Projet de double stade à Nantes : non au passage en force !

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


 

Madame le Maire de Nantes, Madame la Présidente de Nantes Métropole,

A la surprise générale, vous avez dévoilé le 9 novembre dernier un projet suscitant de très nombreuses controverses ainsi qu'un sentiment profond d'incompréhension : à quelques mètres seulement du stade de la Beaujoire, jeune édifice parfaitement fonctionnel dont la capacité s'élève à 37 500 places et dont le taux de remplissage est inférieur à 65%, il est prévu qu'un autre stade de 40 000 places voie le jour. Un tel doublon serait un véritable désastre pour les finances publiques locales tandis que l'extrême proximité des deux enceintes provoquerait de très lourdes contraintes techniques. Ce projet bricolé à la va-vite, que vous envisagez d'acter dans la plus grande précipitation en dépit du bon sens et de l'intérêt général, comporte d'inquiétantes zones d'ombres.

Quel sera le montant de la facture pour le contribuable ? Est-ce lui qui devra financer le coût des multiples aménagements nécessaires à ce troublant projet de double stade (voirie, stationnements, nouveaux accès pendant et après les travaux...) ? Quel sera l'usage de l'enceinte actuelle et est-ce le contribuable qui devra à l'avenir apporter les deux millions d'euros que le FC Nantes verse actuellement chaque année pour l'entretien ? Est-ce le contribuable, par ailleurs, qui devra financer la reconfiguration de l'enceinte que vous avez évoquée ? Si, faute de viabilité économique, le stade de la Beaujoire devait finalement être démoli, est-ce le contribuable qui devra financer la lourde opération de destruction ? Quant au nouveau stade, quel est le plan de financement ? Quel est le montant du loyer que le club de football professionnel de la ville devra verser chaque année à l'énigmatique société qui sera propriétaire de l'équipement et du foncier ? Plus globalement, quelles seront les conséquences de ce projet de double stade sur l'aménagement du territoire ? A l'heure de la transition écologique, quel est le bilan environnemental de ce doublon inutile ?

Les citoyens ne peuvent trouver aucune réponse à ces nombreuses questions puisque le projet YelloPark, qui a fait l'objet d'une concertation sous l'égide de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), est abandonné depuis votre conférence de presse du 9 novembre dernier et a été remplacé par un autre projet prévoyant deux enceintes à touche-touche. Toutes les cartes sont rebattues et M. Waldemar Kita, maître d'ouvrage, l'a admis publiquement et sans détour dans une récente interview : « Tout a changé. Le projet n'est plus le même » (Presse Océan, 19 décembre dernier). Or, dans le cas d'un nouveau projet impliquant la construction d'un équipement sportif dont le coût est compris entre 150 et 300 millions d'euros - le nouveau stade entre dans ce cas de figure -, la loi impose que le maître d'ouvrage rende public le projet par le biais d'un avis publié sur le site internet de la CNDP, mais aussi dans au moins un journal national et un journal local (article L. 121-8 du Code de l’environnement), afin qu'une procédure de concertation puisse être enclenchée. Cet avis doit préciser les caractéristiques du projet, les lieux où le public peut consulter le dossier y afférent ainsi que la décision du maître d'ouvrage de saisir ou de ne pas saisir la CNDP (article R. 121-3 du Code de l’environnement). Suite à la publication de l'avis, et dans le cas où le maître d'ouvrage déciderait de ne pas saisir la CNDP, celle-ci pourra être saisie par un certain nombre d'acteurs : associations agréées, conseillers municipaux, parlementaires... (de tels acteurs font partie des premiers signataires de cette pétition). La loi impose donc que le nouveau projet d’aménagement du site de la Beaujoire soit rendu public de manière officielle afin de permettre aux acteurs évoqués précédemment de saisir la CNDP dans le but d'enclencher une procédure de concertation.

Nous vous appelons collectivement à respecter le tout premier point du programme électoral qui vous a permis d'être élue maire de Nantes en 2014 : « insuffler une culture de débat sur l'ensemble des projets de la ville et de la communauté urbaine ». Plus précisément, nous vous appelons à faire respecter les dispositions juridiques destinées à garantir le respect de la participation du public au processus d’élaboration des grands projets d’équipement. Il est de votre responsabilité d'exiger que l'avis détaillant les caractéristiques du projet soit publié afin qu'une concertation permettant aux citoyens d'être informés et d'exprimer leur avis puisse avoir lieu avant que ce projet si controversé de double stade ne soit acté par le Conseil métropolitain.

Nous vous demandons solennellement, Madame le Maire de Nantes et Présidente de Nantes Métropole, de respecter vos engagements électoraux, de vous conformer à la loi et, par conséquent, de ne pas passer en force.

Premiers signataires :

associations de supporters :

- A la nantaise, association agréée par le ministère des sports

- Esprit Canari

- Naonedis

associations de riverains :

- Association des riverains et amis de la Beaujoire

- ASA Ranzay

- CDFRV

- ASL Les Floralies

associations environnementales :

- Alternatiba Nantes

- les Amis de la Terre de Loire-Atlantique

universitaires :

- Frédéric Allaire, maître de conférences en droit public

- Frédéric Barbe, géographe

- Jean-Pierre Clavier, professeur des facultés de droit

- Patrice Guillottreau, professeur des universités en sciences économiques

- Philippe Le Pichon, maître de conférence en science politique, sociologue de l'urbanisme et l'aménagement

élus :

- Catherine Bassani, conseillère municipale de Nantes

- Marie-George Buffet, députée, ancienne ministre des sports

- Pascale Chiron, adjointe au maire de Nantes, vice-présidente de Nantes Métropole

- Mahel Coppey, conseillère municipale de Nantes, vice-présidente de Nantes Métropole

- Vincent Danis, conseiller départemental de Loire-Atlantique

- Marc Denis, conseiller municipal de Saint-Herblain, conseiller de Nantes Métropole

- Jean-Paul Huard, adjoint au maire de Nantes, conseiller de Nantes Métropole

- Yannick Jadot, député européen

- Julie Laernoes, conseillère municipale de Nantes, vice-présidente de Nantes Métropole en charge de la transition écologique et du climat

- Mathilde Panot, députée

- Loïc Prud'homme, député

- Guislaine Rodriguez, adjointe au maire de Nantes, conseiller de Nantes Métropole