Soutien à Antoine PUGNET

0 a signé. Allez jusqu'à 10 000 !


Voici la situation ubuesque dans laquelle se retrouve Antoine Pugnet, agriculteur bio depuis 1977 à la chapelle villars (loire) à 5km de Condrieu, poursuivi devant le tribunal Correctionnelle de St Etienne le 1 fevrier 2017.
Alors qu'il travaillait sur son exploitation à la réfection de chemins, il est accusé par un chasseur de lui avoir "foncé dessus avec son tracteur".


Antoine conteste tout acte de violence et il s'est contenté de poursuivre ses travaux, en dépit de la présence de chasseurs sur son terrain.


Dégradations de récoltes et de clôtures, circulation dans des propriétés privées avec un fusil "non-cassé", tirs près des habitations ou des personnes, divagation de chiens....
Les ruraux subissent déjà nombre de nuisances dues à la chasse. Au moins, jusque-là étaient-ils libres de circuler et de travailler sur leurs propres terres.


En poursuivant Antoine devant le tribunal Correctionnel, faut-il comprendre que les chasseurs ont plus de droits que les autres et notamment celui de restreindre la liberté d'aller et venir, ou la liberté d'entreprendre de leur concitoyens?


Faut-il comprendre que les jours de chasse, c'est -à-dire 7 jours sur 7, tout individu qui rencontrerait un chasseur doit immédiatement cesser toute activité et "se terrer" chez lui comme un animal, afin de ne pas perturber la pratique de la chasse?



Martin compte sur vous aujourd'hui

Martin PUGNET a besoin de votre aide pour sa pétition “Société de chasse de La chapelle villars: Soutien à Antoine PUGNET”. Rejoignez Martin et 9 996 signataires.