Halte au projet de grand port à Port-la-Nouvelle (11)

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Le conseil régional d’Occitanie a relancé le projet d’agrandissement du port de Port-la-Nouvelle (Aude). La première étape consiste à construire d’immenses digues de 3,15 km. Le première étape d’un cout de 230 millions d’euros HT est financée à 100 % sur fonds publics. Ce serait ainsi le plus grand investissement de la Région avec comme justification de doubler les tonnages transitant par le port. Mais pour cela, le cout total serait d’environ 500 millions d’euros. Absurde !

La Région mise sur une augmentation des importations de pétrole, qui passeraient de 900 000 t à 1,8 million de tonnes. MAIS la société (Dyneff -+ Total) qui gère cette exploitation s’est prononcée contre le projet durant l’enquête publique et prévoit, au mieux, de maintenir une activité autour du million de tonnes. Et l’on sait tous que les carburants fossiles ne sont pas l’avenir énergétique de notre planète !

La Région mise aussi sur l’exportation de céréales. MAIS la concurrence de pays comme l'Ukraine, la Russie, l'Argentine et le Canada où les coûts de production sont moindres a fait perdre à la France des parts de marchés sur l'Algérie, l'Egypte et la Tunisie. Et les surfaces cultivées en blé dur ont chuté de 40 % en quatre ans. Quelle prospective judicieuse !

Ce projet va provoquer la destruction de centaines d’hectares de fonds marins. Il va perturber la migration des poissons entre mer et étangs. En modifiant les ouvrages existants, il va modifier le renouvellement des eaux de la lagune, aggravant son asphyxie. La construction des digues nécessite l’extraction, le transport de fort loin et la mise en place de 4 110 000 t de matériaux de carrière. Riverains des carrières et habitants de Port-la-Nouvelle vont subir pendant 3 ans bruit, poussière, particules fines… Ces travaux vont entraîner la destruction de deux kilomètres de plage naturelle. Le phare rouge, emblème de la commune va être défiguré. Les pétroliers vont décharger leur cargaison à quelques dizaines de mètres du parking de la Vieille Nouvelle. Quelle sécurité pour les habitants et les visiteurs de la station ?

Nous exigeons un moratoire immédiat sur les travaux, la reprise du dialogue avec la population de Port-la-Nouvelle et de la région Occitanie afin de définir un projet alternatif pour le port, au regard des exigences écologiques, sociales et économiques de notre époque.

Nous demandons la réaffectation des crédits publics dans ce sens.