Pétition fermée

CONDAMNER À DE LOURDES PEINES LA MALTRAITANCE DES ANIMAUX SAUVAGES

Cette pétition avait 117 852 signataires


Monsieur le ministre d’État et ministre de la Transition écologique et solidaire,

Avant que vous ne soyez né je ne supportais pas le sentiment de toute puissance de ceux qui nous toisent avec un fusil. Mon grand-père avait vainement tenté de faire une réserve des quelques dizaines d’hectares de marais qu’il possédait. Non seulement les panneaux d’interdiction de chasser étaient criblés de balles et de plombs, mais nous nous promenions au risque de nous faire tuer.

  • C’était il y a 50 ans. Et aujourd’hui, rien n’a changé. Les chasseurs sont toujours les rois du monde. Et, pire, notre Président leur déroule le tapis rouge.

Quand Nicolas Hulot a annoncé sa démission sur France Inter, je l’ai écouté, abasourdi. La veille, le lobbyste de la chasse s’était imposé à une de ses réunions. Le ministre d’État, ministre de l’Écologie a été décontenancé, humilié par cette arrivée en force. Celui qui voulait sauver de la sauvagerie, de l’extinction, tant d’espèces animales en sursis avait été piégé. Il était à la merci du chasseur.

  • Comme il y a 50 ans, l’homme au fusil regardait le défenseur des animaux avec mépris. L’aveu d’impuissance de Nicolas Hulot fut un tremblement de terre. 

Les jours suivants la démission de Nicolas Hulot, monsieur le ministre, j’ai bien évidemment été curieux de voir quels étaient les exploits des chasseurs. Je ne m’attendais pas à des câlineries envers la faune sauvage. Mais je ne soupçonnais pas la diversité des actes de cruauté qui sont commis par cette minorité de Français et par l’ampleur des espèces ainsi martyrisées. 

En surfant sur les pages des chasseurs et des opposants, j’ai découvert le musée des horreurs.

  • On y voit ces hommes et ces femmes, bien souvent accompagnés de leurs jeunes enfants, prendre la pose devant des animaux mutilés par des pièges, écrasés à la pelle, transpercés de flèches, les pattes et les flancs déchiquetés par les plombs, éventrés par les chiens, noyés, égorgés, empêtrés dans la glu…
  • On y voit des équipages de chasse à courre lâcher les chiens sur un cerf épuisé et le dévorer vivant ; castrer un sanglier encore agonisant. Et fiers de leurs exploits, munis de leurs téléphones, mitrailler la scène de photos souvenirs.
  • On y voit ceux qui pratiquent la petite vénerie, familles et gamins, à 10 ou plus, obturer avec des fourches les issues possibles des renards et des blaireaux, et creuser, et envoyer les chiens pour ramener ces animaux et leurs petits, effrayés, acculés, n’ayant nulle issue possible, mordus, ensanglantés, puis les agripper avec des pinces en fer et les frapper à coups de barre de fer ou les écraser avec les pieds ou les égorger avec une dague.
  • On y voit des petits oiseaux de quelques dizaines de grammes se débattre de plus en plus faiblement, les pattes, les ailes, le bec pris dans la glu que les amateurs d’une chasse moyenâgeuse ont répandu sur des brindilles. Tous les passereaux en sont victimes, qu’ils soient infiniment petits ou qu’ils soient protégés, car la colle les saisit tous, sans distinction.

En conséquence, monsieur le ministre, je vous demande de prendre les mesures législatives indispensables pour interdire et punir sévèrement les actes de maltraitance et de cruauté envers la faune sauvage.

Les Français sont fiers à juste titre d’avoir rédigé « Les Droits de l’Homme et du Citoyen ». Soyez le ministre qui fera de notre pays un exemple en créant « Les Droits moraux et de protection envers les animaux sauvages et domestiques ». Avec une stricte égalité et un égal respect pour les uns et les autres.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Ministre d'État, l'expression de mes salutations respectueuses,

Hugues Pénot



Hugues compte sur vous aujourd'hui

Hugues PÉNOT a besoin de votre aide pour sa pétition “PUNIR SÉVÈREMENT LES ACTES DE MALTRAITANCE ENVERS LES ANIMAUX”. Rejoignez Hugues et 117 851 signataires.