Stop à l’inhumain ! Régularisation pour Abakar GASSAMA

0 a signé. Prochain objectif : 25 000 !


Abakar est né le 15 mars 2001 à Conakry, il est de nationalité guinéenne.

Sa maman a organisé son départ pour l’Europe afin de le mettre à l’abri des agissements de son beau-père. Abakar est arrivé en France le 1er janvier 2016 à l’âge de 14 ans.

En septembre 2017, Abakar intègre le lycée Nelson Mandela d’Audincourt dans le département du Doubs.

Il bénéficie du dispositif UPE2A (Unités Pédagogiques pour Elèves Allophones Arrivant).

En septembre 2018, Abakar démarre un apprentissage en vue de préparer un CAP de cuisinier, il intègre le CFA de Bethoncourt, son contrat est conclu dans un restaurant de Montbéliard.

Le 21 janvier 2019, soit 2 mois avant sa majorité, Abakar demande son « admission au séjour ».

En juin 2019, le préfet rejette sa demande, décision assortie d’une OQTF (Obligation de quitter le territoire dans les 30 jours). L’apprentissage d’Abakar est donc interrompu.

Les différents recours qui ont été engagés contre cette décision et contre l’OQTF (Tribunal administratif de Besançon, Cour administrative d’appel de Nancy ...) ont tous été rejetés au motif principal que « il n’est pas sûr que les papiers d’identité présentés par Abakar soient les siens ou soient authentiques », l’état français considérant par principe que les papiers guinéens sont « peu fiables ».

Abakar termine l’année scolaire 2019 au Lycée Mandela, il obtient le CAP de cuisinier en juin 2020.

Abakar bénéficie toujours du dispositif UPE2A et poursuit sa scolarité, toujours au Lycée Mandela, pour l’année 2020-2021 en CAP Vente.

Il est sous le coup d’une obligation de quitter le territoire (OQTF), au 28 février 2021.

Il a l’obligation de « pointer » 3 fois par semaine à la gendarmerie de Bethoncourt.

Signons nombreux pour mettre fin à cette situation inhumaine et indigne du pays des droits de l’homme.

Soyons nombreux à exiger l’abandon de l’OQTF, la reconnaissance de la validité des papiers d’Abakar, la possibilité pour lui de terminer tranquillement sa scolarité, d’obtenir un emploi et de pouvoir rester vivre en France.