Petitioning Monsieur le Préfet de la Moselle (57) and 1 other

Que la construction d'un delphinarium au ZooParc d'Amnéville (57) ne voie jamais le jour

Le responsable du zoo d'Amneville (57) envisage la construction d'un delphinarium au sein de son établissement.

A l'heure actuelle, les connaissances scientifiques nous permettent d'affirmer que les cétacés sont des êtres éminemment intelligents. Leur captivité dans ces bassins chlorés les conduit à une lente agonie, au désespoir, à la folie voire au suicide. De plus leur espérence de vie est tres réduite sans compter que pour obtenir leur obéissance, ils sont affamés et drogués au valium. L'Inde, le Brésil, l'Australie, le Royaume Uni, le Chili, la Hongrie, la Suisse, L'Argentine, Israël ...ont banni ces prisons aquatiques de leur territoire. Une nouvelle fois, en matière de protection animale, la France est à la traîne. Les dauphins ont plus que jamais besoin de nous, c'est pourquoi nous comptons sur votre mobilisation à tous afin d'atteindre au moins 10 000 signatures pour que cette prison ne voie jamais le jour.

Letter to
Monsieur le Préfet de la Moselle (57)
Maire d’Amnéville (57) M. Éric MUNIER
Monsieur le Maire d’Amnéville et Monsieur le Préfet à METZ.

A l’heure actuelle, les connaissances scientifiques nous permettent d’affirmer avec certitude que les
cétacés sont des êtres éminemment intelligents, conscients d’eux-mêmes, et aux structures sociales
et familiales très évoluées. La captivité dans ces bassins chlorés les conduit à une lente agonie, au
désespoir, à la folie, voire au suicide pour certains. L’espérance de vie des dauphins en liberté est de
50 à 60 ans alors qu’en captivité elle se situe entre 10 et 20 ans. Pour obtenir leur obéissance, ils sont affamés. Beaucoup sont drogués au valium.
En outre, l’Inde, à l’instar d’autres pays, comme le Brésil, l’Australie, le Royaume Uni, le Chili, la Hongrie, la Suisse, l’Argentine, Israël…, considérant que les dauphins sont des « personnes nonhumaines » et au vu de toutes ces maltraitances, a banni toutes ces prisons aquatiques de son
territoire.
Pour toutes ces raisons, nous vous demandons fermement de faire preuve d’empathie, de compassion et d’user de vos prérogatives respectives de Maire et de Préfet afin que ce projet ne puisse jamais voir le jour.