L’islamophobie banalisée

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


Depuis longtemps, il y a une forte islamophobie en France, ce phénomène est en hausse et se banalise sur les réseaux sociaux, dans les médias, dans la presse, etc.

Au sujet du terrorisme :

Christine Tasin, co-fondatrice de Riposte Laïque et Présidente de la Résistance Républicaine, a écrit un article concernant l’attentat en Nouvelle-Zélande où il est clairement écrit "Ce qui s’est passé à Christchurch est abominable, détestable, monstrueux. Tuer des gens innocents, qui n’ont pour seul tort que d’être là au mauvais moment, c’est impardonnable. Il n’empêche que je ne peux accepter que l’on renvoie dos à dos les assassins du Bataclan – ou Mohamed Merah – et Brenton Tarrant. Ce serait injuste et une erreur." "Quoi qu’il ait fait, Brenton Tarrant est des nôtres". De nombreuses personnes ont d’ailleurs signalé cette femme sur https://www.internet-signalement.gouv.fr L’article se nomme "On ne peut pas renvoyer dos à dos Brenton Tarrant et Mohamed Merah" et se trouve sur le site Résistance Républicaine.

Catherine Blein, conseillère régionale de Bretagne, ex-FN, a elle aussi émit de graves propos : un tweet en indiquant « Tuerie en New-Zealand: œil pour œil... ». On peut le retrouver sur le journal Le Télégramme, le titre est «Catherine Blein. Le tweet polémique de l’élue régionale après l’attentat de Christchurch ». De plus, au téléphone à France 3 Bretagne elle aurait dit "Sur le grand remplacement, il a raison, cet Australien. D'accord, oui, c'est un acte terroriste, peut-être. Après, ce sont eux qui nous ont appris, ce sont les musulmans qui ont inventé le terrorisme. Leurs motivations sont les mêmes." Le président de la région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, a indiqué avoir engagé une procédure de saisie du procureur de la République pour "incitation au meurtre".

Guillaume Tabard, Rédacteur en Chef au Figaro (24H PUJADAS/LCI) déclare sur le plateau "On a vécu en France un terrorisme islamiste qui était assez meurtrier, on l'a vécu en France, on l'a vécu dans d'autres pays, loi du Talion, je veux bien, oeil pour oeil, dent pour dent... Si on veut jouer à de la comptabilité, à du match retour, malheureusement ou heureusement, enfin peu importe mais on n'est pas encore dans l'équilibre donc je pense qu'il ne faut pas s'aventurer sur ce terrain du match retour."

Au sujet du voile :

Le 12 mars, une femme musulmane ayant demandé une candidature dans une boutique Etam à Montpellier, s’est faite humiliée par la responsable du magasin, qui a été ensuite mise à pied. La responsable a en effet utilisé des propos islamophobes et racistes, étant contre le port du voile dans son magasin. Elle a le droit de penser différemment et de refuser des candidatures. Mais, l’humiliation, la discrimination et le racisme sont interdits. 

Décathlon qui a dû a renoncé fin février à vendre un hijab (visage apparant) « de running » qu’il avait pourtant le droit de commercialiser. Son personnel risquait d’être menacé physiquement

Le 8 mars, à Béziers, la mairie a banni du «Salon de la femme et du bien-être» une exposante, gérante d’un magasin de vêtements de Narbonne, parce qu’elle portait le voile

En juin 2018, une buraliste d’Albi avait refusé de donner le colis d’une femme sous prétexte qu’elle portait le voile, alors que son visage était non couvert et que cette femme avait même accepté de retirer son voile à l’écart. Le procureur de la République avait requis, lors de l’audience, 3 000 euros d’amende et trois mois de prison avec sursis. 

=> Depuis la loi du 15 mars 2004, le hijab (voile laissant apparaître le visage) est autorisé en France dans tout l'espace public, à l'exception des écoles, collèges et lycées publics, qui interdit le port de signes religieux jugés «ostensibles» dans les établissements scolaires. Au travail, c’est au cas par cas. Le texte de loi proscrit aussi le port de la kippa, de grandes croix chrétiennes ou encore du dastar.

Des personnes sont hors-la-loi et souhaitent faire régner leur islamophobie en France. 

Nous devons réagir en tant que citoyen français, en tant qu’humain, que nous soyons musulmans, d’une autre confession religieuse ou sans confession, pour ne pas laisser cette haine s’aggraver. Un humain à le droit au respect, quelle que soit sa religion, sa nationalité, son orientation sexuelle, sa situation financière, etc. 

Soit l’amalgame est faite par pure ignorance, par manque de recherche, de réflexion, d’ouverture d’esprit ou par crainte, soit elle est faite par pure haine des musulmans, de l’islam, et par racisme pur et dur. 

Les musulmans sont visés, notamment les femmes, qui ne sont plus considérées mais réduites à un voile. Les femmes subissent de la discrimination et ne peuvent pas s'épanouir complètement dans leur vie à cause de cela.

Les islamophobes utilisent des arguments comme "Les femmes se sont battues pour ne plus porter le voile, le voile est signe de soumission etc.". Or, de nombreuses femmes souhaitent le porter d'elle-même et se battent pour cela. La liberté est de ne pas le porter, ou de le porter. (Le voile que la loi autorise dans certains endroits). On ne parle plus de la femme en elle-même, de ses aspirations, de ses projets, de sa liberté de pensée. On parle à leur place et on les humilient, même sur la place publique. L’empathie est absente, la bienveillance inconnue. 

En réalité, les islamophobes s'en fichent de la loi et des souhaits et droits de ses femmes comme ils laissent paraître mais veulent assouvir leur haine. Pour certains la laïcité est signe de pays sans religion.

=> La laïcité garantit aux croyants et aux non-croyants le même droit à la liberté d’expression de leurs convictions. Elle assure aussi bien le droit d’avoir ou de ne pas avoir de religion, d’en changer ou de ne plus en avoir. (Gouvernement.fr).

Nous ne devons pas nous laisser faire pour ne pas que des faits deviennent trop graves et donc le but de cette pétition est de rappelerdénoncer l’islamophobie présente en France.

STOP apologie du terrorisme STOP à la banalisation de l’islamophobie dans les médias et sur les réseaux sociaux, aux propos haineux, aux amalgames. Chaque personne peut agir à son niveau et faire passer le message.