Arrêtez le projet d'abattoir au Lac-Brome/ Say no to a slaughterhouse in Lac-Brome

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


(English will follow)

Il y a présentement un projet pour construire un abattoir de porcs de 35 M$ dans le secteur Bondville de Lac-Brome. Le projet devrait voir le jour d'ici 6 à 8 mois, soit avant la fin de 2018. 

Monsieur Burcombe, le maire du Lac-Brome, dit qu'il est question d'examiner plusieurs options tant qu'à l'approvisionnement d'eau, la capacité des égouts du secteur, le mode d'élimination des eaux usées ainsi que de l'impact des rejets dans l'environnement. 

Nous souhaitons que ce projet ne soit pas mené à terme pour plusieurs raisons éthiques et de santé. 

            Premièrement, près d'un tiers des abattoirs du Québec peinent à obtenir la note de passage en matière de salubrité mais aussi de traitement sans cruauté des animaux qui résident dans leurs installations. De plus, plusieurs d'entres eux se sont fait réprimander par des inspecteurs du gouvernement parce qu'ils infligeaient des souffrances excessives aux animaux. 

Les infractions relevées par les inspecteurs dans le groupe des abattoirs pris en défaut sont nombreuses. Parmi celles-ci, des problèmes en ce qui a trait à la propreté des locaux, des équipements abîmés, des erreurs d'étiquetage, des dysfonctionnements du matériel réfrigérant ou encore des transgressions des règles d'hygiène par les employés, notamment le port de filets sur les cheveux ou sur la barbe. 

              Deuxièmement, il y a déjà présentement un projet d'agrandissement d'usine d'abattage de porcs à Yamachiche. Cet investissement est estimé à environ 100 M$, mais les promoteurs n'ont pas voulu confirmer ce montant. Cette usine abattra 2 millions de bêtes par année.

              Troisièmement, en mai 2017, une cargaison de pieds de porcs provenant du Canada, plus précisément de Vallée-Jonction, étant livré en Chine contenait des traces de ractopamine. Ce médicament, qui favorise la croissance des muscles des cochons, est banni dans plusieurs marchés dont la Chine, la Russie et l'Union Européenne. De plus, la ractopamine a été bannie du Québec il y a plus de deux ans. Comment est-ce possible alors qu'il y en ai eu dans cette cargaison? Plusieurs soupçonnent qu'il y aurait eu un mélange dans la moulée ou encore une erreur de la part d'un travailleur. 

La ractopamine est considérée comme "ne présentant pas de danger à la santé humaine", mais c'est totalement faux. Il a été prouvé dans plusieurs recherches que le corps humain s'est uniquement adapté à la médication qui entrait de façon journalière dans son système. Pour ceux qui mangent beaucoup de porc, le corps créera probablement les enzymes nécessaires à la digestion de la ractopamine. Par contre, pour ceux en mangeant plus rarement, ou pas du tout, ce médicament peut créer de l'anxiété ou encore des palpitations au coeur. 

                Quatrièmement, les travailleurs dans les abattoirs font face à de nombreux problèmes psychologiques. Voir et surtout donner la mort plusieurs fois par jour n'est rien de bon pour personne. Les travailleurs sont souvent forcés à garder une cadence incroyablement rapide. L'environnement de travail est stressant et rempli d'images d'horreur. Ces personnes font faces à des cauchemars et aussi à des blessures physiques dûes aux mouvements répétitifs.

                Cinquièmement, les abattoirs encouragent d'autant plus l'élevage porcins. Le milieu de l'élevage est reconnu comme donnant de nombreux médicaments et antibiotiques aux animaux. De plus, ces lieux sont aussi très souvent inadaptés que ce soit pour le quota d'animaux dans un espace restraint ou encore les besoins primaires des animaux étant extrêmement négligés. En partie à cause des lieux insalubres, l'élevage est très propice aux maladies et à de très grands risques d'épidémies. Toutes ces raisons mènent à se demander à quel point la qualité de la viande dans notre assiette peut être médiocre. 

                Finalement, installer un abattoir occasionne plusieurs problèmes à long terme pour la santé et pour l'environnement. Par exemple, l'agriculture animale utilise entre 34 et 76 billions de gallons d'eau par année et est responsable de plus de 20% de l'utilisation d'eau potable. Nous ne voulons pas vous donner une liste exhaustive de toutes les statistiques présentes sur le sujet. Nous vous laissons les sites les plus à jour et les plus reconnus afin de pouvoir voir par vous-même l'ampleur des dégâts que créerait un abattoir de porcs au Lac-Brome.

Monsieur Burcombe, refusez ce projet. Il apportera plus de mal que de bien à votre secteur.

Signez cette pétition afin de dire non à un nouvel abattoir au Lac-Brome. 

Un discours a été écrit le 17 juin 2017 par Frédéric Côté-Boudreau afin d'encourager à fermer les abattoirs.  https://coteboudreau.com/2017/06/19/discours-fermeture-abattoirs/

Statistiques:

http://rosenlake.net/cowspiracy.html

http://www.cowspiracy.com/facts/

Autres sources utilisées:

https://www.bastamag.net/Tuerie-pour-animaux-souffrance-des-travailleurs-Il-faut-briser-l-omerta-qui

http://m.greenpeace.org/canada/fr/high/blogue/Blogentry/en-rponse-aux-questions-sur-cowspiracy/blog/52754/

http://www.tvanouvelles.ca/2017/08/09/lancement-de-lagrandissement-de-lusine-dolymel-a-yamachiche

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/89423/mauvaises-notes-pour-plusieurs-abattoirs-quebecois

http://affaires.lapresse.ca/economie/agroalimentaire/201705/30/01-5102953-le-porc-banni-en-chine-provenait-dune-usine-quebecoise-dolymel.php

http://consumersunion.org/news/new-study-consumer-reports-finds-antibiotic-resistant-bacteria-in-pork-products/

 

There is currently a project of building a 35 M$ pig slaughterhouse in Bondville sector of Lac-Brome, Quebec. The plans are to have the slaughterhouse ready in around 6 to 8 months so before the end of the year 2018.

Mr. Burcombe, Lac-Brome’s mayor, says there are a lot of options to look at surrounding the problems of water supply, the sector’s sewer capacity, the method for carrying away wastewater and the impacts of the polluting discharges in the environment.

We ask that this project is not carried out for many ethical and health reasons.

         Firstly, almost a third of Quebec’s slaughterhouses hardly get through the inspections for the salubrity of their establishments, but also for the cruel treatment they serve to the animals residing in those establishments. Also, a lot of them have been reprimanded by the government’s inspectors because of the excessive suffering they inflicted to the animals.

The infractions reported by the inspectors of slaughterhouses are very numerous. Amongst them are the problems of the facilities cleanliness, broken equipment, labelling errors, dysfunction of the cooling material, and hygiene rules transgression by many employees such as not wearing a hair and beard net.

              Secondly, there is already an ongoing project of expansion of a pig slaughterhouse in Yamachiche. This investment is estimated around 100 M$, but the promoters refused to confirm this number. That factory will slaughter 2 million pigs per year.

             Thirdly, in May 2017, a cargo of pig feet coming from Canada, more exactly from Vallée-Jonction, being delivered in China contained tracks of ractopamine. This medicine, a feed additive to promote leanness in animals raised for their meat, is banished in several markets such as China, Russia and the European Union. Furthermore, ractopamine was banished from Quebec more than two years ago. How is it possible that traces of this medicine has been found in the pigs? Several people suspect that there would have been a mixture in the food they were given or an error made by one of the workers. 

Ractopamine is considered as "representing no danger to human health", but it is totally false. It has been proven in several researches that the human body only adapted itself to the medication which entered its system in a daily manner. For those who eat a lot of pork, the body will probably create the enzymes necessary for the digestion of the ractopamine. On the other hand, for those eating pork more rarely, or even not at all, this medicine can cause anxiety or heart palpitations.

              Fourthly, the workers in slaughterhouses face numerous psychological problems. Seeing, but especially giving, death several times a day is nothing good for anybody. The workers are often forced to keep an incredibly fast pace. The working environment is stressful and filled with horror images. These people face nightmares and also physical wounds due to the repetitive movements.

               Fifthly, slaughterhouses encourage even more pig breeding. The breeding environment is recognized as giving numerous medicine and antibiotics to animals. Furthermore, these places are unsuitable for animals to live in. Either for the quota of animals in a restraint space or the animals’ primary need being extremely neglected. Partially because of the unhealthiness of the locations, breeding is very accommodating to diseases and increases risks of epidemics. All these reasons lead to wonder what is the quality of the meat in our plate.

               Finally, building a slaughterhouse will cause several health and environmental long-term problems. For example, the animal agriculture uses between 34 and 76 trillion gallons of water per year and is responsible for more than 20 % of the use of clean water. We could give you an exhaustive list of all the present statistics on the subject, but we would fill up hundreds of pages. We leave you the most up-to-date and reputed websites so you can see for yourself the extent of the damages a pork’s slaughterhouse would create in Lac-Brome.

Mr. Burcombe, we ask of you to refuse this project. It will bring a more negative than positive outcome in your community.

Sign this petition to say no to a new slaughterhouse in Lac-Brome.

A speech has been written on June 17th, 2017 by Frédéric Côté-Boudreau to encourage the closing of all slaughterhouses. (in French)   https://coteboudreau.com/2017/06/19/discours-fermeture-abattoirs/

Statistics:

http://rosenlake.net/cowspiracy.html

http://www.cowspiracy.com/facts/

Other sources used:

https://www.bastamag.net/Tuerie-pour-animaux-souffrance-des-travailleurs-Il-faut-briser-l-omerta-qui

http://m.greenpeace.org/canada/fr/high/blogue/Blogentry/en-rponse-aux-questions-sur-cowspiracy/blog/52754/

http://www.tvanouvelles.ca/2017/08/09/lancement-de-lagrandissement-de-lusine-dolymel-a-yamachiche

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/89423/mauvaises-notes-pour-plusieurs-abattoirs-quebecois

http://affaires.lapresse.ca/economie/agroalimentaire/201705/30/01-5102953-le-porc-banni-en-chine-provenait-dune-usine-quebecoise-dolymel.php

http://consumersunion.org/news/new-study-consumer-reports-finds-antibiotic-resistant-bacteria-in-pork-products/

 



Audrée compte sur vous aujourd'hui

Audrée MATHIEU-LAROCHE a besoin de votre aide pour sa pétition “Richard Burcombe: Arrêtez le projet d'abattoir au Lac-Brome”. Rejoignez Audrée et 4 197 signataires.