Répression syndicales à la STAS (société des transport de l' agglomération Stéphanoise.

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !


Bonjour Madame, Monsieur,

 

Nous venons par cette pétition , vous faire part du climat qui règne au sein de notre entreprise de transports public (STAS) à St Étienne.

 

2 salariés STAS sont en mise à pied conservatoire depuis le 14 Mai au matin, et sont passés en conseil de discipline Vendredi 22 Mai pour des faits assez léger.

En effet, le 14 mai, ils n’ont pas porté la visière de protection à cause d’une buée importante sur leur lunettes de vue. Il faut dire que ce jeudi 14 Mai il faisait 8°C et le taux d’humidité était à 100 %.

 

Ce sont 2 vérificateurs qui portent masque + visière en présence d’usager, mais avec des lunettes de vue, ce n’est pas possible.

Notre entreprise reconnaît que la buée pose problème, en CSE nous en avons longuement discuté.

2 cadres ont demandé le licenciement en conseil de discipline, le 3ème la rétrogradation, nous sommes stupéfaits. Une telle faute n’aurait pas dû donner lieu à une mise à pied ni à un conseil de discipline.

Un des 2 agents est l’ancien délégué syndical de la CGT STAS, l’explication est peut être là.

Pour nous il s’agit de répression syndicale, et nous ne pouvons pas laissé faire.

 

Nous avons alerté notre fédération des transports, l’inspection du travail, et l’union départemental CGT.

 

La CGT se félicite du travail que l’entreprise a fait pour la reprise du 11 Mai, des équipements de protection sont distribués aux agents, un guide de reprise a été réalisé pour expliquer le bon fonctionnement de chaque service.

Mais beaucoup de salariés ne comprennent pas pourquoi des sanctions si lourdes sont en suspens pour ces 2 agents.

Il faut noter que le fabricant des visière, lui même, ne peut pas garantir le « sans buée » avec le masque + des lunettes de vue, notamment lorsque les températures sont basses.

 

Les élus CGT sont très inquiet sur la décision final que va prendre notre directeur. Il y a 2 mois une salariée de l’agence commerciale à été licenciée pour une suspicion de vol dans l’entreprise ( on parle de 21€). La salariée était de retour d’un long arrêt maladie, et s’est simplement trompée dans la saisie informatique. Son poste de travail devait être aménagé suite à ses problèmes de santé, preuve qu’elle n’était pas au meilleure de sa forme pour exercer correctement son métier.

 

Les conseils de discipline ne sont que des formalité, notre direction n’écoute pas les arguments de la défense.

 

N’hésitez pas à nous contacter pour des renseignements complémentaires.

 

Cordialement

Le bureau CGT STAS