Solidarité contre l'expulsion de 3 enfants inscrits à l'école E. Herriot et leurs parents

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Nous sommes un collectif de parents d'élèves de l'école Edouard Herriot. Nous avons été mis en contact avec une famille qui a reçu une notification de quitter le territoire alors qu'elle est en France depuis 2013 et ayant des enfants inscrits depuis cette date. Nous souhaitons que la circulaire Valls puisse leur être appliquée.

En 2013, la famille a tout quitté et a fui le Bangladesh pour protéger leur vie et celle de leurs enfants, 6 ans et 3 ans. Leur fille aînée Samia, âgée alors de 10 ans, venait d'être kidnappée et assassinée, leur maison avait été brûlée. Ils sont parvenus jusqu'en France où ils tentent aujourd'hui de se reconstruire après les atrocités qu'ils ont vécu.

Quelle responsabilité la France peut avoir dans cet acte ? Comment peut-Elle prendre Sa responsabilité ?

Bienveillants et attachants, la famille est parvenue en cinq années à s'intégrer. Leurs enfants sont aujourd'hui tous scolarisés : CM2, CE2 et en moyenne section. Ils ont su s'adapter, ils ont tissé des liens amicaux et leur instruction est réussie au vue de leurs bons résultats scolaires. Les parents participent à la vie de la communauté en prenant des cours de Français à Culture Alpha, ils accompagnent leurs enfants aux différentes sorties scolaires. Le père est bénévole à la Bonne Assiette, à Limoges. Il a obtenu une promesse d’embauche au sein de ce restaurant solidaire.

  Cette décision de les renvoyer au Bangladesh vient remettre en question tous les efforts continus faits par cette famille pour retrouver une vie « normale », sécurisée afin de se reconstruire. Elle vient faire remonter à la surface ce passé douloureux et toutes les peurs et les angoisses qui y sont liées.

Nous ne pouvons fermer les yeux face à cette situation et souhaiterions que vous soyez à nos côtés, partie prenante pour porter ce dossier. Si les enfants et leurs parents repartaient, toute la famille n’aurait plus d’avenir et elle se retrouverait en danger. Les efforts d’intégrations et les droits élémentaires des enfants seront bafoués.

  La France, pays des droits de l'Homme, prônant le respect des droits de l'enfant demande aujourd'hui à une famille de retourner dans l'horreur. En tant que parents, compte tenu de l'histoire dramatique de cette famille, nous ne parvenons pas à comprendre comment une telle décision a pu être prise.

  Nous avons peur pour l'avenir de cette famille, celui des enfants. En les renvoyant au Bangladesh, les enfants pourraient être exposés au même drame que leur sœur aînée. Craignant de voir cette famille revivre un nouveau traumatisme, nous nous inquiétons pour l'instruction des enfants et leurs droits. Si le Bangladesh a ratifié la Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant (CIDE) en août 1990, et s’est engagé à respecter, défendre et promouvoir les droits des enfants bangladais, c'est un pays dans lequel de trop nombreux enfants sont encore privés de leurs droits. Comment les enfants pourraient survivre à deux chocs successifs en une si courte période ?

 

Quel beau cadeau sous le sapin, pour ces enfants, de rester parmi leurs petits camarades de classe.

 Nous attendons votre soutien en signant cette pétition

 

Cordialement

Le collectif de parents d'élèves de l'école Edouard Herriot à Limoges


Voulez-vous partager la pétition ?