chronique en logements sociaux qui contraint chaque année les contribuables à une amende de plusieurs centaines de milliers d’euros, le PLU a été taillé sur mesure pour devenir une enclave d’appartements hors de prix, s’exonérant de l’obligation, tant morale que légale, de mixité sociale.

Par ailleurs, il serait matériellement impossible de scolariser la soixantaine d’enfants supplémentaires qu’un tel projet apporterait.

L’écologie : la grande absente.

Alors que sonnent toujours plus fort les alertes de mise en danger de notre écosystème (climat, biodiversité, malbouffe), le projet « Les Allées de Saint-Leu » est un modèle productiviste archaïque et « sale » (destruction totale et matériaux polluants), et aux choix techniques parfois hasardeux dont les contraintes sont non évaluées (nombreuses sources en sous-sol, des égouts sous-dimensionnés).

Rien n’est prévu non plus pour les circulations douces ou les énergies renouvelables ; l’augmentation des nuisances dues à la circulation automobile est dramatiquement minorée.

Pour une rénovation raisonnée et raisonnable en concertation avec la population.

En réunion publique les 20 mars et 10 avril derniers, les habitant·e·s ont pu constater le dogmatisme sans fondement de la majorité municipale. Loin du conservatisme dont on l’accuse, la population espère au contraire la renaissance du cœur de ville mais manifestement pas sous cette forme !

Saint-Leu possède un charme qui doit être préservé.

Il est encore temps de faire échouer ce projet délirant : rejoignez-nous !

Inhumain, asocial et antiécologique, le projet « Les Allées de Saint-Leu » est précisément à l’exact opposé de ce que souhaite la France insoumise pour Saint-Leu-la-Forêt.

Fédérons-nous en résistance et faisons-le échouer !

Unies, les forces collectives luttant dans toute la ville contre des programmes immobiliers similaires auront cette capacité.

La France insoumise se veut en être un des catalyseurs, la courroie de transmission de ces énergies.

Rejoignez-nous !                                                                                 

frama.link/StLeu-l-Insoumise                                                                 

st-leu-l-insoumise@riseup.net

 



Saint-Leu l'Insoumise compte sur vous aujourd'hui

Saint-Leu l'Insoumise a besoin de votre aide pour sa pétition “Stop au projet « Les Allées de Saint-Leu » !”. Rejoignez Saint-Leu l'Insoumise et 348 signataires.