Soyez solidaire de Mamadou Konaté, un travailleur en CHSLD menacé de déportation

0 a signé. Prochain objectif : 50 000 !


Une personne sans statut travaillant dans les CHSLD de Montréal depuis le début de la pandémie est menacée de déportation.


Solidarité avec Mamadou, travailleur en CHSLD menacé de déportation ! 


Après avoir été victime des conflits armés qui ont sévit en Côte d’Ivoire à partir de 2002, après avoir été reconnu comme réfugié par la Croix-Rouge et les Nations-Unies et après avoir souffert des conséquences de la guerre (sévices physiques, syndromes post-traumatiques, déracinement), Mamadou est arrivé au Canada en 2016 dans l’espoir de pouvoir trouver une vie stable et paisible et d’échapper aux menaces qui pesaient sur lui dans son pays d’origine. Dès son arrivée, Mamadou s’est inscrit à des cours d’alphabétisation et de français dans le but de poursuivre sa formation professionnelle. Il s’est également impliqué de façon bénévole auprès de différentes organisations communautaires et a établi des liens d’amitié de longue durée avec son entourage. Malgré un dossier de demande de résidence pour raisons humanitaires solide, des preuves de son passé difficile, des lettres de soutien de plusieurs personnes et d’institutions le connaissant depuis qu’il est ici, à Montréal, Mamadou se voit aujourd’hui menacé de déportation.


« Ange gardien » des CHSLD

Mais pourtant, depuis le début de la pandémie, Mamadou fait partie de ceux que le gouvernement nomme « les anges gardiens ». Ceux-là même qui ont donné leur énergie, leur temps et, surtout, risqué leur santé pour assurer l’entretien et le nettoyage des CHSLD où se trouvent nos personnes âgées. Mamadou a d’ailleurs contracté la COVID-19 en avril dernier du fait de son rôle de travailleur de première ligne, s’activant sur des étages qui regorgeaient alors de patient.e.s atteint.e.s par la maladie. Aux premières loges, c’était avec beaucoup de peine et d’impuissance qu’il voyait s’accumuler les décès de personnes âgées qu’il côtoyait au quotidien dans le cadre de son travail. Pourtant Mamadou n'a jamais baissé les bras et à continuer de soutenir sa communauté en retournant jour après jour dans l'endroit même qui l'avait rendu malade. 


Détenu malgré la pandémie

Mamadou a travaillé dans les CHSLD depuis le mois de mars jusqu’à sa détention, mercredi 16 septembre 2020. Ce jour-là, fatigué de vivre dans l’ombre et le stress engendré par un avis de déportation en son nom, il s’est rendu aux bureaux d’Immigration Canada de façon volontaire, conseillé et accompagné de son avocat, afin de demander que sa déportation soit suspendue, cela dans le but de permettre la révision de sa demande de statut pour raisons humanitaires qui avait été rejetée. Il est depuis emprisonné au Centre de prévention de l’immigration (CPI) de Laval.

Lors de sa première audience, qui a eu lieu vendredi le 18 septembre 2020, nous avons appris avec surprise que les détentions et déportations reprenaient, celles-ci ayant été suspendues en raison de la pandémie, et que sa libération était refusée, malgré le fait qu’il n’ait aucun dossier criminel. Alors que le gouvernement vient d’activer l’alerte orange pour tenter de prévenir une seconde vague de malades, la détention de Mamadou semble en totale contradiction avec la volonté de faire reculer le risque de contagion.

Dans une audience qui a eu lieu mercredi 23 septembre la justice à déterminé que  Mamadou ne pouvait être libéré et qu'il resterait incarcéré.

Mamadou fait face à une déportation imminente, même si aucune date n’a encore été communiquée, et ce malgré les risques élevés qu’un retour dans son pays d’origine ferait peser sur lui. Il en va de la responsabilité du gouvernement de régulariser immédiatement le statut de Mamadou qui vit dans l’angoisse et la précarité, alors même qu’il occupe un rôle clé dans la lutte contre la pandémie au Québec.

Son cas est emblématique et représente des milliers de personnes migrantes vivant dans la précarité et dans l'ombre, sans accès aux soins de santé ni à aucun filet de sécurité. Il est plus que jamais tant que le gouvernement mette en place un plan de régularisation pour tous et toutes.

Vous pouvez aussi soutenir notre levée de fond en cliquant ici
Pourquoi une levée de fonds ?

Ses ami.e.s ainsi que la communauté montréalaise ont appris avec consternation la nouvelle de sa détention et se mobilisent afin de pouvoir l’appuyer dans la défense de son cas. Ainsi, nous faisons appel à la solidarité pour nous aider à couvrir les frais d’avocat engendrés depuis son incarcération et les frais encourus en cas de déportation. Chaque don peut faire la différence, peu importe le montant !

La pétition qui sera envoyée avec votre signature:

M. le Premier Ministre du Canada ainsi que les membres de la Chambre des Communes,
M. le Premier Ministre du Québec ainsi que les membres de l'Assemblée Nationale.

Nous, membres actifs de la communauté québécoise et canadienne, vous présentons une pétition relativement à la déportation de Mamadou Konaté, membre de notre communauté.

Considérant que:

  • Mamadou Konaté a été victime des conflits armés qui ont sévi en Côte d’Ivoire.
  • Qu'il est reconnu comme réfugié par la Croix-Rouge et les Nations-Unies
  • Mamadou s’est inscrit à des cours d’alphabétisation et de français dans le but de poursuivre sa formation professionnelle.
  • Qu'il s'est impliqué de façon bénévole depuis son arrivée au Canada
  • Qu'il a établi des liens d’amitié de longue durée avec son entourage
  • Qu'il a un dossier de demande de résidence pour raisons humanitaires solide
  • Qu'il a des preuves de son passé difficile
  • Qu'il a des lettres de soutien de plusieurs personnes et d’institutions le connaissant depuis qu’il est à Montréal
  • Qu'il a risqué sa santé pour assurer l’entretien et le nettoyage des CHSLD en période de pandémie
  • Qu'il a lui-même contracté la COVID-19

Nous demandons au Gouvernement Fédéral :

  • Que l'avis de déportation menaçant Mamadou Konaté soit annulé
  • Que le statut de Mamadou Konaté soit régularisé par la révision de sa demande de résidence permanente pour des raisons humanitaires.
  • que soit mis en place un plan de régularisation complet pour toutes les personnes sans statut

Nous demandons au Gouvernement Provincial:

  • Que tous les travailleurs et toutes les travailleuses des CHSLD soient inclu.e.s dans le programme spécial de régularisation qui, en ce moment est n'est réservé qu'aux préposé.e.s. aux bénéficiaires.