Petition Closed

Je suis le Docteur Samira ALAANI, je suis pédiatre à l'Hôpital Général de Falloujah. Dans les années qui ont suivi les attaques des forces américaines sur notre ville, mes collègues et moi avons remarqué une augmentation horrifiante du nombre de bébés nés avec des malformations congénitales graves : spina bifida, anomalies cardiaques et des malformations auxquelles je ne peux même pas donner de nom. Beaucoup ne survivent pas. Pour ceux qui survivent, nous leur procurons des soins tant bien que mal avec le peu de ressources dont nous disposons.

Je travaille comme pédiatre à Falloujah depuis 1997, et c'est depuis 2006 que j'ai remarqué ce problème, nous avons alors commencé à enregistrer ces cas. Nous nous sommes rendus compte que sur 1000 naissances, 144 bébés présentaient des malformations. Nous sommes convaincus que, même aujourd'hui, ces cas sont liés à la contamination provenant des conflits dans notre ville il y a plus de dix ans maintenant. Ce phénomène n'est pas unique à Falloujah : les hôpitaux dans tout le Gouvernorat d'alAnbar ainsi que d'autres régions d'Irak constatent une hausse similaire. Tous les jours je vois les ravages que cette peur inculque aux futures mères et à leurs familles. La première question que l'on me pose lorsqu'un enfant naît n'est pas "Est-ce une fille ou un garçon ?"mais "Mon bébé est-il en bonne santé ?"

Lorsque j'ai entendu que le Ministère de la Santé Irakien et l'Organisation Mondiale de la Santé (l'OMS) allaient faire des recherches, cela m'a donné une lueur d'espoir. Je savais que cela ne ferait que confirmer ce que nous savions déjà : que le nombre de malformations congénitales avait augmenté, mais je pensais aussi que cela pousserait l'Irak et la communauté internationale à agir.

La recherche est maintenant terminée et on nous avait promis que le rapport serait publié début 2013 ; mais nous voici six mois plus tard et l'OMS vient d'annoncer de nouveaux délais. Nous sommes inquiets que cela soit du à un problème d'ordre politique et non pas scientifique. Nous avons déjà attendu des années que la vérité éclate et mes patientes ne peuvent plus continuer comme cela. L'OMS a une autre option. Que les données soient publiées dans une revue à libre accès pour un examen indépendant par des pairs. Ce procédé serait rapide, rigoureux et transparent.

Mes patientes ont besoin de savoir la vérité, elles ont besoin de savoir pourquoi elles ont fait une fausse couche, elles ont besoin de savoir pourquoi leurs bébés sont si malades et par-dessus tout, elles ont besoin de savoir que l'on est en train de faire quelque chose pour y remédier. Le Ministère de la Santé Irakien et l'OMS se doivent de publier ces données et de nous fournir des réponses.

Je vous demande de signer cette pétition et de prouver que le reste du monde n'a pas oublié le peuple d'Irak.

Letter to
Directrice Generale, Organisation Mondiale de la Santé Dr Margaret Chan
Ministre de la Santé, Irak Dr Majeed Hamadamine Jamil
Le peuple Irakien sait que le nombre de malformations congénitales et de fausses couches augmentent de façon incontrôlée, c’est une situation qu’il vit tous les jours. Les recherches médicales menées par le Ministère de la Santé Irakien et l’Organisation Mondiale de la Santé apporteront une confirmation nécessaire pour promouvoir d’autres recherches sur les causes de ces problèmes et les remèdes requis pour atténuer cette crise sanitaire grave.

Familles et enfants continuent de porter les conséquences d’une guerre qu’ils n’ont pas causée. Assez de délais, assez de politisation : l’OMS et le MSI doivent publier les résultats de ces recherches dans une revue de libre accès afin que l’évaluation par les pairs soit rapide et indépendante.

Agissez #Act4Iraq et publiez les données sur les malformations congénitales !