Sauvons la liberté de la presse en Centrafrique [save the freedom of press in CAR]

Sauvons la liberté de la presse en Centrafrique [save the freedom of press in CAR]

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Laurent DIA a lancé cette pétition adressée à Associations internationales protectrices de la liberté de la presse et à

Alors que la faim et la pauvreté gagnent du terrain en RCA depuis des décennies, certains n’hésitent pas à bafouer nos libertés fondamentales quand leur agenda géopolitique est compromis.

Depuis 2018, des paramilitaires étrangers sèment la terreur parmi la population civile, sous prétexte de lutter contre les rebelles, au méprit du droit humanitaire le plus élémentaire. Ces mercenaires ont été vivement critiqués ces dernières semaines par la presse locale centrafricaine. En effet, la récurrence des bavures, abus et comportements violents a été pointée du doigt par une population en colère, las d’être les éternels dommages collatéraux d’une lutte de pouvoir.

Comme si les violences ne suffisaient plus et malgré un rappel à l’ordre de plusieurs organisations humanitaires dont le Comité International de la Croix Rouge (CICR) et le Conseil Norvégien pour les Réfugiés (NRC), voilà qu’aujourd’hui ceux qui tentent d’évoquer le sujet sont réduits au silence. Plusieurs journaux ont été censurés en Centrafrique à la demande des Russes !

Aujourd’hui, une puissance étrangère a donc la mainmise sur les organes de presse de tout un pays. Le 25 février 2021, Eve Malonga, Grand Reporter et Rédactrice en chef adjointe du journal « Le Nouveau Centrafrique », annonce la censure de plusieurs médias centrafricains (letsunami, corbeauxnews etc.) à la suite de publications d’articles évoquant les actions russes en Centrafrique.

Désormais en Afrique, les Russes peuvent exiger l’interdiction d’un média ou le blocage d’un journal, dès lors que ceux-ci deviennent trop critiques. Associons-nous à l’appel de l’ONG Reporters Sans Frontières (RSF) qui, le 2 avril 2021, a dénoncé cette suspension arbitraire sur son site officiel.

Ainsi, si vous aussi vous souhaitez la justice, la paix en Afrique, mobilisons nous ensemble pour la liberté de la presse en signant et en partageant cette pétition. Aidez nous à faire prendre conscience au plus grand nombre de la gravité de la situation au nom de la défense de notre liberté. Seule votre mobilisation permettra de lever les boucliers afin de faire comprendre aux puissances étrangères que la liberté de la presse est fondamentale dans notre pays et qu’il n’y a pas de place pour les censeurs.

#PresseLibreEnRCA

[english version]

While poverty and hunger have been progressing in CAR for decades, some don’t hesitate to violate our fundamental rights whenever their geopolitical interests are involved.

Since 2018, foreign paramilitary are terrorizing civilian populations, covering their actions behind the fight against rebel organizations, with no respect for human rights. Those mercenaries have been harshly criticized over the past few weeks in Central African local newspapers. The growing occurrence of abuse and violent behavior is indeed of growing concern for an angry population, tired of being the eternal victims of power struggles.

As if violences were not enough, and despite manifestos from several humanitarian NGOs such as the International Committee of the Red Cross or the Norwegian Refugee Council, those trying to break the silence are currently being persecuted. Many newspaper have thus been censored in CAR at the Russian’s demand!

We can no longer ignore that, today, a foreign power is in charge of the news outlets of a whole country. On the 25th of February, Eve Malonga, great reporter and deputy chief editor of “Le Nouveau Centrafrique”, announced the censorship of several national medias (letsunami, corbeauxnews…) following publications assessing Russian actions in the country.

Nowadays in Africa, the Russians can request a media to be forbidden as soon as it starts being too critical. Let’s all gather around the call of the NGO Reporters Without Borders (RSF) which, since April 2nd, is denouncing this arbitrary suspension on its official website.

If, like us, you long for justice and peace in Africa, mobilize for the freedom of the press by signing and sharing this petition. Our freedom is in balance. Only your mobilization can bring foreign countries to understand that free speech is fundamental to rebuild our country and that there is no place for censors.

#FreePressForCAR

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !