Annulation de l'OQTF de Sarah AFITETE MBILO

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Sarah AFITETE est une étudiante Congolaise, en France (Angers) depuis 2015.

Elle poursuit ses 3 années de licence en psychologie, au terme desquelles en 2018 elle obtient son diplôme.

Elle est aujourd'hui admise et inscrite à l’université de Nantes en master 1 Psychologie du développement PEADID pour l’année 2019-2020.

Seulement elle se retrouve en difficulté pour poursuivre ses études !

N'ayant pu, l'année 2018-2019, trouver d'inscription en master, malgré ses candidatures dans plusieurs universités (Angers, Lyon, Caen, Bordeaux, Dijon, etc.), elle a dû, sur les conseils de son université, prendre une inscription en licence de géographie dans l'attente de pouvoir avoir une solution définitive. 

Elle s'est vue en effet opposer une OQTF (obligation de quitter le territoire Français) par la préfecture de Maine-et-Loire en mai dernier, suite à sa demande de renouvellement de titre de séjour étudiant. Pour les raisons suivantes :

  • Pas d'inscription en master. Pourtant nous savons tous que la sélectivité du master ne simplifie pas les choses. Et surtout l'université d'Angers, consciente de la situation, lui a elle-même recommandé de prendre une inscription en Licence 1 géographie en attendant.
  • Incompatibilité de parcours entre la licence en psychologie et la licence en géographie. Ce qui se justifie pourtant dans le point ci-haut.

Nous souhaitons à travers cette pétition faire annuler cette décision du préfet de Maine-et-Loire que nous estimons injuste. Sarah mérite de poursuivre ses études en France pour de nombreuses raisons :

son assiduité dans ses études (une licence sans redoublement), son implication dans la vie associative (fondatrice et ancienne présidente de l'AEAC Angers, Coordonnatrice actuelle du Collectif des Etudiants Congolais de France) , le suivi médical dont elle a besoin pour sa surdité partielle.

Voici son témoignage :

"L'OQTF m'a été envoyée à mon ancienne adresse et je n’en ai pris connaissance que lors de mon passage au Bureau des étrangers pour renouveler mon récépissé  avant qu’il n’expire en juillet (expiration du récépissé le 10 juillet 2019).

A ma demande le courrier m’a été renvoyé à ma nouvelle adresse et j’ai donc reçu ledit document en date du 16 juillet 2019. Notons que le courrier tardant à arriver à ma nouvelle adresse, je me suis allée me renseigner le lundi 15 juillet à la Préfecture, où il m’a été demandé de repasser le mardi 16 juillet pour avoir plus d’informations sur le retard de mon courrier.

Lors du rendez-vous que je respecte, il m’est demandé de présenter mon passeport et mon récépissé. Je m'exécute, sauf que lesdits documents ne me seront jamais remis. Il m'est au contraire demandé de signer un document avant qu'on ne me remette un récépissé contre un titre de voyage.

Cette OQTF se justifie premièrement par le fait que j’ai obtenu ma licence de psychologie en 2018 mais que je n’ai pas pu présenter une inscription en master pour le renouvellement mon titre de séjour.

Pourtant le master étant très sélectif , j’ai eu des refus et j’étais sur liste d’attente jusqu’en septembre de la même année . Je me retrouve donc sans inscription, alors que je dois renouveler mon titre de séjour .

Je n’ai donc pu, sur les bons conseils de mon université, obtenir qu’une inscription en L1 Géographie.

Une fois à la préfecture pour le dépôt du dossier, le personnel s’est montré compréhensif et m’a suggéré de retenter mes inscriptions l’année suivante. 

J’ai donc construit et recadré mon projet professionnel en faisant un service civique pendant 8 mois dans un ITEP (avec des enfants ayant des troubles de comportement).

Ceci a contribué à mon admission en M1 PEADID à Nantes cette année. 

Après avoir reçu et pris connaissance de l’OQTF le 16 juillet 2019, j'ai fait une demande de recours gracieux au Préfet le 17 juillet 2019 par lettre recommandée, et j’en ai reçu l’accusé de réception le 22 juillet 2019 avec en annexe mon certificat de scolarité du master 1 PEAID, mon attestation et lettre de recommandation de mon service civique, mon contrat de bail et toutes mes quittances de loyer justifiant mon changement d’adresse, les justificatifs d’identité, de ressources financières, mes attestations de bénévolat associatif , ainsi que les lettres de refus d’inscription en master 2018-2019.

Le 2 août 2019, je reçois un premier appel téléphonique du personnel du Bureau des étrangers, me demandant de passer le lundi 5 août avec mon certificat de scolarité, afin de m’expliquer la procédure à faire. Je respecte le rendez-vous, et c’est à ce moment là que le personnel de service reçoit mon enveloppe de recours gracieux. En me notifiant verbalement que le Préfet n’a pas voulu donner suite à ma requête malgré la présence de mon certificat de scolarité. Puis s’enchaînent des appels et rendez-vous pour me demander à quel moment je comptais rentrer dans mon pays la RDC. 

Mon avocat envoie à son tour un courrier, mais la procédure demeure la même, aucune réponse, seulement je reçois un coup de fil du personnel me notifiant que la commission a refusé de donner suite à la requête de mon avocat.

Le dernier appel datant du 6 septembre dernier me signifiait un rendez-vous le 7 octobre pour planifier mon voyage. 

Je crois que je mérite de poursuivre mes études en France, d’autant plus que je ne cesse de me battre au jour le jour pour réussir malgré ma surdité partielle. Je suis très active dans la vie associative et actuellement je coordonne le Collectif des Etudiants Congolais de France qui regroupe plusieurs associations étudiantes congolaises dans près de 11 villes en France . J'ai également été présidente de l'AEAC Angers (Association des Etudiants et Amis du Congo d'Angers).


Je souhaiterai donc que le préfet de Maine-et-Loire me fasse une indulgence en revenant sur sa décision afin de me permettre de faire un renouvellement de mon titre de séjour à Nantes, où je dois poursuivre mes études".