Soutenons la famille géorgienne Kokrashvili de Puy l'Évêque

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


À Puy l’Évêque nous les avons pour voisins, ou nous les voyons faire leurs courses, déposer leurs enfants à l’école maternelle, faire du bénévolat aux Restos du cœur, prendre des cours de français, etc. : la famille Kokrashvili. Manana − la maman−, Zaza le papa, la grande Maka Mariam − qui entrera au CP à la rentrée −, la petite Lika et son jumeau le petit Nicolas.

Leur histoire résumée :

Zaza et Manana ont fui leur Géorgie en 2012 pour rejoindre la France. Ils y fondèrent leur famille. Ils pensaient pouvoir y refaire leur vie paisiblement, enfin. Élever leurs enfants dans un pays sûr, sans peur au ventre dès le réveil comme là d’où ils viennent. Zaza et Manana Kokrashvili ont été en grand danger en Géorgie et c’est pour cette seule raison qu’ils ont dû se résigner à fuir au loin en abandonnant tout, jusqu’en France. Ils étaient membres et militants d’un parti politique, là-bas. Pas d’un parti extrémiste, mais d’une formation minoritaire de centre-droit tout à fait banale, comme il y en a chez nous. Pour cela, Zaza a été arrêté, battu, laissé pour mort. Après rétablissement il avait dû vivre caché, seul. Manana avait été harcelée, violentée, brûlée au fer à repasser alors qu'elle était enceinte de sa fille aînée.

Quelques années plus tôt, Zaza avait été le lieutenant d'un groupe d'intervention anti-terroriste équivalent au GIGN ou au RAID en France, et c'est en dénonçant des trafics mafieux d'armes et de drogue au sein de cette institution que sa tête avait été mise à prix par les parrains de ces mafias. Il avait déjà dû fuir son pays de 2001 à 2008, pour cette raison et après avoir erré dans plusieurs pays de l'UE, était rentré au pays, ses persécuteurs ayant été arrêtés et emprisonnés... puis trop rapidement libérés.

Pour faire simple : concernant l’arbitraire et l’autoritarisme du parti au pouvoir, la Géorgie est comparable à la Turquie d’Erdogan. De nombreuses exactions y sont exercées sur les opposants de tous bords ; le recours à la violence physique, à la torture, au meurtre, à l’intimidation, aux détentions arbitraires et aux procès expéditifs, sont choses communes.

Au vu des documents que les époux Kokrashvili nous ont communiqués, il est évident que s’ils devaient revenir en Géorgie, cela se passerait très mal pour eux : prison et mauvais traitements pour les parents, orphelinat pour les enfants. Voire pire. Les rapports de nombreuses associations humanitaires − ACAT, Amnesty International, etc.−, et de commissions d’enquête de l’UE sont accablants, concernant la situation en Géorgie. Néanmoins ce pays est considéré comme « sûr » par les autorités françaises, peu regardantes sur les exactions du régime géorgien actuel.

Toutes les demandes pour obtenir le statut de réfugié politique de Madame et Monsieur Kokrashvili ont été rejetées, jusqu’à un arrêt récent de la Cour d’appel de Bordeaux. Actuellement ils sont assignés à résidence et contraints de pointer chaque jour, sauf le dimanche, à la gendarmerie de Puy l’Évêque. Leur expulsion manu militari du territoire français peut survenir à tout moment.

Nous : leurs voisins, leurs compagnons de bénévolat, des enseignants − dont ceux de l’école de ces enfants−, des conseillers municipaux, des entrepreneurs du domaine privé et associatif à Puy l’Évêque, et d’autres citoyens informés de cette situation indigne du pays des droits de l’Homme.

Nous demandons que le statut des membres de la famille Kokrashvili soit réexaminé, qu’un sursis à leur expulsion du territoire français leur soit accordé, afin qu’ils puissent régulariser leur situation, élever leurs enfants dignement, les scolariser, et que ceux-ci ne soient plus la proie de terreur permanente de devoir subir des atrocités.

Il est important de préciser que les efforts d’intégration de cette famille sont manifestes et que leur voisinage ainsi que que toutes leurs relations à Puy l’Évêque, sont unanimes à les trouver des plus sympathiques.

 



Comité de soutien compte sur vous aujourd'hui

Comité de soutien PUY L'ÉVÊQUE a besoin de votre aide pour sa pétition “Préfet du Lot: Soutien à la famille géorgienne Kokrashvili de Puy l'Évêque”. Rejoignez Comité de soutien et 1 642 signataires.